«On est capables de réaliser des projets», affirme Gérald Tremblay

Gérald Tremblay a pris la parole devant une... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Gérald Tremblay a pris la parole devant une foule composée de plusieurs responsables de grands projets immobiliers de Montréal lors d'une conférence ayant pour titre: «Les grands projets: la relance se construit maintenant».

Photo: André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le maire Gérald Tremblay a vivement défendu sa ville hier matin, au cours d'une conférence réunissant les responsables de plusieurs grands projets immobiliers montréalais.

Je veux chasser le spectre de l'immobilisme qui semble être réapparu», a-t-il dit lors du discours d'ouverture de la conférence, intitulée Les grands projets: la relance se construit maintenant. «Oui, il y a des projets qui ne se réalisent pas aussi vite qu'on voudrait. Mais on a tendance à ne voir que ceux-là et à oublier tous les autres qui se réalisent. On devrait se dire non, il n'y a pas d'immobilisme, au contraire, il y a des partenaires qui veulent faire de Montréal un succès.»Le maire est si las des critiques qui taxent la ville d'immobilisme qu'il a juré de ne plus les écouter. Il a reconnu que des projets comme Griffintown et la Gare Viger ne se réalisent pas aussi vite qu'il le voudrait et qu'il n'aime pas «voir des trous à Montréal». «Oui, il y a une certaine lenteur à Montréal. Mais il y a des raisons. Oui, on est en partie responsables. Mais des partenaires publics et privés changent les données de projets en cours de route pour différentes raisons», a-t-il dit.

Gérald Tremblay a assuré que plusieurs projets vont de l'avant dans la métropole. «Il y en a eu une trentaine dans la dernière année qui totalisent 2 milliards de dollars, a-t-il affirmé. Et il y en a d'autres, des projets à Montréal, et on va les mener à terme. Ce qu'on a besoin de se dire, c'est qu'on est capables de réaliser des projets importants et qu'on va investir.»

Citant une étude américaine, le maire a dit qu'il faut en moyenne 12 ans pour réaliser un grand projet et qu'il y a parfois des dépassements de coûts. Il a reconnu que plusieurs entrepreneurs déplorent la lourdeur qui entoure le processus de gestion des grands projets. «On n'a jamais eu autant de projets! Notre problème, c'est de les réaliser le plus vite possible», a-t-il dit. M. Tremblay croit d'ailleurs que la métropole doit sortir de «la tyrannie de l'unanimité». «La consultation, c'est important, mais on a une obligation d'agir», a-t-il conclu.

Première pelletée de terre

Par ailleurs, le directeur général du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), Christian Paire, a déclaré hier matin que la construction du Centre de recherche du CHUM débutera dès le mois prochain.

«La première pelletée de terre aura lieu dans la première quinzaine d'avril», a-t-il déclaré devant plus de 300 personnes.

Cette semaine, La Presse a révélé qu'un seul consortium est finalement sur les rangs pour la construction du CRCHUM, ce qui soulève d'importantes questions de compétitivité. La présidente du Conseil du Trésor, Monique Gagnon-Tremblay, a assuré que la proposition du seul soumissionnaire sera minutieusement analysée et qu'elle pourrait même être rejetée si elle est non conforme.

Mais M. Paire a été catégorique hier matin, ce qui laisse croire que la décision est presque déjà prise. «Les pépines, j'ai hâte de les voir. Elles seront là en avril», a-t-il dit. Il a ajouté qu'il prévoyait 18 mois pour la construction du CRCHUM.

Invité à clarifier sa position, M. Paire a curieusement refusé de répéter sa prédiction. «Notre conseil d'administration prendra une décision mardi pour accepter ou non la proposition du consortium et je pourrai à ce moment faire l'annonce», a-t-il dit.

En ce qui concerne le CHUM lui-même, M. Paire affirme qu'il recevra les propositions des deux consortiums retenus cet été et que la construction pourra commencer à l'été 2011.

Les promoteurs des principaux grands projets immobiliers à Montréal font le point sur l'avancement des travaux.

DÉMANTÈLEMENT DE L'AUTOROUTE BONAVENTURE

Le rapport de l'Office de consultation publique de Montréal à ce sujet est entre les mains du maire Gérald Tremblay. Le président de la Société du Havre, Jacques Côté, a dit hier matin que, contrairement à ce qui a été véhiculé dans les médias, l'essentiel du projet a été bien accueilli. Les conclusions du rapport seront dévoilées le 29 mars, a annoncé M. Tremblay.

CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL (CUSM)

Le nom du consortium gagnant sera connu dans une dizaine de jours. La rénovation du campus de la Montagne sera terminée en 2013, et l'ensemble du nouveau CUSM sera achevé en 2015, a affirmé le directeur de l'Institut de recherche du CUSM, le Dr Vassilios Papadopoulos. Seul le sort de l'Institut neurologique de Montréal reste incertain. «On n'a pas encore décidé s'il restera là où il est ou si on le déménagera au campus Glen ou à celui de la Montagne», a expliqué le Dr Papadopoulos.

NOUVEAU HAVRE DE MONTRÉAL

La Société immobilière du Canada (SIC) lancera sous peu un appel d'offres pour la construction de 1600 logements près des bassins du Havre. Le président de la SIC, Mark Laroche, a aussi déclaré qu'il consacrera ses énergies au terrain de la Pointe-au-Moulin, où se trouve le silo n° 5. «Je sais que le silo n° 5 nous causera bien des maux de tête. Nous sommes prêts à investir les sommes qu'il faut afin de permettre une conversion qui respecte l'esprit des lieux.» Le terrain de la Pointeau-Moulin devrait être réaménagé d'ici à 2017.

 




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Michèle Ouimet | Parle, parle, jase, jase

    Michèle Ouimet

    Parle, parle, jase, jase

    Vendredi matin, 6h50. Le jour se lève, le ciel passe du gris au bleu. Il fait beau. Encore. Ça sent le printemps. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer