Port de Montréal: des centaines de camions de plus à l'heure de pointe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Des centaines de camions risquent de s'ajouter quotidiennement à la circulation... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Photo: Robert Skinner, La Presse

Bruno Bisson
La Presse

Des centaines de camions risquent de s'ajouter quotidiennement à la circulation de pointe du matin, dans la rue Notre-Dame, dans l'est de Montréal, à la suite des restrictions sur les heures d'ouverture des terminaux imposées par un exploitant majeur du port de Montréal. En raison d'une baisse de volume des conteneurs due au ralentissement économique de la dernière année, la société Montreal Gateway Terminal (MGT) a réduit de moitié, depuis janvier, les heures d'ouverture de ses installations aux entreprises de camionnage qui prennent charge des conteneurs débarqués dans le port, afin de les livrer à leur destinataire.

Depuis lundi matin, les camions n'ont plus accès au terminal Racine avant 8h, au lieu de 6h, et doivent avoir passé la guérite avant 15h30 afin de pouvoir en repartir avec leur chargement. À pareille date l'an dernier, les terminaux de MGT étaient ouverts aux camions dès 6h, et ce, jusqu'à 23h. Pour les transporteurs, ces restrictions pourraient représenter une perte de rendement moyenne de 25% pour chacundes camions envoyé dans le port, et une hausse marquée des coûts d'exploitation, selon Laurent Tourigny, propriétaire de Services de transport Trac-World, une entreprise de camionnage de Sainte- Catherine, en Montérégie, qui fait jusqu'à 10 000 voyages par année dans le port de Montréal. «On ressent déjà un effet, dit le propriétaire et président de Trac-World. À cause des conditions de circulation, le matin, je suis forcé d'envoyer les camions avant 6h, comme on le faisait avant, parce que nous sommes établis sur la Rive-Sud. Plus tard, ils resteraient pris dans les bouchons de circulation des ponts. Le résultat, c'est qu'il attend deux heures à la guérite et qu'il ressort du port deux ou trois heures plus tard que d'habitude. Un camion qui pouvait faire trois ou quatre livraisons, sur un quart de travail, en fait maintenant deux ou trois.» Pour le grand public, estimet- il, les effets risquent surtout de se mesurer par l'encombrement additionnel dans la rue Notre-Dame, le matin, et par l'ajout de centaines de voyages de camions sur l'ensemble du réseau autoroutier, afin de compenser les voyages qui ne sont plus réalisés le soir.

 

«Ce qui est différent, sur le plan des opérations, ajoute Michel Rochon, de Michel Rochon transport , c 'est qu'après avoir pris livraison de nos conteneurs, à 8h, on ressort du port en plein coeur de l'heure de pointe, alors qu'avant, on pouvait la devancer, en sortant à 6h30 ou 7h.» À l'administration portuaire de Montréal (APM), cette semaine, le directeur des communications, Jean-Paul Lejeune, a affirmé que les dernières restrictions d'accès aux terminaux, entrées en vigueur lundi, provoquent des files d'attente à la guérite qui sont toutefois restreintes à la propriété du port, et qui ne débordent pas sur le réseau routier. «Il y a aussi moins de circulation de camions, en raison du ralentissement économique et de la baisse du volume des conteneurs «, souligne M. Lejeune. La direction de MGT, qui exploite les terminaux de conteneurs Cast et Racine, dans le port de Montréal, n'a pas voulu commenter, en renvoyant La Presse aux avis publiés sur son site internet.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer