La police de Montréal se dote de canons à son

Un policier de Toronto sur un camion équipé... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Un policier de Toronto sur un camion équipé d'un canon à son.

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les manifestants québécois connaissaient déjà les gaz irritants et les balles de caoutchouc, voilà qu'ils devront bientôt composer avec des canons à son, des systèmes de communication controversés que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est sur le point d'acquérir.

Ces appareils d'émissions acoustiques à longue distance feront partie de l'arsenal policier dès la fin de l'année, si le projet du SPVM avance comme prévu. Dans la ligne de mire du service de police, deux modèles de l'entreprise américaine Long Range Acoustic Device (LRAD) Corporation: le 100 X, capable d'émettre des sons atteignant 137 décibels, selon son fabricant, et le 300 X, qui atteint les 143 décibels et porte la voix sur un kilomètre. Prix d'achat: 6000 et 12 000$, respectivement.

En clair, les appareils émettent des sons dont l'intensité varie entre celle de la sirène d'un camion de pompiers et celle de la détonation d'une arme à feu. Assez pour communiquer avec des manifestants malgré un niveau de son ambiant semblable à celui d'une tondeuse à gazon (88 décibels), prétend LRAD Corporation, dans une présentation qui n'a rien de rassurant pour Laurence Martin, audiologiste à la clinique universitaire de l'Université de Montréal.

«Un bruit de 130 décibels peut détruire instantanément certaines parties de l'oreille interne si on est très près de la source sonore», signale-t-elle, en évoquant une situation que le SPVM assure vouloir éviter.

«On n'utilisera pas le LRAD en temps continu et on va respecter la distance minimale», assure Roch De Roy, inspecteur à la panification opérationnelle du SPVM. Cette distance a été établie à 10 mètres par la Direction de la santé publique de Montréal, qui a étudié le dossier l'été dernier.

Non à la «fonction alerte»

Pas question non plus d'utiliser l'appareil pour émettre un son strident, semblable à celui qui a abasourdi les manifestants du sommet du G20 de Pittsburgh, en 2009. Le SPVM s'engage à utiliser les canons à son à des fins de communication seulement.

Sans l'alerte, les sons émis par les appareils que le SPVM convoite peuvent atteindre 103 et 113 décibels à une distance de 10 m, révèle une étude réalisée en 2011 par le ministère ontarien de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels. «Le 103 décibels me rassure plus que le 113», concède Laurence Martin, non sans noter qu'une augmentation d'un décibel équivaut à un son 10 fois plus intense. «Mais ça m'inquiète [quand même]», nuance-t-elle. «Si les policiers s'adressent à une foule bruyante, vont-ils monter le volume de l'appareil?»

Un outil controversé

Les appareils d'émissions acoustiques à longue distance ont été conçus par l'American Technology Corporation (devenue Long Range Acoustic Device Corporation) après l'attaque du destroyer américain USS Cole au Yémen, en 2000.

Au Canada, ils sont utilisés par la Police provinciale de l'Ontario, par les services de police de Vancouver, Toronto et Peel, et bientôt par la Sûreté du Québec. À l'approche du G20 à Toronto, en 2010, la Cour supérieure de l'Ontario a interdit l'utilisation de la fonction «alerte» de ces canons. Vancouver a pris le même engagement cette année-là, tandis que la Gendarmerie royale du Canada a déclaré ne pas soutenir l'utilisation de LRAD en tant qu'outil de contrôle de foule.

La SQ a déjà les siens

La Direction des mesures d'urgence de la Sûreté du Québec a déjà mis la main sur au moins deux canons à son, a appris La Presse. Les appareils - l'un est portatif, l'autre est fixe - ne sont pas encore en service, mais ils le seront «sous peu». Ils serviront surtout dans les manifestations, et pourront être utilisés dans l'ensemble du Québec. «L'acquisition d'appareils d'émissions acoustiques à longue distance fait partie de l'amélioration de nos pratiques à la Direction des mesures d'urgence, particulièrement dans le cadre du maintien et du rétablissement de l'ordre», a confirmé le porte-parole Benoit Richard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer