Mitch Garber appuie Denis Coderre

Mitch Garber livrera un discours ce midi à la... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

Mitch Garber livrera un discours ce midi à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mitch Garber ne votera pas pour Denis Coderre. Mais il a une bonne raison : il n'habite pas Montréal. Le dragon appuie toutefois le maire de Montréal dans sa quête d'un second mandat, parce qu'il a redonné de la valeur à la « marque de commerce » de la ville.

L'homme d'affaires bien connu a aussi de bons mots pour Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal, avec qui il s'est entretenu au téléphone.

« J'ai été impressionné par son intelligence et par sa gentillesse, dit-il. Par contre, c'est difficile de ne pas saluer le travail réalisé par Denis Coderre. Quand on pense à l'image de Montréal il y a quatre ans, ça prend vraiment une bonne raison pour le remplacer. »

La confiance à un sommet

Cela dit, le véritable vote de Mitch Garber va pour le Québec dans son ensemble. Et c'est sa vision qu'il livrera ce midi à la tribune de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Son plaidoyer visera à rassembler les forces vives de la province. L'essentiel de son message portera sur les bons coups réalisés au cours des dernières années. Et, surtout, sur les défis à relever.

« On a le taux de décrochage scolaire le plus élevé au pays. Le revenu moyen des ménages au Québec est le plus bas au pays. Et on a un service de santé très complexe. »

Les discours du président du conseil du Cirque du Soleil sont toujours très suivis. Pas moins de 250 personnes sont attendues, aujourd'hui, à l'hôtel Bonaventure.

L'an dernier, à la tribune du Cercle canadien de Montréal, il avait plaidé pour la fin des « deux solitudes » entre francophones et anglophones. Sa remarque concernant le manque d'ouverture de certains Anglo-Québécois à l'égard de la culture francophone avait alimenté les discussions.

Ce midi, le titre de sa conférence est « Pouvons-nous éviter le piège américain de la partisanerie politique et de l'obstruction des faits par les médias ? »

« Je glisserai un mot sur le danger des fake news, dit-il. Mais je me concentrerai davantage sur les progrès économiques et sur les enjeux à discuter. »

Trois grands défis

Lors de son allocution, Mitch Garber constatera que l'économie et le sentiment de confiance à Montréal et au Québec sont à des niveaux très élevés. « Pour moi, c'est à un sommet depuis 40 ans ! », lance-t-il.

Il remarque que « ça bouge beaucoup ». Pour preuve : « le nombre de grues au centre-ville et la hausse des investissements de l'extérieur, dit-il. Puis, l'ouverture des bureaux de Facebook et autres ». Sans compter, ajoute-t-il, qu'on assiste aux « meilleurs » taux d'emploi et de satisfaction des PME depuis très longtemps. 

« On a des élections qui s'en viennent à la mairie et au provincial. Ce sera difficile de faire concurrence à des régimes qui connaissent de très bons chiffres. J'espère qu'on ne tombera pas dans la façon de faire des États-Unis avec de la politique sale. »

Au contraire, pense-t-il, il faut profiter de la situation pour avoir des « débats sérieux et intelligents ». À son avis, il est l'heure de parler de décrochage scolaire, d'enrichissement collectif et de moyens pour améliorer le système de santé.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer