Montréal tend l'oreille aux récriminations de Saint-Lambert

Luc Ferrandez, a qualifié de «crédible» la cause... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Luc Ferrandez, a qualifié de «crédible» la cause de Saint-Lambert qui poursuit Montréal en raison du bruit en provenance du parc Jean-Drapeau durant certains festivals, comme Osheaga.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Montréal ne fera plus la sourde oreille aux plaintes de Saint-Lambert sur le bruit provenant du parc Jean-Drapeau. L'administration Plante s'engage à respecter la Loi sur la qualité de l'environnement qui limite la pollution sonore.

En point de presse aujourd'hui, l'élu responsable des grands parcs, Luc Ferrandez, a qualifié de «crédible» la cause de Saint-Lambert qui poursuit Montréal en raison du bruit en provenance du parc Jean-Drapeau durant certains festivals. «Notre intention est de nous conformer à la loi sur la Qualité de l'environnement», a-t-il dit.

Le maire du Plateau a indiqué que Montréal n'entendait plus recourir aux ordonnances pour aller au-delà des seuils de bruit, comme l'a fait l'ancienne administration Coderre.

Interrogé à savoir s'il comptait demander aux festivals comme Osheaga et Heavy Mtl de baisser le volume, Luc Ferrandez a indiqué que la réponse était toutefois complexe. «Dans les contrats de certains artistes, le nombre de décibels est inscrit. Alors il faut faire des choix. Il y a de grandes vedettes internationales qui ont ces exigences, alors il faudra faire le partage entre le respect des voisins, la nature de l'île et l'attraction touristique de ces iles», a-t-il exposé.

La mairesse Valérie Plante a pour sa part dit vouloir rétablir les ponts avec Saint-Lambert. «On veut établir un équilibre, rétablir les ponts avec les villes autour. Le dialogue est important, ce n'est pas d'être dogmatique», a-t-elle dit.

Valérie Plante doit d'ailleurs rencontrer sous peu son homologue de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, lui aussi élu en novembre dernier. Ce dernier dit d'ailleurs avoir rencontré evenko le 15 janvier dernier afin discuter de la saison des spectacles. À l'issue de cette rencontre et des échos favorables en provenance de Montréal, le maire a même évalué que dossier litigieux depuis bientôt 10 ans pourrait connaître un dénouement imminent. «La situation actuelle et l'écoute que j'ai perçues des acteurs dans le dossier jusqu'à présent m'encouragent fortement à penser que nous pourrions en arriver, de façon concertée, à une solution durable, satisfaisante et économique pour toutes les parties ». 

Pas d'exclusivité

Luc Ferrandez a par ailleurs indiqué avoir consulté les contrats liant evenko au parc Jean-Drapeau et que ceux-ci ne prévoyaient pas d'exclusivité des installations, comme certains le craignaient. «Ce sont des ententes confidentielles, parce que commerciales, mais je les ai vues et il n'y a pas d'exclusivité.»

L'élu a ajouté que la Société du parc Jean-Drapeau avait travaillé à augmenter la ristourne touchée par événement. «Est-ce satisfaisant? a-t-il ajouté de façon énigmatique. On va prendre du temps pour l'analyser et mettre notre touche personnelle.»

Bien que les contrats ne prévoient pas d'exclusivité, Luc Ferrandez dit malgré tout conserve certaines inquiétudes. «Notre inquiétude était qu'un stade de cette importance, 65 000 personnes, où il faut construire une scène à chaque fois, monter des tours à délais, amener des équipements coûteux chaque fois, ça peut être opéré par un nombre réduit d'entreprises. Et cette inquiétude n'a pas disparu.»




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer