Congestion routière: «La solution, c'est le transport collectif», dit Poëti

Le ministre des Transports, Robert Poëti, rejette l'idée de... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le ministre des Transports, Robert Poëti, rejette l'idée de la Commission de l'écofiscalité du Canada d'adopter divers mécanismes de tarification pour réduire la congestion routière dans les plus grandes villes du pays.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
La Presse

La réduction de la congestion routière dans la grande région de Montréal doit passer par la mise en valeur des services de transports collectifs, et non par des péages de congestion, a affirmé hier le ministre des Transports du Québec et ministre responsable de la région de Montréal, Robert Poëti.

Le ministre Poëti a réagi hier à la publication d'un rapport de la Commission de l'écofiscalité du Canada, un groupe de recherche indépendant formé de 12 économistes de renom provenant de toutes les régions du pays, qui prône l'adoption de divers mécanismes de tarification pour réduire la congestion routière dans les quatre plus grandes villes du pays, soit Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver.

La solution recommandée par la Commission pour la métropole québécoise serait d'implanter un péage de congestion sur tous les ponts entourant l'île de Montréal, comme La Presse l'a rapporté dans son numéro d'hier.

Pour le ministre Poëti, il s'agit d'une proposition « punitive » pour les automobilistes, sans incitation à utiliser un autre mode de transport.

«Il faut offrir une autre option. On peut bien mettre des postes de péage à 18 endroits dans la périphérie de l'île, on ne fait qu'augmenter le coût des déplacements vers Montréal. Y a-t-il une autre façon à Montréal ? La solution, pour nous, c'est le transport collectif.»

Robert Poëti
Ministre des Transports et ministre responsable de la région de Montréal

M. Poëti rappelle ainsi que le gouvernement Couillard a entrepris de transformer la gouvernance des transports en commun pour la rendre plus efficace et que trois projets de transports en commun majeurs sont en planification, soit un train électrique entre la Rive-Sud et Montréal, un projet de train entre le centre-ville et l'aéroport de Dorval et un prolongement de la ligne 5 (bleue) du métro jusqu'à Anjou, dans l'est de Montréal.

Soulignons toutefois qu'aucun de ces projets n'a encore obtenu une confirmation officielle de réalisation.

L'EFFET « TROU DE BEIGNE »

Pour la Commission de l'écofiscalité du Canada, la mise en valeur des transports en commun fait assurément partie des solutions à la congestion. Prise isolément, cette solution ne permet toutefois pas d'assurer des effets durables au problème, et peut même contribuer à empirer les effets indésirables des bouchons de circulation.

« En général, estime la Commission, l'expansion des transports en commun et du réseau routier permet de répondre à la croissance démographique et d'augmenter utilement la capacité et le débit de tout le système de transport. »

«À plus long terme, ces améliorations attirent un plus grand nombre de conducteurs et produisent de nouveaux embouteillages. De sorte que cette capacité accrue permet rarement de réduire les niveaux de congestion.»

La Commission de l'écofiscalité du Canada, dans son rapport présenté dimanche

Le président et directeur général de l'Association du camionnage du Québec (ACQ), Marc Cadieux, estime pour sa part que les recommandations de la Commission soulèvent de nombreuses questions auxquelles l'organisme n'apporte pas de réponse. Il déplore ainsi un manque d'analyse des impacts qu'un péage de ceinture, autour de Montréal, pourrait avoir sur le coût des déplacements ou l'accessibilité au territoire de l'île.

« La préoccupation de l'industrie du camionnage envers toute forme de tarification, dit-il, c'est qu'il y ait un lien entre la rentabilité de la mesure et le coût qu'on devra assumer. Nous étions tous heureux, au départ, du parachèvement de l'autoroute 30 pour contourner Montréal, même s'il y a un péage. Avec les augmentions de tarifs de 30 % par année, depuis, nous avons un peu déchanté. »

Le président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Pierre Desrochers, a tenu un raisonnement semblable, hier, lorsqu'il a commenté les propositions de la Commission de l'écofiscalité.

« Il y a des préoccupations, a-t-il affirmé. On veut éviter que Montréal s'isole et qu'elle devienne un trou de beigne », désertée par la classe moyenne au profit de la banlieue, moins congestionnée et plus abordable.

« Il faut trouver des moyens de réduire la congestion, a reconnu M. Desrochers. Mais il faut bien saisir les impacts économiques qu'il pourrait y avoir sur Montréal. Le débat est lancé, mais il faudra le voir dans une perspective beaucoup plus large en incluant toute la région de Montréal. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer