Le Bureau du taxi multiplie les saisies

Depuis le début de l'année, le Bureau du... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Depuis le début de l'année, le Bureau du taxi a saisi 84 voitures pour transport illégal. Les inspecteurs ont été particulièrement présents en marge de l'IglooFest, qui bat son plein dans le Vieux-Montréal.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Bureau du taxi de Montréal exerce une pression accrue sur les services de transport qu'il juge illégaux, multipliant les saisies de véhicules depuis le début de l'année. Principale entreprise dans sa ligne de mire, Uber dénonce la nouvelle stratégie qui consiste à cibler des événements où ses services sont fortement sollicités, estimant que la métropole met ainsi en danger la sécurité de ses propres citoyens.

Jean-Nicolas Guillemette, directeur général de l'entreprise au Québec... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Jean-Nicolas Guillemette, directeur général de l'entreprise au Québec

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Depuis le début de l'année, le Bureau du taxi a saisi pas moins de 84 voitures pour transport illégal, dont 17 dans la seule soirée de jeudi. À ce rythme, les inspecteurs pourraient saisir cette année deux fois plus de véhicules qu'en 2015.

Ce résultat s'explique en grande partie par la nouvelle stratégie adoptée par le chien de garde de l'industrie du taxi, qui admet qu'il mène des « opérations ciblées » lors d'événements attirant des utilisateurs de nouvelles plateformes. C'est ainsi que les inspecteurs ont été particulièrement présents en marge de l'IglooFest, qui bat son plein dans le Vieux-Montréal. Seulement la fin de semaine dernière, une quarantaine de véhicules ont ainsi été saisis non loin du site de l'événement hivernal.

Cette nouvelle stratégie indigne Uber, qui la juge dangereuse. « Ce qui met le feu aux poudres, c'est qu'on a décidé de cibler directement des gens qui utilisent Uber alors qu'ils sont en état d'ébriété. Je ne veux pas, à cause de cela, avoir à vivre avec la mort de quelqu'un sur la conscience », dénonce Jean-Nicolas Guillemette, directeur général de l'entreprise au Québec.

« Il y a un risque réel pour la population que du monde en état d'ébriété prenne le volant, et c'est inacceptable. La priorité de l'administration devrait être d'assurer la sécurité, pas de défendre une industrie privée comme celle du taxi », soutient M. Guillemette.

Montréal assure ne pas mettre en danger la sécurité des Montréalais puisque le Bureau du taxi a fait aménager un poste d'attente d'une cinquantaine de voitures de taxi près des festivités d'IglooFest, soit sur la rue de la Commune, entre la place Jacques-Cartier et le boulevard Saint-Laurent.

UBER RÉCLAME UNE RENCONTRE AVEC LE MAIRE

Uber estime que Montréal n'a toutefois pas à dicter ainsi les moyens de transport que ses citoyens peuvent utiliser. « Pourquoi Uber est-il si populaire ? Parce qu'on répond à un besoin réel : les gens veulent plus d'options de transport », dit M. Guillemette. Son entreprise dit avoir reçu plus de 300 000 requêtes en octobre et continue à observer une hausse depuis.

L'entreprise dans la ligne de mire des autorités continue à réclamer une rencontre avec le maire Denis Coderre pour discuter des mesures qui pourraient être mises en place pour encadrer ce nouveau service. « Toutes les grandes villes en Amérique du Nord ont déjà passé ou sont en train de passer de la réglementation... à l'exception de Montréal et de Québec », déplore M. Guillemette.

L'entreprise, qui conteste chacune des saisies, estime que Montréal dilapide les fonds publics en multipliant les saisies.

Les responsables d'IglooFest ont préféré ne pas commenter les saisies en marge de ses festivités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer