La résiliation d'un contrat par l'inspecteur général de Montréal contestée

Daniel Lefebvre... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Daniel Lefebvre

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ingénieur Daniel Lefebvre entend contester la décision du Bureau de l'inspecteur général de Montréal (BIG) qui a résilié la semaine dernière un contrat de 11,2 millions obtenu par son entreprise Construction Généphi.

M. Lefebvre soutient que la conclusion du BIG a été faite «sur la base d'une appréciation farfelue des événements entourant la réalisation entourant le projet» et «des éléments abusifs de la part d'un des partenaires, soit le gestionnaire du projet».

Vendredi dernier, le BIG a rendu public un rapport d'enquête concernant un contrat de reconstruction de belvédères, de passerelles et de sentiers dans le parc-nature du Bois-de-l'Île-Bizard que Généphi a remporté devant un seul autre soumissionnaire. Le rapport souligne «la gravité des manquements» : Généphi aurait caché qu'elle avait un partenaire d'affaires, soit Congeres, entreprise dirigée par Pascal Patrice, accusé de fraude dans le scandale du Faubourg Contrecoeur.

Daniel Lefebvre a plaidé qu'il était le seul soumissionnaire et que Congeres était son sous-traitant. Mais le BIG ne croit pas à cette version et retient que les deux entreprises ont une entente écrite depuis 2014 qui les lie comme coentreprises.

M. Lefebvre entend faire valoir que cette entente ne modifie en rien la véritable nature de leur relation d'affaires, soit celle entre un entrepreneur général et son sous-traitant. M. Lefebvre argue entre autres qu'il est le seul financier de l'opération, le seul aussi à avoir fourni une caution.

Généphi a deux semaines pour en appeler de la décision, mais M. Lefebvre ne se fait pas d'illusions. «D'après moi, la Ville va entériner la décision du BIG, ce qui va nous forcer à aller plus loin, soit en contestation juridique. [...] On va aller au bout», affirme-t-il.

Dès que la décision du BIG a été connue, Daniel Lefebvre est monté aux barricades, parlant d'un «abus de justice évident». Il critique le pouvoir du BIG à enquêter, juger et condamner. En colère, il a même accusé l'inspecteur Denis Gallant de vouloir «faire un show». «Qu'est-ce que Gallant est en train de faire? Il est en train de s'approprier de la vertu qui n'en est pas. Il joue les héros», avait-il déclaré avec virulence.

De plus, M. Lefebvre souligne le retard que prendra le projet, l'impact financier pour les Montréalais et la perte d'emploi des travailleurs sur le chantier.

Une rencontre avec le BIG est prévue lundi prochain. «J'entends déposer une plainte sur des éléments inquiétants et surprenants», a ajouté Daniel Lefebvre sans apporter plus de précisions.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer