Une «vague arc-en-ciel» lundi, avance Legault

Il rappelle qu'en 2012, la CAQ a connu... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Il rappelle qu'en 2012, la CAQ a connu une forte progression dans les sondages en début de campagne, bien qu'elle ait plafonné dans la dernière étape. Cette fois, le parti prend son envol au bon moment, estime François Legault.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

(SAINT-EUSTACHE) Après la vague orange, une «vague arc-en-ciel» est sur le point de déferler sur le Québec, a affirmé François Legault, samedi. Il prédit que les machines électorales du Parti libéral et du Parti québécois seront incapables de stopper la volonté de changement de la population.

«Je sens une vague, une vague arc-en-ciel qui s'en vient lundi», a clamé le chef de la Coalition avenir Québec lors d'un point de presse à St-Eustache.

Fort de deux sondages qui confirment la progression importante de la CAQ dans les intentions de vote, M. Legault a soutenu que «la porte est ouverte» pour un changement.

Même si son parti n'a pas une armée de bénévoles aussi imposante que ses rivaux, il croit que les machines électorales péquiste et libérale seront incapables de contrer la volonté de changement des Québécois.

«Il n'y a rien qui va être capable de contrer la machine des Québécois qui sont tannés, qui ne veulent pas avoir de mauvaises surprises à partir du 8 avril, qui veulent voter pour un projet, pas contre, qui sont tannés des vieilles chicanes, a-t-il dit. Il n'y a pas une machine qui va pouvoir arrêter ça.»

Le chef caquiste s'en est pris à Philippe Couillard, qui passe l'avant-dernière journée de campagne dans des circonscriptions détenues par son parti. Le chef libéral s'est attaqué directement à M. Legault, reprochant à son parti de manquer de «profondeur» et de «substance».

Ulcéré, François Legault rétorque que c'est plutôt le chef libéral qui n'a «rien à proposer» aux Québécois. Il lui reproche d'avoir mené une campagne de «peur», d'abord contre le référendum du PQ, maintenant contre le «saccage» que mènerait un gouvernement caquiste.

«Pourquoi on voterait pour le Parti libéral? a dit M. Legault. Qu'est-ce qu'il a de différent à offrir que ce que M. Charest offrait avec les libéraux? On a mis ce parti à la porte il y a 18 mois et il n'a rien de plus à offrir.»

Il a invité les Québécois à voter «pour» son parti, et non «contre» les autres.

En matinée, un sondage Léger-Journal de Montréal plaçait le PLQ (38%) en avance devant le PQ (29%) et la CAQ (23%). C'est une progression de neuf points en moins de deux semaines pour le parti de François Legault.

Un sondage Angus Reid publié quelques heures plus tard était encore plus favorable aux caquistes, leur accordant 25% des suffrages contre 39% au PLQ, 27% au PQ.

«Je pense que, quand on fait une petite projection, avec la tendance, on pourrait et on va surprendre lundi», a déclaré le chef caquiste en matinée, à Montréal.

Il a rappelé que la CAQ a connu une forte progression dans les sondages dans les premières semaines de la campagne de 2012, bien qu'elle ait plafonné dans le dernier droit.

«On est partis un peu plus bas à cause de la charte qui a polarisé le vote, a observé François Legault. Mais je pense que la tendance, l'accélération, est plus forte qu'en 2012.»

Il juge qu'un premier tournant est survenu après sa performance au deuxième débat des chefs. Le second est venu lorsque la question référendaire a cessé d'être le thème dominant de la campagne.

«Philippe Couillard a essayé d'embarquer les Québécois dans une cage à homards pour que ce soit une élection référendaire et il n'a pas réussi, a-t-il dit. Les gens ont commencé à se dire est-ce que Philippe Couillard a autre chose à dire que de faire peur au monde sur un référendum? C'est là que ça a viré.»

Le chef caquiste fait campagne dans le «450» aujourd'hui. Il visite des circonscriptions comme Blainville, Groulx, Deux-Montagnes et Montarville, où de chaudes luttes se dessinent le jour du vote.

François Legault croit pouvoir faire des gains importants dans le Grand Montréal, qu'il dit «délaissé» par le Parti libéral de Philippe Couillard.

Une «révolution»

Vendredi soir, le chef caquiste a promis une «petite révolution» s'il est élu premier ministre lundi. Il présente l'élection comme une «opportunité en or» de mettre fin aux «vieilles chicanes» entre fédéralistes et souverainistes.

Il martèle que les Québécois souhaitent un «grand ménage» de l'État, d'une réduction de la taille de la fonction publique et d'une baisse du fardeau fiscal.

Philippe Couillard avait prédit plus tôt cette semaine qu'un gouvernement caquiste provoquerait «l'anarchie» dans le réseau de la santé. À ceux qui s'inquiéteraient d'un chef de parti qui propose une «révolution», François Legault s'est fait rassurant.

«Les Québécois sont capables de faire une révolution sans qu'il y ait du sang, a-t-il illustré. On va faire ça de façon correcte. Je pense que la modernisation de l'État aurait dû être faite depuis longtemps.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2512870:box
la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer