Applebaum: «Fini la politique, je suis au service de la population»

Partager

Les Montréalais ont un nouveau maire depuis hier: Michael Applebaum, ex-président du comité exécutif et bras droit de Gérald Tremblay.

> Sur Twitter: Pierre-André Normandin

> Sur Twitter: Karim Benessaieh

L'élu qui avait claqué la porte de son parti pour se présenter comme candidat indépendant a remporté son pari audacieux à l'issue d'un scrutin secret extrêmement serré au conseil municipal. Michael Applebaum a obtenu 31 voix contre 29 pour son adversaire Richard Deschamps. Un seul changement d'allégeance aurait pu faire pencher la balance différemment.

Deux élus de Projet Montréal ont par ailleurs annulé leur vote et un troisième bulletin, mal rempli, a été rejeté. «Ç'a été une course très difficile pour plusieurs personnes, a déclaré M. Applebaum peu après sa victoire. Mais aujourd'hui, il faut aller de l'avant et mettre toutes nos énergies ensemble dans une coalition. C'est le temps de rétablir les ponts et de s'assurer que les Montréalais soient fiers de nous.»

Il a tenu à remercier Richard Deschamps pour son travail des dernières années. «Je lui ai parlé, je souhaite collaborer avec lui», a expliqué le maire intérimaire. Quand on lui a demandé s'il estime que c'est la fin d'Union Montréal, ancien parti de Gérald Tremblay, il a répondu qu'il laisse dorénavant «les autres faire de la politique». «Je veux dorénavant être au service de la population», a-t-il lancé.

L'hémorragie qui a privé Union Montréal de sa majorité cette semaine risque de s'accentuer avec l'élection de Michael Applebaum à la mairie, prédisent plusieurs personnes à l'hôtel de ville. Richard Deschamps a d'ailleurs reconnu que d'autres défections étaient possibles, car des collègues lui ont déjà dit être en réflexion. Lui-même n'a pas voulu affirmer s'il restait membre de son parti. Il s'est contenté de dire qu'il comptait terminer son mandat de conseiller de LaSalle.

Déçu, Richard Deschamps a dit prendre acte du résultat. «On savait que c'était un vote extrêmement serré. Ç'a été une lutte de tous les instants. C'est la première fois qu'on vit ça tout le monde, ça crée des déchirements et on est souvent seul face à soi-même», a-t-il observé.

Au-delà de l'effritement d'Union Montréal, nos sources indiquent que le clan de Michael Applebaum a été beaucoup plus actif dans les jeux de coulisses en vue de l'élection d'hier. Les résultats du vote permettent d'ailleurs de constater que les deux partis de l'opposition et une majorité des 13 indépendants ont appuyé sa candidature.

Mme Harel estime que cette élection va provoquer «le changement d'un système qui avait besoin d'être secoué». «C'est un début pour restaurer la confiance des Montréalais. Nous sommes contents de l'ouverture que cela permet.» Elle a refusé de dire si elle avait pleine confiance en Applebaum. «La bonne foi se présume, a-t-elle dit. Nous le prenons au mot.»

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a félicité

M. Applebaum et l'a assuré de sa collaboration: «Il a ma pleine confiance, et même mon admiration pour le fardeau qu'il a accepté de porter.» Il a qualifié ce nouvel épisode de «fin du régime d'Union Montréal, qui s'est désagrégé sous nos yeux».

«Casser le moule

de la partisanerie»

Après avoir répondu aux questions des citoyens, hier matin, les deux candidats se sont adressés à leurs pairs. «Les Montréalais ont les épaules lourdes, a déclaré d'emblée Michael Applebaum. Ils sont déçus et même gênés d'être montréalais. Il faut regarder la vérité en face: ils ont été trahis.»

Il a estimé être le mieux placé pour «leur redonner la confiance qu'ils ont perdue». Il a proposé de «casser le moule de la partisanerie» et de redéfinir la façon de faire de la politique à Montréal.

Il se voit comme un «maire sans attaches et sans ambitions de réélection». Il a promis qu'il ne serait «jamais ce genre de politicien qui pense que la population n'a rien compris» et a fait sienne la devise de Montréal, «le salut par la concorde».

Richard Deschamps a pour sa part reconnu qu'il est difficile pour les Montréalais de ne pas «imaginer que la Ville est actuellement dans le chaos». Il estime que le vote d'hier était «historique» et permettra aux citoyens de constater la «maturité et le sens des responsabilités» des élus. Il s'est décrit comme «un rassembleur, un homme de consensus, un travailleur de terrain».

Michael Applebaum était président du comité exécutif de l'administration Tremblay depuis avril 2011. Il a démissionné le 9 novembre dernier, quelques jours après le départ du maire, en reprochant à ses collègues de tenter de camoufler des rapports embarrassants.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer