Exclusif

Le SPVM poursuivi pour «profilage politique»

Katie Nelson a reçu plusieurs contraventions de la... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Katie Nelson a reçu plusieurs contraventions de la ville de Montréal, pour un montant dépassant les 6000,00$.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) L'avocat Julius Grey et une militante étudiante qui se dit harcelée par les policiers de Montréal ont décidé de poursuivre la Ville et le SPVM pour «profilage politique».

La poursuite, déposée hier et obtenue par La Presse, allègue que les forces policières ont violé les droits fondamentaux de Katie Nelson, qui a reçu plus de  25 constats d'infractions - correspondant à près de 7000$ d'amende - depuis la grève étudiante du printemps 2012.

La jeune femme exige 24 000$ de la Ville et du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

En entrevue, elle a assuré que des policiers montréalais la détiennent fréquemment et sans motifs depuis sa participation à plusieurs manifestations, il y a un an.

«Souvent, c'est simplement parce que je porte un carré rouge, pour moi, ou parce que les agents me reconnaissent après m'avoir vue lors de manifestations, a-t-elle expliqué. Je crois que c'est du profilage politique.» L'étudiante a relaté être souvent détenue puis transférée dans des quartiers éloignés de la ville lorsque des policiers la reconnaissent.

Katie Nelson a fait les manchettes récemment en raison de sa «collection» d'amendes récoltées pendant des manifestations. Plusieurs d'entre elles lui reprochent d'avoir «émis du bruit» dans un lieu public ou encore d'avoir entravé la circulation pendant une marche.

«Harcelée, ciblée et punie»

La poursuite devrait être signifiée sous peu à la Ville de Montréal. Julius Grey, réputé pour son travail dans plusieurs causes liées aux droits fondamentaux, a accepté de prendre en charge la poursuite gratuitement.

Lui et Mme Nelson demandent 20 000$ pour «violation des droits fondamentaux» et 4000$ en dommages punitifs.

«La demanderesse a été systématiquement harcelée, ciblée et punie par la défenderesse [la Ville] en raison de son militantisme politique, ont-ils écrit dans leur poursuite. Elle a subi des dommages moraux importants, a ressenti beaucoup de stress, d'angoisse et d'insécurité.»

Katie Nelson dit avoir stratégiquement choisi de ne pas lancer un recours collectif contre la police de Montréal pour accélérer le processus judiciaire.

«En poursuivant et en gagnant, nous espérons tracer la voie pour d'autres étudiants», a-t-elle affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer