Maison Redpath: transformation extrême refusée

Le Musée des beaux-arts, qui a investi 40 millions... (Photo: fournie par le MBAM)

Agrandir

Le Musée des beaux-arts, qui a investi 40 millions dans la construction d'un pavillon qui sera coiffé d'une verrière avec vue sur la montagne, craignait que la nouvelle tour n'obstrue cette vue.

Photo: fournie par le MBAM

La transformation extrême de la maison Redpath en tour de sept étages ne verra finalement pas le jour. Les membres du conseil d'arrondissement de Ville-Marie ont en effet décidé de ne pas permettre la dérogation sollicitée par le propriétaire du 3455-3457, avenue du Musée, a-t-on appris hier.

«De nouveaux éléments ont été portés à notre attention, explique Sammy Forcillo, conseiller de la Ville. On a demandé à la direction de l'aménagement urbain de regarder ces éléments nouveaux et de nous faire part de ses conclusions et on a décidé à l'unanimité de ne pas permettre la dérogation. Le projet n'a pas été accepté dans sa forme actuelle.»

La future tour d'habitation, haute de 25 m, avait suscité l'opposition des habitants du quartier, mais aussi celle du Musée des beaux-arts. Ce dernier a investi 40 millions dans la construction d'un pavillon dans l'ancienne église Erskine&American, qui sera coiffé d'une verrière avec vue sur la montagne. Or, le Musée craignait que la nouvelle tour n'obstrue cette vue, comme l'a révélé La Presse en janvier dernier. Le projet, qui nécessitait une dérogation au règlement d'urbanisme de l'arrondissement, avait pourtant reçu à deux reprises l'aval du conseil d'arrondissement.

«On se réjouit de cette décision, qui va dans la même veine que ce que l'on fait au musée, la préservation du patrimoine, a dit hier Danielle Champagne, la directrice des communications du MBAM. La verrière a été conçue en considérant que la hauteur maximale des immeubles voisins serait de 16 m, et non de 25. Ç'aurait été dommage que la vue soit obstruée avec un bâtiment qui dérogeait aux règlements de zonage et qui aurait créé un précédent.»

Propriétaire déçu

Joint par La Presse, Michael Sochaczevski, l'un des propriétaires de la maison Redpath, n'a pas fait mystère de son irritation, hier, à la suite de ce revers. «D'abord, on est très déçus de voir que quelques dizaines de personnes peuvent stopper le développement dans une ville. Et ensuite, on ne construira rien de moins qu'un projet magnifique dans le Golden Square Mile», a-t-il dit.

L'arrondissement de Ville-Marie espère toutefois que le propriétaire soumettra au conseil un autre projet, conforme cette fois au règlement d'urbanisme. «C'est un quartier de grande valeur et on souhaite toujours la densification du centre-ville. En ce moment, on est pris avec les vestiges d'une maison, et c'est sûr que l'on souhaite un projet. Tel qu'il a été présenté, celui-là a été refusé, mais cela ne veut pas dire que le propriétaire ne peut représenter un projet, au contraire», a dit Jacques-Alain Lavallée, de la division des communications de Ville-Marie.

La maison Redpath, l'une des rares maisons de style Queen Anne que compte encore Montréal, tombe actuellement en ruine. Après le refus qu'il vient d'essuyer, M. Sochaczevski dit que la situation n'est pas près de changer puisqu'il n'a aucun autre projet à présenter. «On a déjà soumis un bon projet. Point final.» Que va-t-il faire avec la maison? «Rien. On a attendu 25 ans. On attendra encore.» Le projet sera abandonné à sa troisième lecture lors du prochain conseil de l'arrondissement, mardi soir.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer