Jacques Duchesneau: «L'argent sale permet de faire des élections»

Jacques Duchesneau... (Photo La Presse)

Agrandir

Jacques Duchesneau

Photo La Presse

Pierre-André Normandin

Pierre-André Normandin
La Presse

Après avoir enfilé depuis une semaine les révélations-chocs sur l'industrie de la construction, l'ex-directeur de l'Unité anticollusion (UAC), Jacques Duchesneau, avait gardé sa déclaration la plus fracassante pour la fin de son témoignage: les partis politiques se cacheraient derrière l'empire clandestin de la collusion. «L'argent sale permet de faire des élections.»

L'ancien policier dit avoir continué «bénévolement» à enquêter sur «l'empire clandestin» découvert par l'UAC, après le dépôt de son rapport, en septembre 2011. Il a remis hier à la commission Charbonneau un document d'une cinquantaine de pages intitulé Le financement illégal des partis politiques, un système hypocrite où l'influence est à louer et les décisions sont à vendre.

«Dans notre premier rapport, on a parlé d'un empire insoupçonné. Mais en fait, l'ampleur insoupçonnée, c'est le financement illégal des partis politiques», a laissé tomber Jacques Duchesneau. Pour arriver à cette conclusion, il affirme avoir rencontré treize nouveaux témoins «déterminants» au cours des huit derniers mois.

Suivez notre journaliste sur Twitter

Suivez la commission Charbonneau en direct

De leurs témoignages, il retient qu'«on serait devant une culture éhontée et généralisée de pots-de-vin et de corruption». Pour eux, le «financement populaire des partis politiques n'existerait pas»; les partis misent plutôt sur les «combines» pour se financer.

Rappelons qu'au Québec, la loi prévoit que les partis doivent se financer par les dons de particuliers et non d'entreprises. Une limite par don de 1000$ est imposée aux partis municipaux et de 3000$ au provincial.

Il n'en serait rien, selon Jacques Duchesneau. «Tout l'argent amassé proviendrait de manigances, de stratégies de complaisance et d'arrangements, a-t-il dit. Des organisateurs de partis politiques passeraient des commandes aux firmes de génie pour obtenir de l'argent.»

Une enquête bénévole

Jacques Duchesneau a expliqué qu'il croyait au départ de son «enquête bénévole» que c'était les firmes de génie qui envoyaient l'argent vers les partis, ce qu'il a qualifié de «push». Mais ce serait plutôt l'inverse: les gens en autorité demandent de l'argentaux firmes de génie et entrepreneurs, ce qu'il a qualifié de «pull».

«Soixante-dix pour cent de l'argent consacré aux partis provinciaux ne serait pas issu de dons officiels enregistrés. Il y a de l'argent sale qui permet de faire des élections. Soixante-cinq pour cent des pots-de-vin sont aussi là pour engraisser, non pas les partis politiques, mais les gens qui font de la politique, notamment par les cocktails de financement», a avancé Duchesneau. L'ancien policier dit en avoir parlé avec le directeur général des élections.

Les partis miseraient sur le phénomène de la fausse facturation pour camoufler leurs activités illégales. Une cinquantaine de firmes se spécialiseraient dans les fausses factures dans la seule région de Montréal, a indiqué M. Duchesneau.

Le problème serait particulièrement «très grave» au municipal où l'argent comptant circulerait abondamment. «Pour obtenir des contrats, on doit donner à des partis municipaux. Les élections clés en main, ce n'est pas une lubie. Il y a des firmes de génie, de comptables et d'avocats qui aident des gens à être élus.»

Pour «maquiller» le stratagème, les partis tiendraient deux comptabilités: une officielle pour le DGE et une autre, secrète.

«Des généralisations»

Le témoignage de Jacques Duchesneau s'est poursuivi hier après-midi par son contre-interrogatoire par les parties ayant demandé le statut de participant à la Commission. L'ancien policier a eu des échanges particulièrement corsés avec l'avocat de l'Association des constructeurs de routes et grands travaux du Québec, Me Denis Houle.

«Je ne veux pas qu'on pense qu'on est sur la défensive, sauf que le problème que j'ai, c'est que je constate que vous nous apportez un exemple, qui des fois est faux, et vous généralisez pour l'ensemble de l'industrie», a lancé Me Houle. Jacques Duchesneau a assuré qu'aucune partie de son témoignage ou de celui de ses deux collègues n'avait été contredite pour l'instant.

Me Houle est revenu à la charge: «Vous arrivez dans presque tous les cas avec un seul exemple, une citation. Des fois, on ne sait pas d'où ça vient. Mais de là à généraliser pour parler de corruption, je trouve que vous y allez fort.»

«Et moi, de vous entendre banaliser une situation, je pourrais aussi vous répondre que vous y allez fort», a répliqué Jacques Duchesneau du tac au tac.

L'ancien policier a également dû défendre sa décision de transmettre son rapport à une journaliste de Radio-Canada. «Je me suis demandé: est-ce que je suis loyal à celui qui me donne mon chèque de paie ou est-ce que je suis honnête? J'ai choisi l'honnêteté.»

La juge France Charbonneau a rappelé Me Houle à l'ordre à deux reprises pendant son contre-interrogatoire, en l'interrompant pour lui demander s'il posait des questions au témoin ou s'il faisait un commentaire. L'avocat des constructeurs de routes a dit regretter que des «entreprises sérieuses» aient été nommées publiquement lors de la Commission, sans qu'elles aient été avisées ou qu'elles puissent se défendre.

Le contre-interrogatoire de M. Duchesneau se poursuit aujourd'hui.

 

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer