Île Sainte-Hélène: Danièle Henkel refuse de se prononcer

Guy Laliberté souhaiterait réaliser un projet funéraire dans... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

Agrandir

Guy Laliberté souhaiterait réaliser un projet funéraire dans l'île Sainte-Hélène.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La nouvelle présidente du conseil d'administration de la Société du parc Jean-Drapeau, Danièle Henkel, refuse de se prononcer sur le projet funéraire Pangéa que Guy Laliberté souhaiterait aménager dans l'île Sainte-Hélène.

«C'est un projet qui n'existe pas à mes yeux à moi», a-t-elle déclaré en entrevue avec La Presse. «Aujourd'hui, c'est du ouï-dire, c'est des discussions entre M. Coderre et M. Laliberté et j'ai même dit à M. Coderre: Je ne veux même pas entendre parler du projet parce qu'on a des mandats très clairs en ce moment.»

Selon le quotidien Le Devoir, le fondateur du Cirque du Soleil convoite un terrain d'une superficie équivalente à celle de 24 terrains de football dans l'île Sainte-Hélène afin d'établir un espace commémoratif consacré à la redéfinition des rites mortuaires. Un parc public, un cimetière pour animaux et une promenade publique y seraient aménagés. Mme Henkel avoue qu'elle a entendu parler du projet dans les médias.

«Moi, je commence à regarder un projet quand il a été monté, pensé stratégiquement.»

Est-elle en faveur de vendre une portion d'un parc public à un promoteur privé? «De ce que moi je sais, de ce que moi j'ai accepté et de l'essence même de ce parc, il n'a jamais été question de vendre quoi que ce soit. Alors qu'on arrive et qu'on dise peut-être que... Moi, en tant que femme en affaires et en tant que présidente du C.A., il n'est même pas question que je commente là-dessus parce qu'à mon humble avis, ce n'est pas le but de ce parc-là et ça ne l'a jamais été.»

Lors de la première réunion de son conseil d'administration jeudi, le maire Coderre est venu, à son invitation, expliquer que le projet était toujours à un stade embryonnaire.

Mme Henkel a aussi créé un comité baptisé modus vivendi qui visera à définir «l'essence» et «l'ADN» du parc.

Mme Henkel, qui s'est fait connaître à l'émission Dans l'oeil du Dragon, a récemment pris la barre du conseil d'administration du parc Jean-Drapeau dans la foulée de la publication d'un rapport accablant du Bureau de l'inspecteur général relevant des irrégularités majeures dans le processus d'attribution des contrats.

Laliberté donne sa version des faits

Après quelques jours de silence, Guy Laliberté a brièvement réagi vendredi à la couverture médiatique entourant son projet Pangéa.

«Guy Laliberté a été invité par le maire Coderre à une rencontre pour discuter des activités entourant le 375e anniversaire de Montréal. Guy Laliberté a profité de cette rencontre pour partager ce projet avec le maire. Celui-ci s'est montré intéressé. Il est clair que l'attachement de M. Laliberté pour Montréal favorise Montréal pour sa réalisation. Cependant, il s'agit de discussions préliminaires et Lune Rouge poursuit le développement du projet tout en attendant les paramètres exigés par la Ville pour la suite des discussions», peut-on lire dans un communiqué de son entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer