La question du niqab enflamme le débat des chefs

Gilles Duceppe, Stephen Harper, Thomas Mulcair, Elizabeth May... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Gilles Duceppe, Stephen Harper, Thomas Mulcair, Elizabeth May et Justin Trudeau.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les chefs des partis fédéraux se sont enflammés sur la question du port du niqab aux cérémonies de citoyenneté lors du premier débat en français, jeudi soir, alors que les accusations de vouloir faire le plein de votes sur cet enjeu délicat fusaient de toutes parts.

Ils ont débattu avec vigueur de l'avenir des soins de santé, de l'aide médicale à mourir, de l'unité nationale, de l'économie et de la crise des réfugiés syriens, jeudi soir, durant le premier débat en français de la campagne électorale. Mais c'est la question du port du niqab qui a donné lieu, et de loin, aux échanges les plus enflammés entre Stephen Harper, Thomas Mulcair, Justin Trudeau, Gilles Duceppe et Élizabeth May.

Et pour cause : cette délicate question, propulsée à l'avant-scène de la campagne la semaine dernière après que la Cour fédérale d'appel eut invalidé un règlement administratif interdisant le port du niqab durant les cérémonies de prestation de serment de citoyenneté, a des échos importants dans les intentions de vote depuis quelques jours.

Alors que le Parti conservateur a promis de légiférer pour corriger cette brèche provoquée par cette décision du tribunal dans les 100 premiers jours s'il est reporté au pouvoir, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a accusé le chef conservateur Stephen Harper d'utiliser cette « arme de distraction massive » afin de faire oublier son bilan en matière de création d'emplois et de lutte contre les changements climatiques.

« M. Harper tente de cacher son bilan en arrière du niqab. 400 00 emplois perdus dans le secteur manufacturier, cela il ne veut pas en parler. 300 000 chômeurs de plus aujourd'hui que lorsque la crise a frappé en 2008. Cela non plus il ne veut pas en parler. Il se cache derrière cette question qui divise tellement. C'est juste M. Harper qui est en train de pousser cette question parce qu'il y voit un avantage. Et je suis tellement étonné de voir le Bloc québécois, un parti jadis tellement progressiste, embarqué dans l'arène », a affirmé M. Mulcair, qui s'oppose à la mesure des conservateurs.

« Quand on se joint à la famille canadienne, on ne devrait pas cacher son identité. M. Mulcair, je ne vais jamais dire à ma jeune fille qu'une femme devrait se cacher le visage parce qu'elle est une femme », a rétorqué Stephen Harper. 

« Attaquez-vous à l'oppresseur. Ne vous attaquez pas à la femme, M. Harper. Vous êtes en train de jouer un jeu politique », a dit M. Mulcair avant que les échanges entre tous les chefs ne se transforment en cacophonie.

La chef du Parti vert, Elizabeth May, qui s'oppose, à l'instar de MM. Mulcair et Trudeau, à une telle interdiction, a ensuite tenté de mettre les choses en perspective en lançant cette phrase : « C'est un faux débat en pleine campagne. Nous avons de vrais enjeux. Quel est l'impact du niqab sur l'économie? Quel est l'impact du niqab sur les changements climatiques? Sur les chômeurs? Tout cela est une distraction pour éviter le débat sur les vrais défis ».

Rappelant que l'Assemblée nationale et que divers maires du Québec réclament aussi que ces cérémonies se déroulent à visage découvert, le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe a rétorqué que le principe de l'égalité entre les hommes et les femmes « n'est pas une distraction » mais « une question fondamentale ».

« On sait très bien pourquoi on a cette discussion. M. Harper et M. Duceppe veulent jouer sur la peur et la division encore une fois. Si un homme ne peut pas imposer sa volonté sur comment une femme s'habille, on ne peut pas avoir un État qui impose comment une femme devrait ne pas s'habiller. Je comprends que c'est une question qui met des gens mal à l'aise. Pour moi, un État est là pour défendre les droits des minorités et des femmes », a pour sa part dit Justin Trudeau.

La question de l'unité nationale a aussi déchaîné les passions. Le chef bloquiste Gilles Duceppe a soutenu que la question dans un éventuel référendum devrait être limpide : «Voulez-vous que le Québec devienne un pays indépendant?» Cette question, selon lui, devrait être acceptée par le reste du Canada. Thomas Mulcair et Justin Trudeau ont ensuite croisé le fer sur la majorité requise pour gagner un référendum. M. Trudeau a accusé son adversaire néo-démocrate d'être indigne d'occuper la fonction de premier ministre en acceptant la majorité de 50 % plus un.

Durant cette portion du débat, Stephen Harper a soutenu que cette question est loin d'être la priorité des Québécois, qui sont davantage préoccupés, selon lui, par l'économie et la sécurité.

Appelé à dire s'il est favorable à l'aide médicale à mourir, M. Harper a toutefois évité de répondre à cette question claire, affirmant que le gouvernement fédéral doit amender le Code criminel pour tenir compte d'une décision de la Cour suprême sur cette question d'ordre moral. Gilles Duceppe a invité Ottawa à s'inspirer de la loi adoptée par l'Assemblée nationale en cette matière.

Durant le débat, Justin Trudeau s'est défendu d'utiliser « une vieille recette » en proposant d'investir massivement dans les infrastructures pour soutenir la croissance économique, quitte à enregistrer des déficits de 10 milliards de dollars au cours des trois premières années. Le Parti libéral est le seul parti à promettre de replonger ainsi le pays en déficit.

Stephen Harper a sauté sur l'occasion pour accuser son adversaire libéral de vouloir retomber dans l'ornière des déficits permanents, ce qui va inévitablement, selon lui, entraîner des compressions douloureuses ou encore d'importantes hausses d'impôts.

Pour sa part, le chef du NPD, Thomas Mulcair s'est retrouvé sur la sellette en raison de sa promesse de rouvrir la constitution afin d'abolir le Sénat, une institution « archaïque et dépassée ».

« On ne pourra pas rouvrir la constitution sans parler des demandes du Québec et des Premières nations et des autres provinces », a dit M. Duceppe.

« Je ne comprends pas les Canadiens qui veulent relancer les négociations constitutionnelles », a pour sa part dit Stephen Harper.

M. Duceppe participait à son premier débat de cette longue campagne électorale. Les stratèges bloquistes misaient sur une bonne performance de sa part pour donner un élan à la campagne du parti.

Après avoir croisé le fer hier soir, les chefs reprennent le chemin de la campagne aujourd'hui, mais seulement pour la fin de semaine. Car deux autres débats sont prévus la semaine prochaine. Le premier, bilingue et organisé par les Munk Debates, aura lieu lundi à Toronto. Seuls trois chefs y participeront, soit Stephen Harper, Thomas Mulcair et Justin Trudeau. Le dernier débat des chefs de la campagne - organisé par le réseau TVA et en français - aura ensuite lieu vendredi. Seule Elizabeth May sera absente de ce dernier débat.

Live Blog Élections 2015: le grand débat des chefs
Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Les plus populaires sur Auto

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

image title
Fermer