Denis Coderre réitère sa confiance en Philippe Pichet

Le maire Denis Coderre a été contraint à cesser... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire Denis Coderre a été contraint à cesser ses activités professionnelles pendant onze jours en raison d'une prostatite et d'une infection urinaire.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De retour au travail samedi au terme d'une convalescence de onze jours, le maire Denis Coderre a réitéré sa confiance envers le directeur du SPVM Philippe Pichet et n'a pas commenté directement les révélations de La Presse au sujet de la réouverture des enquêtes visant l'ancien patron des affaires internes du SPVM, Costa Labos.

Le chef du Service de police de la Ville de Montréal a «toujours» la confiance du maire de Montréal, malgré les appels à sa suspension lancés par les partis de l'opposition à l'Assemblée nationale.

« Le premier ministre a été très clair, comme moi, jusqu'à la preuve du contraire, c'est la confiance. On ne s'immiscera pas dans ces enquêtes, ils vont faire leur travail, et à la lumière des faits, on prendra les décisions qui s'imposent», a déclaré Denis Coderre, en mêlée de presse, samedi matin, dans un hôtel de Montréal, en marge de l'évènement Eric Sports Association pour l'Irlandais de l'année.  

La Presse dévoilait ce matin que quatre enquêtes réalisées par la Sûreté du Québec (SQ) sur l'officier Costa Labos, fermées l'automne dernier, venaient d'être réactivées dans la foulée des allégations qui touchent la police de Montréal.

Une de ces enquêtes concerne une employée civile du SPVM qui avait dénoncé dès 2009 aux affaires internes le harcèlement effectué par son ex-conjoint, un policier qui relevait directement de Philippe Pichet. Or, les affaires internes du SPVM n'avaient fait aucun suivi, selon cette employée qui s'est adressée à Info-Crime et a été rencontrée à l'été 2016 par la Direction des normes professionnelles de la SQ pour cette affaire.  

Questionné sur ces révélations, Denis Coderre a répété qu'il fallait laisser les enquêteurs « faire leur travail », mais n'a pas commenté l'affaire sur le fond. « Vous savez que je ne me mêle pas d'opération policière. S'il y a un processus, on va respecter le processus. Dans le cadre de mes fonctions, quand j'aurais à prendre des décisions, je les prendrais en temps et lieu, mais on va laisser faire le travail de tout le monde», a-t-il indiqué, à la fin de cette brève mêlée de presse. 

Présente au même évènement, la chef de Projet Montréal Valérie Plante a appelé Denis Coderre à faire «preuve d'une grande transparence» au sujet des allégations visant le SPVM compte tenu de la «crise de confiance» qui ébranle le corps policier. La chef de l'opposition officielle demande au maire que les rencontres de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal soient ouvertes au public pour une meilleure « transparence ». « La population se demande ce qui se passe avec notre service de police : Est-ce qu'on peut lui faire confiance ? », dit-elle. 

« Depuis le début de son mandat, Denis Coderre se dit comme le nouveau shérif en ville, mais c'est assez clair que dans ce dossier, le shérif c'est [Martin] Coiteux, [le ministre de la Sécurité publique]. Parce que M. Coderre, pour l'instant, on le sent beaucoup en retrait. Il suit un peu ce qui est mis de l'avant par M. Coiteux, mais Projet Montréal souhaite que le maire soit beaucoup plus proactif, qu'il pose des questions, et encore une fois, qu'il dise clairement à la population qu'elle a droit d'avoir des séances publiques de la Commission de la sécurité publique, chose que le maire ne semble pas acquiescer», a-t-elle affirmé. 

«Retour officiel» du maire

Le maire a été contraint à cesser ses activités professionnelles le 28 février dernier en raison d'une prostatite aiguë et d'une infection urinaire. Il affichait toutefois une bonne forme ce matin à son «retour officiel» au travail. Il sera d'ailleurs à la première du spectacle d'opéra Another Brick in the Wall, ce soir à Montréal.  

«Ça va beaucoup mieux. C'était difficile. Je disais un peu à la blague : je ne vois plus le film La ligne verte de la même façon, surtout Tom Hanks. [NDRL : Son personnage souffre d'une infection urinaire] Ç'a été très souffrant, je dois vous avouer. Ç'a été un repos salutaire. Il ne fallait pas faire de blague avec ce genre de maladie. Je remercie les médecins et surtout, tous ceux et celles qui m'ont écrit des mots de prompts rétablissements. Alors, on est de retour!», a-t-il lancé.  

Le maire Coderre rappelle aux hommes dans la cinquantaine l'importance de faire des «vérifications» de santé. « La question de la prostate, on ne blague pas avec ça. Il faut faire des vérifications. C'est très très sournois. On ne sent rien et tout d'un coup ça arrive», dit-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer