Projet Montréal veut accélérer l'aménagement d'un bain portuaire

Le bain portuaire proposé au pied du Quai... (Image fournie par Projet Montréal)

Agrandir

Le bain portuaire proposé au pied du Quai de l'horloge.

Image fournie par Projet Montréal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'aube des élections municipales, Projet Montréal s'engage à accélérer le projet pour créer un bain portuaire dans le Vieux-Port, s'il est porté au pouvoir en novembre. L'opposition propose d'aménager le tout au bout du Quai de l'horloge pour améliorer l'attrait de la plage déjà en place.

«C'est bien aller à la plage, mais il manque un élément essentiel : l'eau. On la voit, on voit le fleuve, mais on n'y a pas accès. Montréal est une île et souvent on l'oublie parce qu'on est loin de l'eau», constate Valérie Plante, chef de Projet Montréal.

L'idée serait de créer une sorte de bassin à même le fleuve au bout du Quai de l'horloge. Des filets empêcheraient les baigneurs de partir à la dérive dans le courant.

Saluant les activités comme celle prévue demain pour redonner accès à l'eau, la candidate à la mairie dit vouloir aller plus loin. «Je ne veux pas un Grand Splash une fois par année, mais toute l'année.»

Quant au coût, l'opposition est convaincue qu'il est raisonnable. «Quand on regarde à l'international, ça va de 800 000 $ à 2 millions. Ça nous semble très réaliste, si on compare cela à une piscine publique traditionnelle, qui coûte beaucoup plus cher», dit le conseiller Sylvain Ouellet. En effet, Montréal ne serait pas la première ville à se doter d'un bain portuaire. Copenhague, au Danemark, en a aménagé une et connaît un fort succès.

L'ex-chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, qui a longtemps soutenu l'aménagement d'un bain portuaire, se fait plus prudent depuis qu'il a rejoint l'administration Coderre. Signe qu'un tel projet est plus difficile à réaliser qu'il n'y paraît ? Non, assure Valérie Plante, qui y voit simplement une question de priorité. «Denis Coderre a décidé il y a un an qu'il voulait la Formule E, qu'il était prêt à chambouler un quartier complet pour construire une deuxième piste. C'est une question de volonté politique et [le bain portuaire] est plus notre genre de projet.»

L'administration Coderre a démenti que le projet était retardé. «C'est un projet qui avance très bien», assure Chantal Rouleau, élue responsable de l'eau. Elle explique que les études sont en cours pour s'assurer que le bain portuaire soit sécuritaire. «Il y a une préoccupation face au courant. On est dans des études techniques pour avoir des solutions adéquates afin d'avoir un bain sécuritaire pour les Montréalais et les visiteurs.»

En fait, Chantal Rouleau ne s'est pas dite impressionnée par la proposition de Projet Montréal. «C'est de la récupération politique, ça manque d'imagination. C'est dans le plan de l'eau 2015.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer