Grande Bibliothèque: des punaises de lit forcent la fermeture de sections

Selon les explications données par l'exterminateur à la... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE)

Agrandir

Selon les explications données par l'exterminateur à la directrice de la Grande Bibliothèque, la présence des punaises peut être liée aux grandes chaleurs qui ont attiré plus de visiteurs qu'à l'habitude.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sandrine Vieira
La Presse

Une nouvelle infestation de punaises de lit frappe la Grande Bibliothèque, qui a dû retirer tous ses fauteuils pour en limiter la propagation.

Il y a quelques semaines, les vérifications régulières d'une firme d'extermination ont révélé la présence d'une vingtaine de punaises de lit sur les fauteuils de l'établissement montréalais.  

La directrice générale de la Grande Bibliothèque Danielle Chagnon affirme que même après l'intervention de la firme d'extermination, d'autres épisodes ont eu lieu. « On a pris tous les moyens pour traiter la situation le plus rapidement possible », assure-t-elle.  

Deux sections ont immédiatement été fermées au public. Ces dernières devraient être à nouveau accessibles dans les jours qui suivent. La situation ne semble pas avoir affecté l'achalandage des lieux, selon la directrice.  

« Mardi matin, on a décidé d'enlever les fauteuils qui posaient problème. C'est à titre préventif, car on n'avait pas trouvé des punaises sur l'ensemble des 300 fauteuils, mais on n'a pas pris de chance », explique la directrice.  

Ces fauteuils ont été remplacés par des chaises. Mme Chagnon réfléchit à la prochaine étape qui pourrait être de remettre lesdits fauteuils ou d'acheter du nouveau mobilier.  

Selon les explications données par l'exterminateur à la directrice de la Grande Bibliothèque, la présence des punaises peut être liée aux grandes chaleurs qui ont attiré plus de visiteurs qu'à l'habitude - l'établissement a un achalandage moyen de 7000 à 8000 visites par jour.  

Tous ces gens se sont réfugiés dans le bâtiment, à l'air conditionné. Or, certains visiteurs ont pu transporter de petites bestioles indésirables à leur insu.  L'exterminateur a aussi expliqué que les multiples déménagements à cette période de l'année ont pu également contribuer à l'infestation.  

- Avec la collaboration de Thomas Dufour




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer