• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Les chaussures françaises sur le pied de guerre 
Source ID:; App Source:

Les chaussures françaises sur le pied de guerre

Exposition sur le savoir-faire, formation d'un vivier de jeunes créateurs pour... (Photo: Reuters)

Agrandir

Photo: Reuters

Agence France-Presse
Paris

Exposition sur le savoir-faire, formation d'un vivier de jeunes créateurs pour renouveler le métier: le secteur de la chaussure française, qui a connu la lame de fond des délocalisations, table sur plusieurs projets pour se redynamiser.

En 20 ans, l'industrie de la chaussure est passée de 35 000 emplois à quelque 9 000 aujourd'hui pour 120 à 130 entreprises et un chiffre d'affaires d'un peu moins d'un milliard d'euros en 2009.

Dans les années 1970, elle a compté jusqu'à 1 200 entreprises dont certaines employaient 2 000 personnes. Puis vint la délocalisation de la production vers l'Afrique du Nord, les pays de l'Est et l'Asie dans les années 1985-90.

Aujourd'hui ne subsiste en France que des productions de niches. Comme celles de chaussures très techniques pour les athlètes, l'équitation, le bateau. Ou encore les petites séries réalisées par des créateurs et la production de modèles de luxe, style Weston.

«Nous venons de terminer une période de mutation et de restructuration industrielle et on assiste à une sorte de retour de flamme autour des biens de consommation en général», analyse Jean-Pierre Renaudin, le président de la Fédération française de la chaussure.

L'objectif est de mettre l'accent sur la création. «Je pensais que l'image de la profession était un peu désuète et pourtant beaucoup de jeunes sont intéressés. Avec eux on va réinventer le métier», relève M. Renaudin.

«Ce vivier de jeunes créateurs» devrait voir le jour en 2011 à Romans, capitale historique de la chaussure, dans la Drôme. Les cinq à dix candidats retenus chaque année devront définir leur projet pour la mise en oeuvre duquel ils disposeront d'un encadrement, de fournitures et d'un atelier.

Ce projet impliquant l'ensemble des acteurs de la filière est doté d'un budget de 300 000 à 500 000 euros sur l'année.

La Fédération de la chaussure va également organiser une exposition, «Cendrillon 5.0», en collaboration avec le ministère de l'Economie et des Finances, le 5 octobre pendant la Semaine de la mode à Paris. Le but est de montrer le savoir-faire français en la matière avec de grands noms du secteur comme Arche, Robert Clergerie, Paraboot, Parallèle ou Heschung.

Les différentes étapes de la fabrication d'une chaussure y seront notamment détaillées, du formier au monteur, en passant par le travail de la coupe et les différentes techniques du piquage.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer