Le propriétaire d'un taudis condamné à verser 35 000 $ à ses anciens locataires

Claudio Di Giambattista a été condamné à payer près... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Claudio Di Giambattista a été condamné à payer près de 35 000 $ à d'anciens locataires pour les avoir laissé vivre dans des conditions jugées inaceptables par la Régie du logement.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Sur le même thème

Le propriétaire d'un immeuble condamné pour insalubrité devra verser près de 35 000$ en dédommagement à ses anciens locataires. La Régie du logement juge inacceptables les conditions dans lesquelles Claudio Di Giambattista les a laissés vivre.

En mai, l'arrondissement Villery-Saint-Michel-Parc-Extension évacuait les locataires d'un immeuble de la rue Ball en raison de son piètre état. Des fils électriques pendaient du plafond, des blattes et des rats infestaient le bâtiment et certains logements étaient infestés par les champignons et les moisissures.

Refusant d'entretenir son immeuble, le propriétaire, Claudio Di Giambattista, a reçu plus de 250 avis d'infraction et pour 110 000$ d'amendes de son arrondissement, en plus de voir son bâtiment barricadé.

Hier, c'était au tour de la Régie du logement de sévir. Dans cinq décisions, le régisseur le condamne à dédommager ses anciens locataires qui ont dû trouver un nouveau toit. Environ la moitié des 35 000$ leur ont été accordés en dommages et intérêts subis lors de l'éviction. La Régie a également décidé de leur restituer la moitié du loyer qu'ils ont versé au cours des 10 derniers mois avant leur éviction.

Dans ses décisions, la Régie souligne que les locataires ont été privés d'eau chaude pendant plusieurs semaines et étaient donc incapables de prendre leur douche. «Ils devaient quotidiennement pomper de l'eau», peut-on lire.

Dans certains logements, de l'eau coulait du plafond. Deux enfants de l'un des locataires sont tombés malades en raison de l'insalubrité ambiante. Le chauffage ne fonctionnait pas dans plusieurs parties de l'immeuble. «Un loyer mal isolé et dont l'eau chaude n'est pas présente constitue au Québec une lacune fort importante, en plus de la présence de moisissures et de champignons dans l'immeuble», écrit le régisseur.

Claudio Di Giambattista a toujours nié que son immeuble était en mauvais état. Il blâmait plutôt ses locataires de mal entretenir leurs appartements et qu'il suffisait de peinturer par dessus la moisissure pour la faire disparaître. Il a d'ailleurs plaidé devant la Régie qu'il revenait aux locataires de faire les réparations eux-mêmes.

«Je suis soulagé que les locataires obtiennent quelque chose», s'est réjoui André Trépanier, du Comité d'action de Parc-Extension (CAPE). L'homme a accompagné les locataires dans leurs démarches. «Ces familles ont beaucoup souffert et c'est intéressant pour eux d'obtenir quelque chose de concret pour compenser.»

M. Trépanier espère maintenant voir la Ville aider son groupe à transformer l'immeuble condamné pour insalubrité transformé en coopérative d'habitations.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer