Niché au fond d'un stationnement de Saint-Henri, à deux pas des voies du CN, le quartier général de Grumman '78 est étrangement l'un des lieux les plus effervescents de la métropole. C'est un peu ici que se fomente la révolution de la cuisine de rue montréalaise, sous la direction de l'infatigable Gaëlle Cerf.

Ève Dumas LA PRESSE

Derrière la porte de l'ancien garage, on découvre un lieu spacieux, industriel, un peu (beaucoup) bric-à-brac, avec des tables faites de palettes en bois (évitez les bas de nylon!), un vieux Pacman d'arcade et d'autres détails rétro. Cuisine de production du désormais célèbre camion à tacos, le QG recevait uniquement pour des événements privés. Depuis l'automne, le 630, rue de Courcelle est devenu un restaurant à part entière, ouvert à tous.

Avec un lieu permanent, l'équipe peut se permettre un peu plus de fantaisie au menu. La cuisine de Grumman reste généreuse, plutôt costaude, très métissée. Le Mexique rencontre l'Italie sous la forme de jouissifs arancinis aux parfums de burrito et flirte avec l'Inde dans les surprenants tacos au cari d'agneau. On ne ménagera pas son cholestérol avec une platée de chicharrón (pensez oreilles de crisse soufflées!) ou un queso fundido (fromage fondu, servi avec tortillas et garnitures) assez gros pour nourrir une famille de quatre. La «maison» cherche en effet à servir une bonne bouffe décoincée, ensoleillée, festive. Pour plus de délicatesse, les pétoncles poêlés servis avec crème et caviar sont incontournables.

Côté liquides, le jus «rouge» (à l'hibiscus) hydratera les petits, tandis que papa et maman boiront cocktails et bières ou se partageront une bonne bouteille de vin. Que ce soit en blanc ou en rouge, il y en a pour toutes les papilles, y compris celles qui fuient les additifs.