Exclusif

Autoroute Métropolitaine: 10 kilomètres en piètre état

Un étaiement formé de plusieurs poutres d'acier soutient... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

Agrandir

Un étaiement formé de plusieurs poutres d'acier soutient une des structures de l'autoroute Métropolitaine qui devra être remplacée, dans l'échangeur Décarie.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

Les dizaines de millions de dollars investis dans des travaux de réparation au cours des dernières années n'ont pas ralenti la dégradation des structures de béton de la partie surélevée de l'autoroute Métropolitaine, dans le nord de Montréal.

Selon des données du ministère des Transports du Québec (MTQ), au moins 41 des 47 ponts, viaducs, bretelles et autres structures qui composent ce segment d'autoroute de 10,5 kilomètres ont besoin de travaux de réparation; 10 nécessiteront même des «travaux majeurs».

De plus, le MTQ devra trouver une solution pour remplacer une de ces structures endommagées située en plein dans l'échangeur Décarie, un des carrefours autoroutiers les plus achalandés de la province.

Après une inspection générale, en 2014, cette structure a reçu un indice de condition générale (ICG) de «1». C'est la pire cote possible dans le système de gestion des structures du Ministère. Elle signifie que cette structure «nécessite un remplacement».

La structure à remplacer n'est pas très imposante. Elle ne compte que deux voies de circulation et fait moins de 70 mètres de longueur. Mais elle est une composante essentielle de la bretelle qui relie la Métropolitaine (A40 Ouest) à l'autoroute Décarie (A15 Sud).

Près de 40 000 usagers de l'autoroute Métropolitaine utilisent cette bretelle chaque jour pour prendre la direction du centre-ville de Montréal ou du pont Champlain. En pointe du matin, le débit de circulation s'élève jusqu'à 2400 véhicules à l'heure.

Elle surplombe une autre bretelle de l'échangeur Décarie reliant l'A15 Nord à l'A40 Ouest, où la circulation est aussi intense. Une partie de la structure est soutenue par une série d'épaisses colonnes en acier. Cet étaiement a été installé «par mesure préventive», en 2009.

Dalle défoncée

Lors de la dernière inspection générale de la structure, en août 2014, les ingénieurs du Ministère ont noté des «signes de défoncement de la dalle», apparents sous la structure comme sur la chaussée.

Les dommages recensés dans le rapport d'inspection, qu'on peut consulter sur le site internet du MTQ, ressemblent à ceux constatés sur la très grande majorité des autres structures qui composent la portion surélevée de la Métropolitaine, entre le boulevard Provencher, dans le nord-est de Montréal, et l'autoroute 520, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

La quasi-totalité des surfaces de béton, que ce soit sous la structure ou sur les côtés extérieurs, sont couvertes de fines fissures. L'eau s'infiltre partout avec les sels utilisés pour l'entretien hivernal de la chaussée, qui suintent ensuite à l'extérieur par les pores du béton, ce qui laisse de grandes taches blanches d'efflorescence sur les parois.

La structure montre de nombreuses traces de béton éclaté, écaillé ou délaminé. Les glissières de sécurité sont couvertes de traces de rouille, provenant vraisemblablement de l'armature d'acier, à l'intérieur du béton. Des joints de dilatation ne sont pas étanches.

Le MTQ prévoit effectuer des travaux de réparation sur cette structure en 2017. La nature et l'ampleur de l'intervention n'ont pas encore été déterminées. Le remplacement de la structure n'est toutefois pas dans les plans du Ministère pour l'an prochain, selon Mario St-Pierre, porte-parole MTQ.

«L'indice 1 qui a été attribué à la structure n'est pas seulement dû à des critères d'ingénierie, explique le porte-parole du Ministère. Il reflète aussi la volonté du Ministère de remplacer cette structure afin de pouvoir retirer l'étaiement temporaire, installé [en 2009] par mesure préventive».

«Remue-méninges»

Selon Mario St-Pierre, le Ministère est actuellement en «remue-méninges» par rapport à ce qu'il adviendra de toute la section sud de l'échangeur Décarie, dont fait partie la structure à remplacer. Au moins six autres ponts et structures du même secteur seraient aussi inclus dans un vaste projet de réaménagement - «un peu comme nous avons fait pour la partie nord de l'échangeur».

L'échangeur Décarie est un des carrefours autoroutiers les plus sollicités au Québec. On estime à environ 280 000 le nombre des véhicules qui empruntent les bretelles reliant entre elles les autoroutes Métropolitaine et Décarie, le chemin de la Côte-de-Liesse et les boulevards Décarie et Marcel-Laurin, dans l'arrondissement de Saint-Laurent.

Entre 2009 et 2014, le MTQ a procédé au réaménagement complet de la partie nord de l'échangeur, en reconfigurant la voie de desserte de la Métropolitaine (chemin de la Côte de-Liesse) et les bretelles reliant le réseau autoroutier au réseau artériel avoisinant, dont les boulevards Marcel-Laurin et Décarie. La réalisation du projet a exigé cinq ans de travaux et des investissements de 130 millions.

Le MTQ songe maintenant à un projet similaire pour la partie sud de l'échangeur, dit M. St-Pierre.

«Ça aurait été catastrophique», ajoute-t-il, évoquant la congestion routière intense qui en aurait résulté.

«Maintenant que la partie nord de l'échangeur est complétée, ajoute M. St-Pierre, on va se pencher sur la partie sud, et entre autres sur cette structure à remplacer. Entre-temps, il va y avoir des travaux d'entretien pour la maintenir en bon état, et une intervention a été prévue pour 2017.»

Le porte-parole a indiqué que le MTQ prévoit attribuer prochainement un mandat de consultation «pour obtenir des propositions de réaménagement pour la partie sud de l'échangeur Décarie».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer