Le parc Maisonneuve fera peau neuve

Sans tambour ni trompette, Montréal vient d'adopter un... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Sans tambour ni trompette, Montréal vient d'adopter un plan directeur pour moderniser le parc Maisonneuve et régler certains des irritants que vivent les visiteurs.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mettre en valeur la vue sur le mât du Stade, implanter une oeuvre d'art monumentale, réfrigérer l'anneau de glace : le visage du parc Maisonneuve changera profondément au cours des 15 prochaines années. Sans tambour ni trompette, Montréal vient d'adopter un plan directeur pour moderniser le parc et régler certains des irritants que vivent les visiteurs cet immense espace vert de 80 hectares, soit l'équivalent de 150 terrains de football ou de plus de deux fois le parc La Fontaine.

Des parcours sportifs

La Ville de Montréal continue à écarter l'idée d'aménager au parc Maisonneuve des terrains sportifs pour le soccer ou le baseball, mais elle compte implanter certains aménagements pour les sportifs. Parmi les nouveautés envisagées, la Ville veut miser sur les parcours sportifs, tant pour les petits que pour les grands. Une aire de jeux se rapprochant d'une piste d'hébertisme est ainsi envisagée en coeur du parc. Pour les adultes, la métropole souhaite mettre en place un parcours d'entraînement. L'idée est de miser sur des « modules d'entraînement au design discret et minimaliste afin de s'intégrer subtilement dans le paysage ». Ce volet sportif risque de prendre du temps avant de se matérialiser, puisque la Ville cible les années 2025 et 2026 pour leur réalisation, soit dans 10 ans.

Une oeuvre monumentale

Le parc Maisonneuve ayant perdu les festivités de la Saint-Jean-Baptiste - qui ont lieu dans le Quartier des spectacles depuis juin 2015 -, il se cherche une nouvelle identité. Pour la définir, Montréal compte implanter au coeur de cet espace vert une oeuvre d'art monumentale misant sur l'eau. Pour marquer le coup, la Ville prévoit lancer un concours d'art international. Ce projet devrait prendre du temps à aboutir, la construction de la structure étant prévue seulement en 2024.

Le mât du Stade

Malgré l'arrivée d'une oeuvre d'art monumentale au coeur du parc, celui-ci ne tournera pas pour autant le dos à son imposant voisin, le Stade olympique. Au contraire, Montréal veut profiter des travaux pour mettre davantage en valeur la vue sur le mât. Pour la valoriser, une « promenade expérientielle » est envisagée. Celle-ci traverserait le parc pour mener vers une passerelle surélevée qui offrirait une vue imprenable sur l'imposante tour inclinée.

Nouvel élan au golf

La Ville de Montréal veut donner un nouvel élan à son golf municipal, dans lequel elle a investi 5,7 millions au cours des cinq dernières années. Celui-ci connaît depuis cinq ans une baisse de clientèle en raison de l'âge des infrastructures et de la faible qualité du parcours. La métropole souhaite orchestrer une campagne de marketing pour faire redécouvrir ce site aux Montréalais. Aménagé en 1923, le terrain de golf comptait à l'origine neuf trous, mais devant sa popularité, neuf autres ont été aménagés en 1926. Au sommet de sa popularité, dans les années 50, le golf attirait plus de 76 000 joueurs par an. Le parcours a toutefois été amputé de moitié en 1976 pour faire place aux Jeux olympiques. En 2013, il n'a attiré que 17 000 joueurs, dont les deux tiers étaient des aînés.

Éloigner les « incivilités »

Les travaux au parc Maisonneuve serviront aussi à corriger certains irritants. Parmi ceux-ci, Montréal veut calmer les ardeurs de ceux qui aiment se donner en spectacle à la vue de tous dans certains secteurs. La Ville évalue que ce « problème d'incivilité est dû à leur emplacement isolé et à la présence de plantations denses qui favorisent les angles morts et les détours cachés ». La métropole prévoit tailler la végétation de ces secteurs, couper les branches des arbres jusqu'à deux mètres de hauteur. « La vue à découvert annulera un bon nombre de ces actes et assurera un meilleur contrôle des instances policières. Le simple fait de "voir et être vu" est déjà la prémisse de sécurité et donc de la baisse de récidives dans le parc », peut-on lire dans le plan.

Ralentir les cyclistes

On entend souvent parler des problèmes de circulation automobile de transit dans les rues de quartier, mais le parc Maisonneuve connaît le même problème avec les vélos. Des cyclistes profitent de l'absence de feux de signalisation ou d'obstacles pour pédaler à toute vitesse, ce qui occasionne de nombreux conflits avec les promeneurs venus profiter du paysage. Pour réduire les irritants, Montréal compte aménager une nouvelle piste cyclable sur rue au pourtour du parc pour dévier cette circulation de transit. Autre mesure, des dos d'âne seront aménagés pour forcer les vélos à mettre la pédale douce. Enfin, du marquage au sol sera ajouté tout le long des sentiers pour rappeler aux cyclistes de réduire leur vitesse.

Une aire canine

Montréal veut aussi profiter des travaux pour régler le « problème de taille » que représente la cohabitation avec les chiens dans ce parc. Pour y arriver, la métropole songe donc à aménager dans le secteur nord-ouest une « zone sans laisse ». Le concept consisterait à permettre aux chiens de s'y promener sans laisse à certaines heures, soit le matin de 6 h à 8 h et le soir après 19 h 30. « Pour le reste de la journée, les chiens devront obligatoirement se promener avec laisse », précise le document. Contrairement aux parcs à chiens, cette zone ne serait pas délimitée par une clôture, mais uniquement par de la signalisation. Ce secteur a été ciblé puisque les pique-niqueurs sont peu nombreux à cet endroit. Avant d'aller de l'avant, Montréal veut valider la pertinence du projet avec l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie, qui doit aménager un parc à chiens au parc Louisiane, situé à 300 mètres de là.

Réfrigérer l'anneau de glace

Très populaire, l'anneau de glace du parc Maisonneuve fera l'objet d'un rehaussement important alors que la Ville compte le réfrigérer. « L'infrastructure du sentier permettrait d'accueillir des tapis réfrigérés pour une saison de patin plus longue et des conditions de glace optimisées », détaille le document. Les gens devront toutefois faire preuve de patience, puisque ce projet pourrait ne voir le jour qu'en 2027, selon l'échéancier actuel du plan directeur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer