Ingénieurs-conseils: des firmes en expansion

Nathalie Côté

Collaboration spéciale

La Presse

Les dernières années ont été plutôt difficiles pour certains bureaux québécois de génie-conseil de taille moyenne. Bon nombre d'entre eux sont toutefois optimistes quant à l'avenir, et certains songent même à prendre de l'expansion. - Nathalie Côté, collaboration spéciale

Luc Vermette, président-directeur général de Johnston-Vermette, pose ici... (PHOTO FOURNIE PAR JOHNSTON-VERMETTE) - image 2.0

Agrandir

Luc Vermette, président-directeur général de Johnston-Vermette, pose ici à l'usine de Sorel, à Victoriaville.

PHOTO FOURNIE PAR JOHNSTON-VERMETTE

Johnston-Vermette

Les difficultés dans les secteurs des pâtes et papiers et de l'aluminium ont entraîné un repositionnement de la firme Johnston-Vermette ces dernières années. L'entreprise de 70 employés mise davantage sur le pétrole, le gaz et les contrats à l'étranger. La part de ceux-ci devrait passer d'environ 10% à 20%. Son président-directeur général, Luc Vermette, avoue avoir songé à l'acquisition d'une firme à l'étranger. «Nous voudrions travailler avec des actionnaires déjà sur place», note-t-il. L'entreprise établit également des partenariats pour accroître sa présence dans l'Ouest canadien. Cela dit, elle continue à travailler fort au Québec. Elle a notamment réalisé l'ingénierie prédétaillée du projet de pipeline Énergie Est de TransCanada et participé à la construction de l'usine de Sural, à Victoriaville.

Groupe-conseil TDA a participé aux trois premières phases... (PHOTO FOURNIE PAR GROUPE-CONSEIL TDA) - image 3.0

Agrandir

Groupe-conseil TDA a participé aux trois premières phases du projet de la Romaine.

PHOTO FOURNIE PAR GROUPE-CONSEIL TDA

Groupe-conseil TDA

Le Groupe-conseil TDA termine actuellement la conception de la nouvelle usine de traitement des eaux de Baie-Comeau, un projet de 70 millions. Elle sera aussi responsable de la surveillance des travaux. «Ils devraient commencer ce printemps et durer deux ans», précise Jacques Parent, président et directeur général. De plus, l'entreprise a participé aux trois premières phases du projet de la Romaine et attend des nouvelles d'Hydro-Québec pour la quatrième. La firme fondée en 1959 compte 70 employés. Elle travaille dans les domaines industriel, hydroélectrique, du génie municipal et de la construction d'édifices publics. La moitié de ses contrats sont dans le secteur public. À moyen terme, M. Parent envisage de s'implanter hors de la Côte-Nord ou de s'y jumeler avec d'autres firmes.

André Allaire, président de BBA, Patrice Live, ingénieur... (PHOTO FOURNIE PAR BBA) - image 4.0

Agrandir

André Allaire, président de BBA, Patrice Live, ingénieur et Guy Décoste, directeur de discipline-exécution de projet.

PHOTO FOURNIE PAR BBA

BBA

Spécialisée dans les domaines énergétique et minier, la firme BBA aspire actuellement à étendre ses activités au pays. «C'est notre gros projet actuellement, note André Allaire, président. Nous avons des bureaux à Toronto, Calgary, Vancouver et Labrador City.» Environ 15% des effectifs de l'entreprise de plus de 500 employés se trouvent maintenant à l'extérieur de la province. La firme souhaite également prendre davantage de place dans l'industrie pétrolière. «C'est aussi pour cette raison que nous avons ouvert le bureau de Calgary», note M. Allaire. Ces dernières années, l'entreprise a remporté différents honneurs. Le plus récent est une mention de l'Association québécoise pour la maîtrise de l'énergie pour ses travaux d'optimisation réalisés à la mine Raglan, dans le Grand Nord.

Bouthillette Parizeau a collaboré aux travaux de plusieurs... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

Bouthillette Parizeau a collaboré aux travaux de plusieurs hôpitaux montréalais, dont le CHU Sainte-Justine.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Bouthillette Parizeau

Dans les prochaines années, les gouvernements investiront probablement davantage dans les routes, prévoit Claude Décary, président-directeur général de Bouthillette Parizeau. Comme sa firme est spécialisée en bâtiment, il est à l'affût d'occasions dans l'Ouest canadien. «C'est un marché que nous considérons, et nous regardons aussi des possibilités dans d'autres pays», indique-t-il, sans préciser lesquels. Cette expansion devrait se faire d'ici un an ou deux. La firme compte actuellement 283 employés dans 6 bureaux au Québec et 1 à Ottawa. Dans le passé, elle a notamment collaboré aux travaux dans quatre grands hôpitaux montréalais: le Centre universitaire de santé McGill, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal, le CHU Sainte-Justine et l'Hôpital général juif. La moitié de son chiffre d'affaires se concentre d'ailleurs dans le domaine de la santé.

Le projet minier de Stornoway, une mine de... (PHOTO FOURNIE APR STORNOWAY) - image 6.0

Agrandir

Le projet minier de Stornoway, une mine de diamants, dans le nord du Québec.

PHOTO FOURNIE APR STORNOWAY

Golder

Comme d'autres firmes de génie-conseil, Golder est en période de consolidation. «Nous continuons à nous adapter à un environnement économique mondial et local plus difficile qu'il y a quelques années», indique Normand D'Anjou, associé principal et directeur de projet. La diversité des services ainsi que les nombreux bureaux de Golder partout dans le monde permettent toutefois à la firme de saisir différentes occasions. Spécialisée dans les sciences de la terre, l'environnement et l'énergie, elle compte 8000 employés, dont 220 au Québec. Dans la province, l'entreprise a été mandatée dans différents projets miniers, dont la mine d'or d'Osisko et la mine de diamants de Stornoway. Elle est aussi intervenue dans les premières heures de la tragédie de Lac-Mégantic. Elle a notamment mis en place un plan de réhabilitation d'urgence.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer