Immobilier commercial

Le renouveau du centre-ville, version Caisse de dépôt

Vue du fleuve St-Laurent gelé. Centre ville de... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Vue du fleuve St-Laurent gelé. Centre ville de Montréal.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Contrastant avec l'inquiétude qui règne actuellement dans l'immobilier commercial, la Caisse de dépôt et placement du Québec fonce avec son «Plan Montréal», un ambitieux programme d'investissement de plusieurs centaines de millions dans ses propriétés au centre-ville. Le plan a pour but de servir de locomotive dans la relance de la rue Sainte-Catherine et du quartier des affaires.

L'initiative de l'institution québécoise tombe à point nommé, car la morosité économique jumelée à la perspective d'un gouvernement séparatiste majoritaire refroidit l'ardeur des promoteurs et investisseurs au centre-ville.

«Avec tout ce qui se passe au Québec, ce n'est pas évident, confie un vétéran de la scène immobilière sous le couvert de l'anonymat. La commission Charbonneau, le débat sur la Charte, des élections où l'on parle d'un gouvernement du Parti québécois majoritaire et l'arrivée de Péladeau, ça crée beaucoup d'incertitudes. Mes copains me disent que toutes les transactions sont gelées, ce n'est pas évident», soupire-t-il.

La Caisse a déjà joué dans le film. Au début des années 90, une période marquée par une sévère récession immobilière et par des tiraillements constitutionnels, son bras immobilier avait fait le plein de propriétés au centre-ville à vil prix. Un pari qui s'est avéré payant.

Cette fois-ci, au lieu d'acquérir des immeubles, sa filiale Ivanhoé Cambridge investira des centaines de millions de dollars dans la construction et la rénovation de ses principales propriétés montréalaises.

D'abord promis pour l'automne 2013, le dévoilement du Plan Montréal se fait toujours attendre à quelques jours du printemps, six mois plus tard.

N'empêche, au gré des déclarations faites aux médias au cours des derniers mois par les dirigeants d'Ivanhoé Cambridge, il est possible d'en esquisser les grandes lignes.

Ivanhoé Cambridge a annoncé en août 2013 qu'elle... (PHOTO FOURNIE PAR IVANHOÉ CAMBRIDGE) - image 2.0

Agrandir

Ivanhoé Cambridge a annoncé en août 2013 qu'elle consacrera 100 millions en 5 ans pour remettre la Place Ville Marie à niveau.

PHOTO FOURNIE PAR IVANHOÉ CAMBRIDGE

Place Ville-Marie

Investissement de 100 millions

«Pièce maîtresse du Plan Montréal», dixit le porte-parole d'Ivanhoé Cambridge, Sébastien Théberge, que l'on a joint au téléphone sur la Croisette à Cannes, où Ivanhoé Cambridge participe à la grande foire immobilière internationale MIPIM.

Ivanhoé a annoncé en août 2013 qu'elle consacrera 100 millions en 5 ans pour remettre la propriété à niveau. La réfection du mur rideau du 2 et du 3 Place Ville Marie est à l'ordre du jour, bien que la société se fasse avare de détails.

L'investissement de 100 millions survient dans le contexte où la propriété qui a fêté ses 50 ans subit le départ d'un locataire de prestige en plus de se voir rétrocéder des locaux d'une superficie considérable, totalisant près de 500 000 pi2.

Par ailleurs, La Presse Affaires a eu vent d'un projet dans les hauteurs du gratte-ciel cruciforme. Les grandes lignes du projet seront annoncées d'ici la fin du mois, selon nos informations.

Le plus récent règlement est survenu ce matin... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Le plus récent règlement est survenu ce matin au Reine-Élizabeth.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Hôtel Fairmont le Reine Elizabeth

Investissement «significatif»

L'établissement célèbre de par le monde pour avoir été le théâtre du bed-in de John Lennon et de Yoko Ono en mai 1969 est mûr pour une cure de rajeunissement en profondeur. Lors du dévoilement des résultats 2013 de la Caisse de dépôt, le président d'Ivanhoé Cambridge, Daniel Fournier, a parlé d'un projet excitant sur lequel la société travaille avec la boîte Sid Lee, reconnue pour son audace.

«On va faire un investissement assez important au Reine Elizabeth, avait alors dit Daniel Fournier. On va en reconstruire un très grand bout au cours des rénovations.» Le nombre de chambres, actuellement 982, sera revu à la baisse.

La Cour suprême a refusé hier d'entendre la... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

La Cour suprême a refusé hier d'entendre la demande d'appel du syndic de Castor Holdings, qui était copropriétaire du Centre Eaton de Montréal (notre photo), dans une affaire de faillite qui traîne depuis 1992.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Fusion du Complexe Les Ailes et du Centre Eaton

FUSION DU COMPLEXE LES AILES ET DU CENTRE EATON

Investissement indéterminé

L'ancien grand magasin Eaton, stratégiquement situé à l'angle des rues University et Sainte-Catherine, a fait l'objet de travaux de près de 200 millions pour le transformer en centre commercial urbain au début des années 2000. Près de 15 ans plus tard, la galerie marchande de 200 000 pi2 bénéficiera d'une nouvelle injection de fonds dans le cadre d'une fusion avec son voisin le Centre Eaton pour former une seule entité de 480 000 pi2.

Le locataire principal, Les Ailes de la mode, affiche dans ses vitrines des soldes de fermeture depuis un certain temps déjà. Son départ est prévu «dans quelques mois», répond-on aux clients au magasin de vêtements pour hommes et femmes. Le réaménagement du magasin de 70 000 pi2 entraînera nécessairement des débours.

«C'est une manière assez correcte d'expliquer la situation», convient M. Théberge.

Parmi les scénarios plausibles, l'espace serait reloué à un détaillant américain comme Target ou Nordstrom ou subdivisé en plusieurs locaux destinés à des détaillants exclusifs venus d'Europe ou des États-Unis.

En parallèle, Ivanhoé ne ménage aucun effort pour redonner vie au restaurant du magasin Eaton du 9e étage, un lieu classé historique, qui est fermé au public depuis 14 ans. «On cherche un partenaire opérant, souligne M. Théberge. Ce sont des pièces [le restaurant et le local Les Ailes] qui ne sont pas nécessairement reliées, mais, en même temps, elles le sont parce qu'elles font partie de notre Plan Montréal.»

Construction de la Tour du 900, de Maisonneuve

CONSTRUCTION DE LA TOUR DU 900, DE MAISONNEUVE

Investissement de plus de 200 millions

L'autre pièce maîtresse du Plan Montréal. Tant Standard Life qu'Ivanhoé ne cachent plus leur désir de conclure une entente de location au 900, boulevard De Maisonneuve, un immeuble de 475 000 pi2 que la Caisse cherche à ériger depuis 10 ans.

Le groupe financier veut y déménager ses 1600 employés actuellement répartis dans deux immeubles. Son édifice au 2045, rue Stanley va être vendu à la Chambre des notaires du Québec, qui y déménagera ses bureaux. Quant au siège social, au 1245, rue Sherbrooke, il tarde à trouver preneur, ce qui ralentit la transaction avec la Caisse de dépôt. «Il n'est pas question qu'Ivanhoé Cambridge achète cet immeuble», soutient M. Théberge, en réaction aux rumeurs qui circulent en ce sens. La construction de la nouvelle tour pourrait être achevée d'ici la fin de 2016.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer