23 millions pour faire de Montréal une ville intelligente

Pour devenir une «ville intelligente», Montréal veut notamment... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pour devenir une «ville intelligente», Montréal veut notamment encourager des entreprises à investir dans la fibre optique pour augmenter la capacité de la bande passante dans la métropole. «On doit avoir de la très très haute vitesse», dit Harout Chitilian, élu responsable de ce chantier.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal investira 23 millions d'ici trois ans pour poursuivre son virage de ville intelligente entrepris en 2011. La métropole veut ainsi rattraper le retard pris depuis une décennie et ambitionne même devenir un chef de file dans le domaine.

L'administration Coderre a dévoilé hier sa Stratégie montréalaise pour une ville intelligente 2014-2017. Celle-ci prévoit miser sur les technologies de l'information pour améliorer les déplacements des Montréalais, offrir davantage de services en ligne, augmenter l'accès à l'internet haute vitesse et rendre la gestion de la Ville plus transparente.

Les projets qui permettront d'y arriver devraient être précisés dans une autre étape, en mars, alors que sera présenté le plan d'action. Montréal a simplement indiqué pour le moment qu'elle comptait investir 5 millions en 2015, 10 millions en 2016 puis 8 millions en 2017.

Pour le moment, la métropole québécoise a identifié un seul objectif dans sa stratégie: être choisie en 2017 «ville intelligente de l'année» par la Intelligent Community Forum. Cette organisation internationale qui encourage l'utilisation des technologies de l'information par les Villes couronne depuis 1999 les administrations municipales les plus innovatrices.

En 17 ans, Montréal a seulement réussi une fois à se classer dans le top 21 de ce concours. En comparaison, la Ville de Québec s'y est classée à trois reprises et a même réussi en 2012 à se hisser dans le Top 7. Depuis 1999, trois villes canadiennes ont décroché la première place de ce prix, soit Toronto en 2014, Waterloo en 2007 et Calgary en 2002.

Pour devenir une «ville intelligente», Montréal veut notamment encourager des entreprises à investir dans la fibre optique pour augmenter la capacité de la bande passante dans la métropole. «On doit avoir de la très très haute vitesse», dit Harout Chitilian, élu responsable de ce chantier. Celui-ci rappelle que Google est à déployer un service 30 fois plus rapide que la bande-passante la plus rapide présentement disponible à Montréal.

L'opposition estime que Montréal poursuit de bons objectifs en permettant aux citoyens d'évaluer les services leur étant offerts, mais devrait aussi s'assurer que les services disposent des fonds nécessaires offrir une bonne prestation. « La Ville intelligente de Denis Coderre doit être plus qu'un slogan. Et dans le budget de 23 millions annoncé, il n'y a rien pour améliorer les opérations», dit Marc-André Gadoury, élu de Projet Montréal.

Le conseiller attribue d'ailleurs les ratées de l'application Info-Neige au manque de financement des arrondissements qui ont vu leurs responsabilités augmenter alors que leurs budgets se trouvaient amputés. «C'est bien beau l'application, mais l'opération a été oubliée», déplore Gadoury.

Marc-André Gadoury trouve également ironique que Montréal souhaite étendre à toute l'île l'internet sans-fil gratuit alors que l'accès n'est pas disponible partout dans l'hôtel de ville. D'ailleurs hier à la conférence de presse, il était impossible d'avoir un accès stable à internet grâce au réseau sans-fil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer