VILLE-MARIE

Des citoyens excédés par les travaux de la Formule E

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des citoyens vivant en bordure du circuit de Formule Électrique, qui aura lieu à Montréal à la fin juillet, dénoncent les désagréments provoqués par les travaux réalisés dans l'urgence. Excédés par le bruit, ils demandent à être compensés et entendent manifester leur mécontentement durant l'épreuve automobile.

Plusieurs citoyens vivant en bordure du circuit qu'emprunteront les bolides de Formule E les 29 et 30 juillet ont contacté La Presse pour dénoncer le bruit généré par les travaux préparatifs. La Ville a autorisé l'entrepreneur embauché pour repaver les rues du secteur à travailler jour et nuit, sept jours sur sept.

«Il y a des nuits où l'édifice tremble. On ne peut pas dormir. Ce sont des dix-roues qui avancent, qui reculent, qui avancent, qui reculent. Pourquoi, si on savait que cet événement s'en venait, qu'on a fait les travaux 24 heures sur 24 pendant un mois? Pourquoi on n'aurait pas mieux pu prévoir les travaux?», s'indigne une riveraine, Christine Desrochers.

Même son de cloche chez Marie-Claude Pratte. «Tu ne peux pas empêcher le monde de dormir. On est en train de devenir fous.» La Ville de Montréal a comparé le bruit à celui d'une opération de déneigement, ce qui a grandement choqué Christine Desrochers. «C'est faux. C'est insupportable. Du déneigement, c'est autre chose et ça ne dure pas six heures de temps.»

Problème de communication

Les citoyens dénoncent notamment le manque de communication de Montréal. Francis Hébert savait qu'une course de Formule E aurait lieu devant chez lui, mais il ignorait qu'elle serait précédée d'un concert de machinerie lourde pendant un mois. Et ce, jour et nuit. Pourtant, l'homme d'affaires s'était inscrit à une lettre électronique de la Ville bien avant pour être tenu informé des préparatifs. Mais ces communications ont passé sous silence les problèmes de bruit du chantier. 

La première lettre se limite d'ailleurs à dire que les voitures de course sont silencieuses puisqu'elles sont électriques. La majorité des informations dans les lettres servaient à vanter l'utilisation de la voiture électrique en général plutôt qu'informer sur le déroulement des travaux. Après deux nuits à ne pas dormir, Francis Hébert a dû se résoudre à aller passer la nuit chez des amis en banlieue.

Autres travaux à venir

La Ville de Montréal a indiqué aux riverains que le pire du chantier était maintenant derrière eux. Mais signe des problèmes de communication, les citoyens ignoraient que l'installation des barrières de sécurité tout le long du circuit se déroulerait pendant 12 jours avant les courses des 29 et 30 juillet. 

Il faudra 10 autres journées de démontage après l'événement. Bref, les riverains sont loin d'être au bout de leurs peines. «Pour nous, c'est un mauvais rêve qui se prolonge. Une partie de notre été va être complètement bousillée», déplore Christine Desrochers.

Pollution pour une course écologique

Les citoyens rencontrés par La Presse n'ont pas dit être opposés à la venue de la Formule E. Ce sont les travaux faits dans l'urgence principalement de nuit qui les excèdent.

«Faire la promotion des voitures électriques, je trouve cela très louable. Mais pas aux dépens de la santé et du bien-être de la santé des gens. Quand on y pense, polluer pendant cinq semaines de cette façon pour un événement qui va durer deux heures, c'est assez paradoxal», dénonce Christine Desrochers.

Compensation demandée

La Ville a promis d'offrir aux résidants du secteur deux billets pour assister à la course, mais l'offre a reçu un accueil glacial. «On s'en fout de la Formule E. C'est une vraie compensation qu'on veut. Ils devraient au minimum nous payer l'hôtel», dit Marie-Claude Pratte.

«Deux billets ne peuvent compenser pour un mois sans sommeil, ajoute Christine Desrochers. Ce n'est pas parce qu'on habite au centre-ville qu'on ne doit pas prendre soin des citoyens.»

Au tour des citoyens de se faire entendre

La colère est à ce point grande que des citoyens promettent de bien faire entendre leur mécontentement, notamment ceux d'une coopérative d'artistes en bordure du circuit. «On a bien l'intention de faire connaître aux gens de quelle manière ça s'est fait tout ce chantier», prévient Christine Desrochers, qui préside la Coop Radar.

Certains comptent également aller se plaindre aux élus à la prochaine séance du conseil d'arrondissement de Ville-Marie, mercredi. Leur inquiétude est d'autant plus grande que Montréal s'est engagé pour trois ans avec la Formule E. La Ville a même évoqué dans un contrat avec un fournisseur une option pour renouveler l'événement trois autres années, soit jusqu'en 2022.

«Est-ce que ça sera toujours au même endroit? On ne le sait pas. Si on doit refaire la chaussée chaque année dans les mêmes conditions, j'espère qu'on fera preuve de plus de civisme», dit Christine Desrochers.

80 000 $ en stationnement

Le montage et le démontage du circuit empêcheront les résidants et travailleurs du secteur d'y garer leur voiture. La Ville cherche donc activement 1400 cases de stationnement pour les accommoder. Pour l'heure, Montréal a loué 715 espaces, pour une facture de près de 80 000 $. Celles-ci se trouveront au terminus d'autobus, près d'une succursale de la SAQ ou au CHUM.

«Le plan à ce sujet est en cours de finalisation. L'information sera donnée aux personnes concernées lorsqu'il sera finalisé», a indiqué une porte-parole de Ville-Marie, Anik de Repentigny.

La vente des billets va bien, assure evenko

L'entreprise evenko, qui gère la billetterie, assure que la vente des billets va bon train. «La vente va très bien. On suit les standards de l'industrie. On est très confiants d'avoir une belle assistance», dit un porte-parole, Philip Vanden Brande.

Impossible toutefois d'obtenir des données précises. De nombreux billets demeurent encore disponibles, selon les vérifications de La Presse. Il est ainsi possible d'acheter des séries de 12 billets voisins partout sur le site.

Même si la Ville de Montréal est le principal bailleur de fonds pour la venue de la Formule E, la métropole en a confié l'organisation à un organisme à but non lucratif, Montréal c'est électrique (MCE). Ce dernier a lui-même confié à evenko la gestion de l'événement.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer