Coderre réfute les résultats du palmarès des villes cyclables

Denis Coderre... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Denis Coderre

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Denis Coderre a balayé du revers de la main les résultats du palmarès 2015 Copenhagenize des villes cyclables dans lequel Montréal accuse un important recul. Le maire assurant avoir la volonté politique de faire de la métropole québécoise un endroit favorisant la pratique du vélo.

Le palmarès publié hier indique que Montréal est passée de la 14e à la 20e meilleure ville cyclable au monde, perdant du coup le titre de numéro un en Amérique du Nord au profit de Minneapolis. Denis Coderre n'a pas digéré la sortie du PDG de Copenhagenize, Mikael Colville-Anderson, qui l'a accusé de manquer de volonté politique pour favoriser le développement du réseau cyclable et de maintenir sa ville dans le peloton de tête.

«Il semblerait que le 'pape du vélo' trouve que je manque de volonté politique pour faire de Montréal une ville de vélo. La prochaine fois, s'il veut savoir si j'ai une volonté politique, il pourrait commencer par me rencontrer», a commenté le maire. Il a jugé non crédible la sortie, affirmant que Mikael Colville-Anderson, un Canadien d'origine vivant au Danemark, est un ami personnel du maire du Plateau, Luc Ferrandez.

«C'est un ami du chef de l'opposition, alors c'est cousu de fil blanc», a lancé Denis Coderre.

Vérification faite, Luc Ferrandez assure ne pas être un ami personnel du PDG de Copenhagenize, disant avoir seulement eu «quelques contacts professionnels avec celui-ci». «Est-ce que Denis Coderre va suspecter toutes les sommités mondiales qui reconnaissent ce que le Plateau fait de bien ?» questionne une porte-parole de l'élu, Marie-Ève Gagnon. Dans son rapport, Copenhagenize a en effet vanté les efforts du Plateau, déplorant que les autres arrondissements ne l'imitent pas.

Le maire Coderre a assuré que son administration fait beaucoup pour le développement du vélo, notamment avec le sauvetage de BIXI de la faillite, l'ajout de 33 kilomètres de pistes cyclables l'an dernier ainsi que la mise en service d'un réseau de pistes quatre saisons de 260 kilomètres. «À la lumière de ce que j'ai vu et ressenti lors du Tour de l'île, je pense que tout le monde est satisfait de la volonté du maire», a-t-il réagi.

Le palmarès publié hier insistait non pas sur le manque de réalisations de Montréal, mais sur le fait que plusieurs autres villes dans le monde en font davantage encore, rattrapant l'avance que Montréal affichait dans le passé dans la pratique du vélo. À ce rythme, Copenhagenize prédit que la métropole québécoise disparaîtra de son top 20 dans son prochain classement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer