Exclusif

Montréal lance un concours pour retenir les consommateurs sur Sainte-Catherine

Le «concours de design» lancé par la Ville... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le «concours de design» lancé par la Ville ne vise pas à créer des installations permanentes, mais plutôt des façons originales d'animer la rue.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour éviter que les commerces se vident durant le réaménagement de la rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal lancera en 2015 un «concours de design» pour animer l'artère durant les travaux, a appris La Presse.

«Sainte-Catherine, c'est LA rue du Québec. On veut qu'elle continue d'être une destination, même durant les travaux», a expliqué Aref Salem, responsable du dossier transports à la Ville de Montréal.

Le concours ne vise pas à créer des installations permanentes, mais plutôt des façons originales d'animer la rue. «On s'attend à avoir plusieurs années de construction sur Sainte-Catherine, on ne veut pas que les gens quittent», a ajouté M. Salem.

Avec ses 1200 commerces et 8 millions de touristes par année, la rue Sainte-Catherine est la principale artère commerciale de Montréal. La réfection de 2,2 km de la portion ouest, entre les rues De Bleury et Atwater au centre-ville, sera l'un des legs du 375e anniversaire de la Ville de Montréal, en 2017.

Un premier tronçon de 670 mètres coûtera entre 80 et 95 millions et sera refait entre 2016 et 2018. Lorsque le projet a été annoncé, cet été, le maire Coderre avait affirmé que les travaux seraient suspendus en 2017 lors des célébrations du 375e pour permettre aux commerçants de respirer un peu.

Rien de décidé

Piétonnisation, trottoirs chauffants ou circulation à double sens: rien n'a encore été décidé pour l'avenir de la rue Sainte-Catherine Ouest.

En mars dernier, la firme Acertys a été la seule à soumissionner un contrat de 266 570$ qui visait à sonder les Montréalais sur le réaménagement d'une portion de la rue Sainte-Catherine.

Le contrat a cependant été annulé la semaine dernière par le comité exécutif après que le Bureau de l'inspecteur général (BIG) eut qualifié l'appel d'offres de «hautement problématique» en plus de faire «mal paraître» les fonctionnaires de la Ville de Montréal.

Devant la commission sur l'inspecteur général, en novembre dernier, les responsables du Service des infrastructures, de la voirie et des transports avaient souligné que l'annulation du contrat aurait «des impacts importants» sur la suite des choses. En octobre, 55% du projet de consultation avaient été réalisés par Acertys.

Hier, M. Salem ne s'inquiétait pas outre mesure de l'impact de l'annulation du contrat sur l'échéancier du projet.

«On espère qu'il n'y aura pas de retard, a-t-il déclaré en entrevue avec La Presse. Il y avait cinq phases de consultation, Acertys en a réalisé quatre sur cinq. Le travail qui a déjà été fait nous appartient. Ce n'est pas perdu, on ne retourne pas à zéro. On va recommencer là où on avait terminé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer