• Accueil > 
  • Actualités 
  • > Des propriétaires d'armes à feu en croisade contre «Poly se souvient» 

Des propriétaires d'armes à feu en croisade contre «Poly se souvient»

Des propriétaires d'armes à feu soutiennent que l'organisme... (PHOTO JIM WATSON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des propriétaires d'armes à feu soutiennent que l'organisme Poly se souvient tient des propos mensongers et haineux.

PHOTO JIM WATSON, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Un regroupement de propriétaires d'armes à feu opposés au registre mène une campagne en ligne particulièrement virulente contre l'organisme Poly se souvient, qui réclame un contrôle strict des armes. Piratage de sa page Facebook et photos d'arme semi-automatique envoyées par texto à des dirigeantes de l'organisme font partie de ses tactiques de pression. 1486453

Heidi Rathjen a reçu des textos menaçants.... (Capture d'écran) - image 1.0

Agrandir

Heidi Rathjen a reçu des textos menaçants.

Capture d'écran

« Nous sommes au courant que nos propos peuvent être vus comme diffamatoires, atteignant la réputation, la dignité et l'honneur de l'organisme Poly se souvient, mais le tout est fait avec justifications et excuses », écrit l'un des responsables du groupe sur un compte Facebook « satirique » de Poly se souvient, créé expressément pour « diluer et compliquer » l'accès au véritable profil de l'organisme.

Créé en 2009, Poly se souvient est un collectif d'anciens étudiants et étudiantes de l'École polytechnique, dont certains ont été témoins de la tuerie du 6 décembre 1989. Sa porte-parole, Nathalie Provost, a survécu à plusieurs blessures par balle infligées par le tireur lors du drame. Elle a été nommée en février vice-présidente du Comité consultatif canadien sur les armes à feu par le gouvernement Trudeau. Sa coordonnatrice, Heidi Rathjen, qui a été témoin de la tuerie, a reçu en 2016 la médaille de l'Assemblée nationale pour son « engagement exceptionnel en faveur du contrôle des armes à feu » et pour son implication contre le tabac.

Très influentes auprès des politiciens, les deux femmes ont été prises en grippe par de nombreux propriétaires d'arme à feu. Ces derniers ont fait circuler sur Twitter et Facebook des photos de Mme Rathjen où elle est qualifiée d'« hypocrite », de « manipulatrice » et de « menteuse ». « J'espère que vous lui porterez une haine parfaite », a écrit la semaine dernière sur Facebook Gino Marra, propriétaire d'armes impliqué dans le regroupement Tous contre un registre québécois des armes à feu.

Profil Facebook attaqué

Le 22 octobre, après un appel à tous lancé publiquement sur un forum de propriétaires d'armes à feu, des militants opposés au registre se sont coordonnés pour faire fermer le profil Facebook de Poly se souvient en déposant simultanément des dizaines de fausses plaintes pour contenu « faisant la promotion de la violence », « incitant à la haine » ou « décrivant la vente d'armes ou de marchandises réglementées ». Le profil a rapidement été suspendu par Facebook pour « violation des standards de la communauté », et des militants ayant participé à l'effort ont publié en ligne des prises d'écran de leur exploit.

Presque immédiatement, une demi-douzaine de faux profils de Poly se souvient ont été créés par les mêmes militants sur Facebook afin de « diluer et compliquer » l'accès à la vraie page si le réseau social la réactivait, révèlent-ils sur leur forum. Le vrai profil a finalement été réactivé jeudi dernier, pour être fermé de nouveau à deux reprises au cours du week-end grâce à la même tactique.

Guy Morin, porte-parole de Tous contre un registre québécois des armes à feu, dit avoir tenté de dissuader les militants d'agir de la sorte. 

« J'essaie de calmer les gens le plus possible. Mais depuis deux ans, les propriétaires d'armes se sentent abandonnés sur le plan politique. Les gens sont de plus en plus frustrés et difficiles à contenir. »

M. Morin ajoute, en riant au bout du fil, que l'invitation de Gino Marra à « porter une haine parfaite » à Heidi Rathjen allait « un peu loin ».

« Une haine parfaite, c'est une haine juste, s'est pour sa part justifié M. Marra en entrevue vendredi. Ça ne veut pas dire avoir des propos haineux. Ça veut dire qu'on en a assez de subir les propos haineux de Poly se souvient. Ça fait 25 ans qu'ils nous harcèlent. Ils mentent. C'est tout à fait légitime qu'on n'aime pas ces gens-là en tant que propriétaires d'armes à feu. »

Textos intimidants

Si la campagne ciblant Poly se souvient a pris une tournure publique ces derniers jours, elle date cependant de bien avant cette série d'incidents. Le 6 décembre dernier, jour de commémoration de la tuerie de Polytechnique, Mme Rathjen et Kathleen Dixon, une mère dont la fille a été blessée par balle lors de la tuerie de Dawson, ont toutes deux reçu sur leur téléphone une photo d'une arme d'assaut semi-automatique AR-15 envoyée par un inconnu. « Je te souhaite d'être heureuse pour l'année 2017 car de toute évidence tu ne l'es pas », lit-on dans le message adressé à Mme Rathjen.

« J'ai été profondément terrifiée quand j'ai vu la photo. Ces gens veulent nous faire taire. Ils s'y prennent avec une forme de harcèlement très pernicieuse », déplore Kathleen Dixon.

Dans les heures précédentes, des dizaines d'autres messages textes ont été envoyés aux trois dirigeantes de Poly se souvient, certains par Gino Marra. Les militants voulaient par ce geste dénoncer une erreur apparaissant dans un communiqué diffusé par Poly se souvient six mois plus tôt, qui avait écrit à tort que les fusils AR-15 peuvent être acquis sans permis spécial.

Gino Marra assure qu'il s'agissait d'un mouvement « spontané » de propriétaires d'armes, né du « discours mensonger » de Poly se souvient et de ses dirigeantes. Incapable de citer un exemple concret de propos haineux tenus par ses dirigeantes, il estime qu'elles procèdent de façon détournée. « C'est toujours des propos couverts et indirects. Elles sont très habiles à dire que les armes à feu constituent une menace pour la sécurité », justifie M. Marra.

« On est constamment sous le feu de reportages et de propos mensongers à notre égard. Si nos propos sont plus durs, il faut comprendre que c'est parce qu'on est pas mal plus écoeurés », ajoute-t-il.

DES CIBLES DE CHOIX

D'autres groupes favorables à un resserrement des lois sur les armes à feu - souvent dirigés par des femmes - ont été la cible de campagnes virulentes.

Au Canada

Wendy Cukier, présidente de la Coalition canadienne pour le contrôle des armes, dit avoir souvent subi des attaques semblables au fil des ans. « On m'a envoyé par la poste une photo de moi avec des trous de projectiles. La photo a été utilisée comme cible dans un champ de tir », raconte-t-elle. « J'ai reçu par la suite un coup de fil anonyme à la maison, lors duquel un homme m'a dit qu'il avait très hâte de me rentrer un pistolet dans les fesses », dit-elle. Dans la même période, le site web de la Coalition a été fermé pendant un mois à la suite d'une attaque de pirates informatiques. « Ce ne sont pas des individus isolés qui se défoulent ; c'est plutôt un mouvement assez bien organisé qui revendique une diminution du rôle de l'État et plus de libertés individuelles », soutient Mme Cukier.

Aux États-Unis

Aux États-Unis, en 2014, la présidente de Moms Demand Action, Shannon Watts, avait vu son adresse résidentielle publiée sur un forum internet lié au mouvement « open carry », dont les membres portent leur arme à feu à la vue dans tous les États où cela est permis. La même année, la porte-parole de l'organisme Everytown for Gun Safety, Jennifer Longdon, devenue paraplégique après une attaque par balle, s'est fait menacer lors de manifestations par des hommes qui lui disaient qu'ils connaissaient son adresse. Un soir, l'un d'eux s'est pointé chez elle et a simulé le geste de lui tirer dessus à bout portant avec un fusil d'assaut. Dans les deux cas, les femmes avaient fait l'objet de campagnes extrêmement virulentes sur l'internet, où des photos d'elles manipulées numériquement, les montrant la tête ensanglantée, avaient été diffusées.

Des trolls politisés

Gabriela Coleman, titulaire de la chaire Wolfe en littératie scientifique et technologique de l'Université McGill, qui s'est intéressée aux stratégies du mouvement Anonymous, affirme que 2014 est une « année tournante » lors de laquelle divers mouvements campés à droite ont commencé à se servir de tactiques coordonnées pour « intimider, humilier [leurs opposants] et divulguer [leurs] renseignements personnels » sur l'internet. « Il y a eu à cette époque une politisation des trolls », dit-elle. « Les activistes qui participent à ces mouvements ont aussi souvent des propos antiféministes et se croient victimes d'une forme de théorie du complot », note pour sa part David Grondin, chercheur au Centre international de criminologie comparée de l'Université de Montréal. « Dans leur discours, ils prônent une forme d'idéal qu'on doit rétablir, qui comprend le droit de porter des armes. »

Les truthers

Un des cas emblématiques de ce phénomène est Lenny Pozner, père d'un enfant tué lors de la tuerie de Sandy Hook, en 2012. Dans les mois qui ont suivi la tuerie, un mouvement organisé sur les réseaux sociaux et amplifié par le site Infowars - appelé les Sandy Hook Truthers - s'est mis à mettre publiquement en doute la véracité du drame, soutenant que M. Pozner et son fils étaient des acteurs embauchés par le gouvernement pour discréditer les propriétaires d'armes à feu. « Je dirais que ce sont d'abord et avant tout des gens très frustrés, qui pensent que c'est acceptable de cibler une personne comme ils le font, affirme M. Pozner en entrevue à La Presse. Ils n'ont pas toujours une affiliation politique très claire. Leur seul point commun est d'avoir une conception de la réalité qui n'est pas celle du reste de la société. »




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer