Montréal réclame 160 000$ à l'ex-maire Applebaum

L'ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'ex-maire de Montréal par intérim Michael Applebaum

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Ville de Montréal réclame 160 000$ à l'ex-maire Michael Applebaum et 34 000$ à l'ex-conseiller Saulie Zajdel à la suite de leur condamnation pour corruption. La métropole a autorisé ses avocats à entreprendre des procédures judiciaires afin de récupérer l'allocation de transition qui leur avait été versée à la suite de leur départ de l'hôtel de ville.

Michael Applebaum était devenu maire de Montréal en novembre 2012 à la suite de la démission de Gérald Tremblay, dans la foulée des révélations de la commission Charbonneau. Son mandat avait toutefois été de courte durée puisque l'Unité permanente anticorruption l'arrêtait sept mois plus tard dans une affaire de pots-de-vin. Le lendemain, il démissionnait et quittait l'hôtel de ville.

Mais élu depuis 1994, Michael Applebaum avait droit à une prime de départ ainsi qu'une allocation de transition. Une modification apportée en décembre dernier à la Loi encadrant la rémunération des élus permet toutefois aux Villes de réclamer le remboursement d'une partie, soit l'allocation de transition, si un élu est trouvé coupable d'un crime commis dans l'exercice de ses fonctions et pouvant lui valoir plus de deux ans d'emprisonnement.

Et c'est précisément ce qu'entend faire Montréal. L'administration Coderre a mandaté les avocats de la Ville pour mettre en demeure Applebaum, de rembourser son indemnité, à défaut de quoi des recours judiciaires seront entrepris. La réclamation ne couvre toutefois pas la prime de départ de 108 000$ qu'il avait reçue.

La métropole avait déjà indiqué vouloir récupérer ce montant à la suite de sa condamnation, en janvier, pour avoir exigé et reçu des milliers de dollars afin de favoriser deux projets immobiliers dans son arrondissement. La Ville disait toutefois attendre la fin des procédures judiciaires pour entreprendre ses démarches. C'est maintenant chose faite puisque l'ex-maire a renoncé à toute contestation de sa culpabilité et de la peine de 12 mois de prison dont il a écopé le 30 mars. «On est une administration de probité, on a mis sur pied l'inspecteur général, une nouvelle gestion contractuelle, et puis on a dit dès le début que s'il y a des façons de récupérer, on va pouvoir le faire, à tous les niveaux », avait déclaré Denis Coderre lors d'un point de presse en février dernier.

En plus de Michael Applebaum, la Ville cible aussi l'ex-conseiller Saulie Zajdel, qui s'est reconnu coupable en mai 2015 de fraude envers le gouvernement, abus de confiance, actes de corruption et complots. Celui-ci a été conseiller municipal de 1986 à 2009 et avait reçu une allocation de transition de 34 000$ en février 2010 à la suite de son départ. Il avait été arrêté en 2013 dans la même opération de l'UPAC.

Le parcours de Michael Applebaum

1994: Élu conseiller municipal pour la première fois

2002: Devient maire de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce

Janvier 2009: Nommé au comité exécutif de Montréal par Gérald Tremblay

Novembre 2012: Désigné maire de Montréal à la suite de la démission de Gérald Tremblay

17 juin 2013: Arrêté par l'Unité permanente anticorruption ; il démissionne le lendemain

11 juillet 2013: Montréal lui verse 268 000$ en indemnités de départ de transition

Janvier 2017: Est trouvé coupable de huit chefs d'accusation pour avoir exigé et accepté des pots-de-vin entre 2006 et 2011: il sera condamné en mars à purger 12 mois de prison




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer