• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Montréal 
  • > Plainte de Militza Jean contre Projet Montréal: pas harcelée, mais congédiée injustement 

Plainte de Militza Jean contre Projet Montréal: pas harcelée, mais congédiée injustement

Jugeant le témoignage de la plaignante peu crédible,... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jugeant le témoignage de la plaignante peu crédible, le juge administratif Mario Chaumont exonère tant Richard Bergeron (notre photo), aujourd'hui membre de l'administration Coderre, que Joël Simard-Ménard, toujours chef de cabinet de Projet Montréal, d'allégations de harcèlement psychologique.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une ancienne attachée politique de Projet Montréal n'a pas été victime de harcèlement psychologique, tranche le Tribunal administratif du travail. Son congédiement pour avoir enregistré à son insu l'ex-chef Richard Bergeron était toutefois injustifié.

Militza Jean, ancienne attachée politique de Projet Montréal à... (Photo tirée du site de Projet Montréal) - image 1.0

Agrandir

Militza Jean, ancienne attachée politique de Projet Montréal à l’hôtel de ville

Photo tirée du site de Projet Montréal

Le juge administratif Mario Chaumont vient tout juste de rendre son jugement dans la cause qui opposait Militza Jean à Projet Montréal. Cette ancienne attachée politique de l'opposition à l'hôtel de ville accusait l'ex-chef de la formation ainsi que son chef de cabinet de l'avoir harcelée psychologiquement avec des commentaires racistes et de nature sexuelle.

Après avoir entendu les parties, le juge administratif écrit que « rien ne permet de conclure à la présence de harcèlement psychologique ». Jugeant le témoignage de la plaignante peu crédible, il exonère tant Richard Bergeron, aujourd'hui membre de l'administration Coderre, que Joël Simard-Ménard, toujours chef de cabinet de Projet Montréal.

Dans sa plainte, Militza Jean avait notamment reproché à Richard Bergeron de lui avoir dit que « les Noirs ne votent pas ». « Énoncer que les personnes de race noire ne votent pas n'est pas une manifestation de harcèlement psychologique. Le chef de Projet Montréal a tiré ce constat des listes des votants soumises par le Directeur général des élections », écrit le juge administratif.

Quant au chef de cabinet, Mario Chaumont ne croit pas que celui-ci a été plus dur avec Mme Jean qu'avec les autres membres de son personnel.

Le juge administratif conclut que « pris globalement, les faits reprochés ainsi que la preuve présentée ne peuvent aucunement constituer du harcèlement psychologique. Il s'agit de l'exercice normal des droits de direction de la part du chef de cabinet ».

Richard Bergeron n'a pas souhaité commenter la décision. Le chef de cabinet de Projet Montréal, Joël Simard-Ménard, s'est quant à lui dit « très heureux que 100 % des allégations de harcèlement psychologique contre [lui] aient été rejetées ».

ENREGISTREMENTS CLANDESTINS

Dans sa décision, le juge administratif dit croire que Projet Montréal a procédé au congédiement de Mme Jean parce que celle-ci avait fait des enregistrements clandestins et non à cause de sa plainte pour harcèlement psychologique, comme elle le prétendait. Rappelons que Militza Jean a toujours démenti avoir enregistré son patron et soutenu avoir plutôt retranscrit de mémoire le contenu de leurs échanges, mais le juge administratif ne la croit pas.

Or, les fautes reprochées à Mme Jean ne constituaient pas des fautes graves, et le parti aurait dû appliquer des sanctions progressives. Comme celle-ci n'avait pas de dossier disciplinaire, le juge administratif a décidé d'annuler le congédiement. Militza Jean a toutefois indiqué qu'elle renonçait à réintégrer son poste d'attachée politique au cabinet de l'opposition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer