Connus pour leurs restaurants gastronomiques qui ont su se hisser parmi les valeurs sûres de la métropole (Le Club Chasse et Pêche, Le Filet, Le Serpent), Hubert Marsolais et Claude Pelletier ont diversifié leurs activités l'été dernier avec l'ouverture du comptoir à pâtes fraîches Il Miglio. Les voilà qui poursuivent dans cette veine d'établissements sans prétention - mais qui portent toujours le même sceau de qualité - avec la Taverne du Pélican, projet auquel se joignent Benjamin Langlois et Hugo Casavant, où l'on peut boire à peu de frais et manger sur le pouce de bons petits plats cuisinés à l'Il Miglio (rillettes de saumon, ceviche de moule, lasagne, etc.).

Iris Gagnon-Paradis LA PRESSE

Campée avenue Laurier Ouest, cette taverne de quartier fort sympathique offre une déco simple, tout en faisant un joli clin d'oeil aux tavernes d'antan - ce local était autrefois La Taverne Wilson, véritable institution où l'on pouvait croiser des personnages comme René Lévesque ou Claude Gauvreau, rappelle M. Marsolais. « On s'est inspiré de certains codes de taverne pour offrir un endroit chaleureux, qui ne se prend pas au sérieux », explique celui qui a notamment jeté son dévolu sur ce local parce qu'il prévoit ouvrir un hôtel à quelques pas de là, au coin de l'Esplanade, avec plusieurs associés, dont Sarah Altmejd.

L'Hôtel Mile End, dont l'ouverture est prévue au printemps 2020, est un projet à plusieurs facettes qui comprendra, en plus d'une trentaine de chambres, une galerie d'art, un restaurant et un bar. « Laurier Ouest est une rue qui a perdu un peu de son identité, mais sa mixité, sa texture urbaine est assez extraordinaire et son emplacement géographique, près du mont Royal, est tellement magique », conclut celui qui prédit que l'artère sera l'une des plus importantes de la métropole d'ici cinq ans.

278, avenue Laurier Ouest