L'entreprise Kotex, qui a lancé récemment sa nouvelle gamme de tampons et serviettes U, a dû revoir sa campagne de publicité.

Sophie Allard LA PRESSE

La plupart des réseaux de télévision américains ont refusé de diffuser une première publicité. La raison? L'utilisation trop franche du mot «vagin».

Même si le mot a finalement été remplacé par «ici bas», deux grands réseaux de télé sur trois sont restés sur leur position.

Conçue par la firme JWT de New York, la campagne se veut une parodie des publicités «classiques» de produits d'hygiène féminine, dans lesquelles on présente des femmes qui pratiquent le yoga en «spandex» blanc, font de l'équitation sur la plage et respirent le bonheur.

Sur le site UbyKotex.com, on peut d'ailleurs signer la Declaration of Real Talk, pour inciter les femmes à parler librement de leur corps et de leur santé malgré les pressions sociales.