Un dernier débat musclé entre Coderre et Plante

Les deux candidats doivent débattre d'une dizaine de... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Les deux candidats doivent débattre d'une dizaine de thèmes.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Le ton a monté entre les deux principaux candidats à la mairie de Montréal, hier soir, à l'occasion du deuxième et dernier débat de la campagne. Denis Coderre a attaqué sa rivale sur le conflit israélo-palestinien tandis que Valérie Plante a piqué au vif son adversaire en lui demandant s'il siégerait comme chef de l'opposition en cas de défaite le 5 novembre.

LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN S'INVITE DANS LE DÉBAT

Denis Coderre a pris sa rivale par surprise en profitant de la question finale qu'il était autorisé à poser en l'emmenant sur la scène internationale. Le maire sortant lui a en effet demandé de se prononcer sur la campagne internationale de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre l'État israélien, prenant soin de souligner qu'il s'y opposait. Après un long détour, Valérie Plante a fini par se prononcer contre. En point de presse, à la fin du débat, l'aspirante mairesse a admis avoir été prise de court. « C'était une question étrange parce que nous sommes au niveau municipal. Je me demandais où il voulait aller. » Elle a toutefois ajouté que « ce n'est pas le boycottage qui va régler le conflit israélo-palestinien ». Denis Coderre a justifié sa question en disant que les relations internationales faisaient également partie du rôle du maire de Montréal.

CODERRE CHEF DE L'OPPOSITION ?

« Je serai le maire. Je ne suis pas là pour être numéro deux. »

C'est avec vigueur que le maire sortant a répondu à la question de fin de débat de sa rivale, qui voulait savoir s'il siégerait comme chef de l'opposition en cas de défaite le 5 novembre.

« Je n'embarque pas dans le syndrome Jacques Beauchamp - "Qui va gagner la Coupe ? On va-tu faire les séries cette année ?" Je travaille pour être maire. On ne prend rien pour acquis, mais je ne réfléchis pas à deux scénarios, j'en ai un. [...] Si c'était ça, sa grosse question difficile, elle a raté son coup », a crâné Denis Coderre en mêlée de presse après le débat.

Valérie Plante ne voit pourtant rien d'insignifiant dans cette question. « C'est une réelle possibilité. La question est de savoir s'il sera chef de l'opposition. Prendra-t-il ce rôle important ? Il n'a pas répondu. [...] Être chef de l'opposition, ce n'est pas être numéro deux, c'est de servir de balancier pour la démocratie. Mais je sais que la notion de démocratie est un sujet sensible pour Denis Coderre, qui prend souvent des raccourcis. »

Elle-même a assuré qu'elle siégerait à nouveau « avec fierté » comme cheffe de l'opposition en cas de défaite.

MAIRESSE SANS CHAUFFEUR ?

« Je n'aurai pas besoin de trois chauffeurs », a lancé Valérie Plante durant le débat pour illustrer les économies qu'elle générerait en devenant mairesse.

« Les chauffeurs sont des cols bleus. Vous ne voudriez pas créer du chômage, non ? Il faudrait les replacer », a répondu Denis Coderre.

FORMULE E : « SI LES CHIFFRES ÉTAIENT BONS, IL LES DONNERAIT »

Les deux candidats se sont à nouveau affrontés sur la controversée course de Formule E, tenue l'été dernier. Valérie Plante a de nouveau demandé à son adversaire de dévoiler les chiffres de vente de billets. « C'est bien d'être honnête, mais il faut avoir les bonnes informations », a répondu le maire sortant, ajoutant qu'il était convenu qu'un rapport sur l'événement qui a enclavé un quartier pendant quelques jours, l'été dernier, serait fourni par le promoteur. « Mais ça a été un succès, le promoteur l'a dit, il y a eu 45 000 personnes. » « Perd-on de l'argent avec la Formule E ? Non », a-t-il ajouté. « Mais vous n'êtes pas curieux ? » lui a demandé le modérateur Leslie Roberts. « Oui, oui, je suis curieux », a répondu le maire. « Si les chiffres étaient bons, on les connaîtrait », a martelé Valérie Plante en mêlée de presse après le débat.

LA LOI 62, UN RARE TERRAIN D'ACCORD

Denis Coderre et Valérie Plante se sont dits d'accord sur une rare chose : la loi 62 sur la neutralité religieuse dans les services publics adoptée cette semaine à Québec n'est pas applicable à Montréal. Mais ils ont malgré tout réussi à se disputer sur le sujet. « Votre première réaction, à chaud, a été : on doit attendre Québec, un comité sera formé pour en discuter. Moi, j'ai dit non », a lancé Denis Coderre à sa vis-à-vis. « Ce n'est pas une compétition entre vous et moi », s'est défendue Valérie Plante. « J'ai passé 12 ans à travailler avec des femmes racisées », a-t-elle relancé pour expliquer à quel point elle ne pouvait être plus en défaveur de la loi 62.

DES FLAMMÈCHES AUTOUR DE LA LIGNE ROSE

La ligne rose a encore créé des flammèches entre les deux candidats. Valérie Plante a estimé qu'il était urgent de profiter des milliards sur la table actuellement à Ottawa et à Québec pour mener un projet d'envergure afin de désengorger le métro.

« S'il y a plus d'argent, c'est grâce à notre administration », a affirmé Denis Coderre.

« Mais pourquoi vous n'arrivez pas à en tirer avantage ? », a aussitôt répliqué Valérie Plante, suscitant une forte réaction de la foule.

Reprenant l'offensive, Denis Coderre a quant à lui mis en doute la capacité de Projet Montréal d'attirer de tels investissements dans la métropole. « À part leurs contacts avec Québec solidaire, je ne sais pas de qui ils vont avoir de l'argent. »

INTERDICTION DES PITBULLS

L'interdiction des pitbulls a aussi provoqué un échange corsé entre Denis Coderre et Valérie Plante. La cheffe de Projet Montréal a indiqué qu'elle réviserait le règlement municipal pour que la responsabilité incombe au propriétaire, plutôt qu'à l'animal.

« Interdire une race de chien crée un faux sentiment de sécurité », a dit Valérie Plante.

« La famille [de Christiane] Vadnais ne serait pas d'accord avec cela », a aussitôt répliqué Denis Coderre, en faisant référence à la femme tuée par un pitbull à l'été 2016.

TAXE SUR LES ACQUISITIONS PAR DES ÉTRANGERS ?

Denis Coderre est fier des investissements immobiliers étrangers à Montréal. Serait-il temps d'imposer une taxe sur les acquisitions immobilières par des étrangers comme à Vancouver et à Toronto ? « Il n'y a pas encore de bulle immobilière ici. [...] On veut couper les taxes, pas en ajouter », a dit M. Coderre. Valérie Plante rappelle que dans ces deux villes, les élus ont regretté d'avoir attendu avant d'imposer de pareilles taxes. Elle a assuré qu'elle n'attendrait pas.

Les faits

Suivez l’événement en direct




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer