Cuisiner à la mijoteuse, un art? Presque. Même si on a parfois l'impression que cette petite machine fait des miracles, elle ne fait quand même pas les emplettes à votre place.

Nathaëlle Morissette LA PRESSE

Que l'on décide de préparer un porc au saté pour la petite famille ou encore un navarin d'agneau pour recevoir les amis le samedi soir, il faut quand même prévoir une trentaine de minutes pour préparer les légumes, fariner la viande et, surtout, saisir les ingrédients à la poêle avant de les déposer dans la mijoteuse. C'est d'ailleurs la principale erreur commise par les gens, précise Ricardo. «Il faut prendre le temps de faire rôtir les aliments», prévient-il. C'est ce qui permettra de «décupler» les saveurs avant de plonger la pièce de viande et les accompagnements dans la mijoteuse et son bouillon.

Pour ceux qui courent après leur temps le matin, et pour qui la préparation des ingrédients avant de quitter la maison pour le boulot apparaît comme une mission impossible, il existe une autre solution. Le tout peut être fait la veille - y compris l'étape de coloration - et conservé au frigo. Le lendemain, il ne reste qu'à brancher la mijoteuse. Fait à noter, lorsque la cuisson de votre soupe de boeuf et pois chiches, par exemple, se termine au bout de huit heures, normalement le réchaud entre en fonction, ce qui permet de garder votre plat au chaud, mais sans le cuire davantage. Généralement, la nourriture peut être conservée de cette façon pendant deux heures. Pas de panique, donc, si vous êtes pris dans un bouchon de circulation.

Les gens qui craignent de laisser l'appareil fonctionner pendant la journée, même s'il n'y a aucun danger, peuvent faire une cuisson de nuit. Dans le cas d'un débranchement involontaire ou d'une panne électrique, Ricardo joue de prudence et conseille de jeter la nourriture. S'il s'agit d'un arrêt de cuisson récent, la température du plat dans la mijoteuse doit être supérieure à 60 degrés Celsius. «Vous pouvez ensuite transférer votre recette dans une casserole et poursuivre la cuisson au four, écrit Ricardo dans les premières pages de son tout nouveau livre de recettes. Évitez de redémarrer la cuisson à la mijoteuse. Ce pourrait être long et il y aurait alors risque de contamination.»

Comment la choisir?

Bien qu'il en ait testé toute une panoplie, Ricardo ne recommande pas un type de mijoteuse en particulier. «Je conseille aux gens d'acheter un appareil simple qui a un cycle basse température (low), haute température (high), une fonction réchaud (warm) et une minuterie.» Il suggère également de se procurer une mijoteuse munie d'une jolie cocotte, qui peut être mise directement au centre de la table, histoire de rendre le repas plus convivial.

L'effet de surprise



En plus de faciliter la vie et de permettre d'offrir à ses invités des pièces de viande qui fondent dans la bouche grâce à son mode de cuisson lent, la mijoteuse peut devenir LE sujet de discussion pendant le repas. « Une fois à table, tu lances à tes convives : ce soir, je vous ai préparé un gâteau au fromage... à la mijoteuse, raconte Ricardo Larrivée. Là, tu es certain que tu viens de lancer un débat. Certains vont être sceptiques, d'autres surpris. Et pendant qu'ils jasent entre eux, tu profites du moment pour retourner à la cuisine et terminer les derniers préparatifs du repas. » Voilà un bon filon pour peaufiner votre art de recevoir...