SPVM: le chef des affaires internes déplacé latéralement

Le quartier général du Service de police de... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Le quartier général du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Le controversé patron des Affaires internes de la police de Montréal, l'inspecteur-chef Costa Labos, a été muté à une autre affectation hier, dans une importante mutation et promotion des cadres du service policier, a appris La Presse.

Costa Labos... - image 1.0

Agrandir

Costa Labos

M. Labos - qui conserve le même grade d'inspecteur-chef- est muté à la Division des communications opérationnelles et informations policières, qui gère notamment les télécommunications du service de police.

Costa Labos a passé six ans à la tête des affaires internes du SPVM. L'été dernier, à la demande de la direction du SPVM, il a fait l'objet d'une enquête criminelle de la Sûreté du Québec sur différentes allégations. Un policier retraité perquisitionné par les enquêteurs des Affaires internes pour avoir parlé avec un journaliste avait notamment accusé Costa Labos d'avoir exagéré des informations contenues dans l'affidavit au soutien du mandat.

On alléguait également que M. Labos avait révélé l'identité d'une source codée devant plusieurs témoins lors d'une discussion animée au restaurant Le Liège et qu'il avait tenté de décourager, enregistrement audio à l'appui, deux enquêteurs qui avaient recueilli un témoignage qui aurait pu disculper l'ex-enquêteur des Crimes majeurs Mario Lambert, alors accusé d'avoir frauduleusement utilisé un ordinateur du service de police.

Le 23 septembre dernier, le chef du SPVM, Philippe Pichet, a convoqué une conférence de presse pour annoncer que son chef des Affaires internes a été blanchi par l'enquête de la SQ et que le Directeur des poursuites criminelles ne porteraient pas d'accusation. 

Dans sa déclaration, le chef a affirmé que Costa Labos occupait le poste le plus impopulaire au service, et M. Pichet avait mis les allégations formulées contre son chef des Affaires internes sur le compte d'une vengeance et d'un climat de travail «très particulier».

À deux reprises, la Fraternité des policiers et policières de Montréal avait demandé que M. Labos soit affecté à d'autres tâches, au moins durant l'enquête de la SQ, une requête qui a été rejetée par la direction du SPVM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer