Montréal resserre les règles sur les calèches

Le maire Denis Coderre avait tenté d'interdire les... (Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Le maire Denis Coderre avait tenté d'interdire les calèches, mais sa décision avait été infirmée par les tribunaux.

Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les calèches ne pourront plus circuler dans les rues de Montréal quand le thermomètre atteindra les 28 degrés Celsius. Les cochers devront porter un uniforme. Les écuries devront être climatisées l'été et chauffées l'hiver. Après avoir mordu la poussière pour interdire les calèches, la Ville de Montréal s'apprête à resserrer les règles encadrant l'industrie.

L'administration Coderre a donné le feu vert à un nouveau règlement sur les calèches, disant vouloir redorer le blason de cette industrie. « Malgré les interventions soutenues de la Ville de Montréal durant les trois dernières années pour resserrer davantage l'encadrement de cette industrie, force est de constater que des écarts récurrents continuent de se produire relativement au bien-être des chevaux ainsi qu'à la prestation des services par les cochers », dit Montréal.

Le nouveau règlement prévoira des amendes plus salées, mais les montants imposés n'ont pas encore été rendus publics. Avant d'entrer en vigueur, ce nouveau règlement devra obtenir l'aval du conseil municipal, ce qui ne devrait pas aller à la fin de l'été.

Le maire Denis Coderre avait tenté d'interdire les calèches, mais sa décision avait été infirmée par les tribunaux. Fait à souligner, ces changements surviennent alors que la métropole est ciblée par une campagne contre la cruauté envers les chevaux en raison de la tenue d'un rodéo dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de Montréal.

***

NOUVEAU RÈGLEMENT

Pour les chevaux :

Montréal abaisse à 28 degrés Celcius, plutôt que 30, le seuil au-delà duquel les calèches doivent cesser de circuler. Pour s'assurer du respect de cette règle, des afficheurs de température réelle seront aménagés à tous les postes d'embarquement. Une alarme visuelle s'activera lorsque la température approchera du seuil des 28 degrés.

Un médecin vétérinaire devra certifier le bon état de santé de chaque cheval deux fois par année. Les bêtes ne pourront être attelées plus de 9 heures par jour, en incluant le temps de déplacement vers l'écurie. Les animaux auront aussi droit à une pause 10 minutes après chaque promenade. Enfin, les chevaux seront munis d'une micropuce pour faciliter leur suivi.

Pour les cochers :

Les cochers aussi sont dans la mire de la Ville. Ils devront suivre une formation tous les cinq ans sur l'information touristique et le service à la clientèle. Le port d'une tenue vestimentaire leur sera imposé. Ils devront aussi avoir un permis en règle auprès de la SAAQ. Il sera interdit à tout cocher d'être aux commandes d'une calèche pour cinq ans s'il est reconnu coupable de toute infraction de cruauté envers les animaux.

Pour les écuries :

Les propriétaires d'écuries devront s'assurer que la température à l'intérieur ne dépasse jamais les 28 degrés Celsius. L'hiver, les propriétaires devront veiller à ce que la température oscille entre 5 et 7 degrés Celsius. Ils devront aussi s'assurer que le taux d'humidité demeure entre 55 % et 70 %. Les chevaux devront avoir accès à un espace pour circuler librement.

Sur les calèches :

La mécanique des calèches sera aussi inspectée par la Ville.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer