Source ID:758c1d0806c1342180956edeb7c455ea; App Source:StoryBuilder

Je détestais l'hiver avant d'avoir des enfants

Geneviève Hénault avec ses deux enfants, Léa-Rose et... (Photo fournie par Geneviève Hénault)

Agrandir

Geneviève Hénault avec ses deux enfants, Léa-Rose et Charles.

Photo fournie par Geneviève Hénault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
MAUDE GOYER

Collaboration spéciale

La Presse

Avant d'avoir des enfants, Geneviève Hénault, 32 ans, n'aimait pas l'hiver. Elle le boudait. Même chose pour Érika Dandavino: cette Montréalaise de 37 ans pleurait à la première bordée de neige. Aujourd'hui mères de famille, toutes deux se sont ralliées et ont gagné les rangs des amoureux de la saison froide.

Elles ne sont pas seules. Selon une étude de la Revue canadienne de santé publique, 64 % des Canadiens sont sédentaires l'hiver comparativement à 49 % l'été. Parmi les enfants d'âge préscolaire actifs, 47,2 % le sont l'été alors que ce chiffre baisse à 36,5 % l'hiver, selon une étude menée par l'Université de l'Alberta.

Dans un pays où l'hiver occupe beaucoup plus que ses trois mois officiels (du 21 décembre au 20 mars), ne pas l'aimer peut être un sérieux handicap. «Je restais encabanée au lieu de profiter de l'hiver, raconte Geneviève Hénault, mère de Charles, 6 ans, et de Léa-Rose, 8 ans. Je ne faisais rien du tout, aucune activité extérieure. Je déprimais à la maison!» Même chose pour Noémie Gervais, 38 ans, mère de quatre enfants âgés de 2 à 11 ans. «Je haïssais l'hiver! s'exclame-t-elle. Je n'aimais pas le froid, le gris, la glace et la flotte. Je ne trouvais pas ça beau.»

Soucieuse de ne pas transmettre cette aversion à ses enfants, cette mère de famille, qui habite à Val-David, a changé sa perception des choses. «Je me suis convaincue moi-même, avoue-t-elle. Je ne voulais pas léguer ça aux enfants!»

«La première neige, avec les enfants, c'est devenu magique. Et puis, ils l'aiment quand elle est collante pour faire des bonhommes de neige et des forts, quand elle est dure pour aller glisser, quand elle est craquante...», affirme Noémie Gervais.

Elle avoue en riant: «Ça a changé ma vie!»

Les enfants de Noémie Gervais n'hésitent jamais à... (Photo fournie par Noémie Gervais) - image 2.0

Agrandir

Les enfants de Noémie Gervais n'hésitent jamais à sortir pour profiter de l'hiver.

Photo fournie par Noémie Gervais

Les clés pour aimer l'hiver

Mais comment opérer le virage? Comment se faire à l'idée de sortir et de bouger l'hiver? D'abord, s'habiller chaudement. «Pensez aux extrémités : une bonne tuque, des mitaines chaudes, des bottes de qualité. Et on applique la technique des pelures d'oignon en superposant plusieurs couches de vêtements», conseille Mathieu Point, professeur au département des sciences de l'éducation de l'Université du Québec à Trois-Rivières. À ne pas oublier: un enfant qui a froid lors d'une activité voudra arrêter rapidement... et ne se souviendra que de ce désagrément lors d'une future suggestion d'activité!

Puis, y aller progressivement. «Ça n'a pas besoin d'être loin ni compliqué, affirme M. Point. On doit faire une course à l'épicerie? Tout le monde s'habille et on en profite pour aller glisser dans le quartier.» Bruno Durand, kinésiologue, rappelle que le critère premier, c'est le plaisir.

«Ça passe beaucoup par les amis: les enfants aiment jouer dehors avec des amis, par exemple les amis du quartier, et profiter de la neige. C'est là qu'ils se créent des scénarios et qu'ils inventent des jeux.»

En plus de viser la simplicité et la spontanéité, les deux experts soulignent qu'il vaut mieux tester différentes activités gratuites avant d'engager des coûts dans des sports dispendieux. «Marcher en forêt, aller patiner dans le quartier ou organiser une bataille de boules de neige, c'est gratuit», dit M. Durand.

Geneviève consulte l'horaire des activités de sa municipalité et des villes avoisinantes et y fait de jolies trouvailles (gratuites). «Nous irons faire de la raquette au flambeau samedi soir, raconte-t-elle, et c'est suivi d'un chocolat chaud...» L'effet de la petite «récompense» n'est pas à négliger, avec des enfants récalcitrants, qu'il s'agisse d'un feu de foyer au retour à la maison, d'un bol de popcorn servi sous la doudou... ou d'un verre de vin rouge pour les parents!

Léa-Rose, 8 ans, et Charles, 6 ans, profitent... (Photo fournie par Geneviève Hénault) - image 3.0

Agrandir

Léa-Rose, 8 ans, et Charles, 6 ans, profitent de l'hiver grâce à de nombreuses activités extérieures.

Photo fournie par Geneviève Hénault

Que faire?

• Informez-vous auprès des voisins ou des familles croisées au parc: il y a probablement, à quelques kilomètres de chez vous, la butte parfaite pour aller glisser.

• Découvrez les traces laissées dans la neige par les animaux en allant vous balader (à pied, en raquettes ou en ski de fond) dans un bois: ici un écureuil, là un lièvre et, plus loin, une dinde sauvage.

• Faites de la peinture sur neige: on sort de vieux feutres ou du colorant alimentaire (qu'on dilue dans une bouteille à vaporiser) et on laisse les enfants s'amuser à créer des tableaux artistiques.

• Créez des châteaux de neige avec le matériel du carré de sable ou pour la plage (moules, pelles, etc.).

• Cuisinez! On sort des plats de plastique, des casseroles, des ustensiles (cuillères de bois, louche, etc.) et on réinvente le concept de cuisine extérieure.

• Épluchez le site de votre municipalité et celui des parcs-nature à proximité pour y découvrir les activités hivernales proposées; plusieurs villes et régions organisent aussi une fête des neiges ou un festival hivernal.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer