Exclusif

AMT: la moitié du conseil d'administration claque la porte

Le train de banlieue de l'AMT Montréal St-Eustache,... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le train de banlieue de l'AMT Montréal St-Eustache, à la station Du Ruisseau, à Ville Saint-Laurent.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Exaspérée par l'indifférence du gouvernement Marois à ses doléances, la moitié du conseil d'administration de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) a démissionné mercredi soir. Trois des quatre membres nommés par le Conseil des ministres ont claqué la porte, estimant qu'on ne leur donnait pas les ressources requises pour administrer l'organisme avec la rigueur voulue.

L'Agence navigue d'ailleurs en eau trouble: son président-directeur général Nicolas Girard, un ancien député péquiste, vient d'annoncer à 36 cadres que les bonis annuels sont abolis pour les deux prochaines années, conformément aux exigences du Conseil du trésor. L'application de la loi 100 ne se fera pas sans douleur, puisque les cadres devront rembourser quelque 247 000$ de bonis reçus en 2012, une somme que l'administration Girard leur a versée en juillet dernier. Des bonis annuels avaient été distribués au cours des années précédentes sous la direction de Joël Gauthier et de Paul Côté, avant l'arrivée au pouvoir du PQ.

Changements réclamés

Le départ de membres du conseil d'administration de l'AMT mettra le gouvernement dans l'embarras. À de nombreuses reprises, sous le gouvernement Charest comme sous celui de Mme Marois, le conseil avait réclamé unanimement des changements majeurs à la gouvernance de l'Agence.

«La complexité de la tâche a augmenté considérablement», affirme Martine Corriveau-Gougeon, membre du conseil depuis 2009 et responsable du comité de vérification de l'AMT. «On a demandé maintes fois d'augmenter le nombre d'intervenants indépendants au conseil d'administration. À trois membres indépendants, on n'est pas capables de former tous les comités nécessaires», explique-t-elle. Après une dernière lettre adressée au ministre Gaudreault et restée sans réponse depuis le début septembre, pas d'indications non plus qu'un projet de loi pourrait changer les choses. «On s'est dit: ça va faire!», résume la gestionnaire réputée, qui siège à de nombreux conseils d'administration. Les membres démissionnaires «sentent qu'ils ne sont pas capables de s'acquitter de leur tâche convenablement».

Une autre démissionnaire, Louise Fecteau de Gaïa Environnement, abonde dans le même sens: «L'AMT a été créée il y a plusieurs années, la loi n'a pas changé, et je ne pense pas que je pouvais remplir ma fonction avec des responsabilités qui s'alourdissaient sans cesse. Ce n'est pas une question de contrôle de l'organisme.»

À son conseil d'administration, l'AMT compte actuellement sept membres, dont trois proviennent des municipalités: Réal Ménard, de Montréal, Jean-Jacques Beldié, de Laval, et Guy Pilon, de Vaudreuil-Dorion. Les quatre membres «indépendants» sont choisis par le gouvernement. Il s'agit du président Nicolas Girard et de trois représentants des milieux sociaux-économiques. Ce sont ces trois derniers membres qui viennent de claquer la porte. Outre Mme Corriveau-Gougeon, l'avocate Céline Garneau et l'environnementaliste Louise Fecteau ont elles aussi jugé que l'attente avait suffisamment duré. Leur décision n'est pas un désaveu de la gestion de Nicolas Girard, qui a d'ailleurs appuyé toutes les demandes transmises au ministre Gaudreault.

Risques

Une étude récente réalisée pour l'AMT relevait les risques - pour l'organisme ainsi que pour la responsabilité des administrateurs - à fonctionner avec une équipe aussi réduite. Le comité de vérification «faisait son possible, le côté financier étant le seul véritablement couvert», mais devait surfer sur bien des décisions. Un organisme comme l'AMT aurait nécessité la mise en place d'un comité sur l'éthique et sur les ressources humaines. Depuis les critiques du gouvernement Charest sur l'administration du projet du train de l'Est, un comité sur les grands projets aurait aussi été pertinent. Une étude faite pour le compte de la Communauté métropolitaine de Montréal estimait que le conseil d'administration aurait dû passer de 7 à 13 ou même 15 membres, dont 9 «indépendants», incluant le PDG.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Le rôle de l'AMT risque de changer

    Montréal

    Le rôle de l'AMT risque de changer

    La démission en bloc des trois membres indépendantes du C.A. de l'Agence métropolitaine de transport(AMT) pourrait être un premier pas vers une... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer