Denis Coderre fustige le refus d'Uber de suspendre son service

Le maire de Montréal, Denis Coderre.... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal et Québec) L'entreprise Uber refuse de suspendre ses activités le temps qu'une commission parlementaire étudie la question des nouveaux services de transport, comme le demandait le maire de Montréal. Denis Coderre y voit un signe de mauvaise foi qui risque d'alimenter les tensions avec l'industrie du taxi.

Alors que les chauffeurs de taxi manifestaient hier pour protester contre le service UberX, Denis Coderre a estimé que, pour éviter les dérapages, une « trêve s'impose », le temps que la commission parlementaire annoncée par Québec étudie la question. « Je demande une trêve pendant les travaux de la commission », a-t-il déclaré.

Cette trêve impliquerait que l'industrie du taxi cesse ses moyens de pression, comme ceux exercés hier. En échange, le service UberX devrait suspendre ses activités pour permettre aux esprits de se calmer.

Uber a toutefois rapidement rejeté la demande de trêve. « Il est dommage de voir qu'encore une fois le maire Coderre veut protéger les intérêts du monopole de l'industrie du taxi et refuse d'écouter la volonté des Montréalais qui ont clairement indiqué leur désir d'avoir des options alternatives de transport sécuritaires, fiables et abordables », a réagi Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d'Uber Canada.

Ce refus a ulcéré le maire, qui y voit une preuve de la mauvaise foi de l'entreprise. « Uber doit être un bon citoyen corporatif. Il a une bonne occasion de le démontrer et s'il le fait pas, c'est lui le problème », a commenté Denis Coderre.

Tarifs doublés

Le maire a de plus déploré le fait qu'UberX a doublé ses tarifs durant la manifestation des chauffeurs de taxi en raison de la demande accrue qu'a entraînée le débrayage. « C'est comme cet hiver quand ça coûtait 327 $, faire Montréal-Laval. C'est pour cela que je dis que ça n'a pas de bon sens », a dénoncé M. Coderre.

À Québec, le ministre des Transports, Jacques Daoust, a dit souscrire à l'appel du maire, puisque l'application UberX est illégale. « Je ne veux pas simplement une trêve, a dit M. Daoust. Quelque chose qui est illégal, il faut que ça arrête tout le temps. »

Le ministre affirme que l'application controversée peut être utilisée de manière légale si les chauffeurs obtiennent un permis de taxi, prélèvent les taxes de leurs clients et paient de l'impôt. Dans l'intervalle, les autorités peuvent saisir des véhicules qui contreviennent à la loi.

Reconnaissant qu'Uber a fait preuve d'arrogance depuis son arrivée à Montréal, le chef de l'opposition, Luc Ferrandez, croit que le maire Coderre aurait tout de même dû s'asseoir avec l'entreprise pour discuter de son intégration dans le marché montréalais, ce à quoi il s'est toujours refusé jusqu'à présent. « On n'a pas besoin d'une trêve, mais d'une négociation active. Le maire aurait dû leur dire de changer de ton plutôt que bouder dans son coin », dit l'élu de Projet Montréal. La métropole devrait notamment travailler avec l'entreprise pour trouver comment dédommager les chauffeurs de taxi qui ont dû dépenser des milliers de dollars pour obtenir un permis, comme l'ont fait d'autres villes comme Edmonton.

Denis Coderre refuse toutefois de comparer la situation à Montréal et celle de la capitale albertaine qui vient d'autoriser Uber à poursuivre ses opérations légalement moyennant la mise en place d'un fonds compensatoire. « Qu'on ne vienne pas comparer Edmonton et Montréal, ce n'est pas la même chose au niveau des permis », a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer