Source ID:59ddee1e-52ab-4918-876e-6cad9cfe5b10; App Source:alfamedia

Fêtes d'enfants: un party réussi

L'organisation d'une fête d'enfants n'est pas toujours une... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

L'organisation d'une fête d'enfants n'est pas toujours une sinécure. Voici quelques conseils pour faciliter la tâche aux parents qui souhaitent que l'anniversaire de leur petit trésor se déroule sans anicroche.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

L'organisation d'une fête d'enfants peut être un véritable parcours du combattant. Combien d'amis inviter ? Qui inviter ? Qu'en est-il des allergies ? Des sacs-surprises ? Voici un petit guide de survie et d'éthique pour mener à bien l'anniversaire de vos petits chéris.

Beaucoup de parents se sentent obligés de donner... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 1.0

Agrandir

Beaucoup de parents se sentent obligés de donner des sacs-surprises aux invités lors de l'anniversaire de leur enfant.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Il est toujours pratique d'avoir un ou deux... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 1.1

Agrandir

Il est toujours pratique d'avoir un ou deux parents présents lors de la fête pour aider à gérer les enfants

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

DÉTERMINER LE NOMBRE D'INVITÉS

On dit souvent que l'âge de l'enfant devrait déterminer le nombre d'invités. « Jusqu'à 6 ans, c'est bien de ne pas dépasser un ami par année d'âge ; après, ils sont plus autonomes. Ça dépend aussi du lieu, du type d'anniversaire et de la saison [l'été, c'est plus facile] », indique Solène Bourque, psychoéducatrice et auteure, qui se souvient d'avoir mouché des nez et accompagné chaque enfant aux toilettes lors de fêtes. Karen Magazzinich, propriétaire de Zoum Zoum Party, pense que l'idée selon laquelle on doit se limiter à un ami par année de vie de notre enfant est un mythe. « Tout dépend du tempérament de votre enfant, s'il est timide ou plus extraverti. Un groupe de 10 enfants, c'est le maximum si on veut organiser une activité, car le groupe restera uniforme ; après, c'est trop à gérer. »

DISTRIBUER LES INVITATIONS

Le mieux est de transmettre les invitations par courriel, mais on n'a pas toujours les adresses des parents. À l'école, on demande à notre enfant de distribuer les enveloppes discrètement, mais on sait que ça crée souvent des jalousies. « C'est parfois celui qui reçoit l'invitation qui va sauter de joie. Les enfants sont spontanés, c'est normal, remarque Solène Bourque. Les parents peuvent expliquer à leurs enfants qu'on ne peut pas inviter toute la classe à son anniversaire. » « Le mieux est d'envoyer les invitations de deux à trois semaines avant la date prévue de l'anniversaire. Les parents peuvent ainsi s'organiser et ne pas oublier de répondre, une semaine avant la fête », suggère Karen Magazzinich, qui organise des fêtes d'enfants depuis 2001.

FAUT-IL RENDRE L'INVITATION ?

« Ce n'est pas parce que votre enfant a eu 10 invitations dans l'année que vous devez inviter ces 10 amis en retour, mais je comprends que les parents se sentent coincés. On ne veut pas éviter les parents à la sortie de l'école parce qu'on n'a pas fait de retour d'invitation, note Solène Bourque. On leur explique notre choix et on peut proposer d'organiser un pique-nique au parc l'été. »

QU'EN EST-IL DES FRÈRES ET SOEURS DES INVITÉS ?

Les frères et soeurs de l'enfant dont on célèbre l'anniversaire sont bien évidemment de la fête. Mais qu'en est-il des frères et soeurs des amis qu'on nous impose parfois ? « La règle est très claire : c'est non, sauf pour des amis de la famille. Une mère m'a déjà dit : "J'ai deux enfants, je vais vous laisser le petit frère, car je vais en profiter pour aller faire des commissions." Ce n'est pas une garderie, c'est une fête d'enfants ! », dit Solène Bourque.

ET LEURS PARENTS ?

Grande question ! « On peut spécifier sur l'invitation que les parents sont les bienvenus sans les obliger à rester. C'est à eux de voir, selon le caractère et l'âge de l'enfant », affirme Karen Magazzinich. À partir de 5 ans, les parents sont généralement moins inquiets. « Si on a un ou deux parents pour aider à gérer les petits mousses, pourquoi pas ? Quelques parents hélicoptères [surprotecteurs] vont toujours rester... Vous savez, on veut plus d'enfants que de parents à une fête d'enfants ! », s'exclame Solène Bourque.

LES VOISINS ?

Ce sont des gens qui font partie de notre environnement avec qui nous sommes parfois amis, mais les enfants n'ont pas toujours envie d'inviter les petits voisins. « C'est délicat, surtout l'été quand on organise la fête dans la cour ou le jardin. On les prévient, on leur dit que ce sont uniquement des amis de la garderie ou de l'école. Il faut être capable d'exprimer les choses clairement. On peut suggérer aux petits voisins de se greffer à la fête au moment du gâteau ou pendant les jeux dehors », propose Solène Bourque.

DOIT-ON SE SOUCIER DES ALLERGIES ?

Est-ce qu'on fait des gâteaux sans gluten ? Sans produits laitiers ? « Considérant les risques, la première question qu'on pose aux parents est de savoir si leur enfant a des allergies et de le spécifier dans l'invitation », indique Solène Bourque. « Les parents des enfants allergiques sont habitués et vont souvent proposer d'apporter une part de gâteau ou une petite boîte à lunch. Ils ne veulent pas que leurs enfants se sentent mis de côté à cause de leurs allergies et il ne faut pas se priver de les inviter », estime Karen Magazzinich.

UN SAC-SURPRISE POUR TOUT LE MONDE ?

Le sac-surprise est devenu un piège, car certains parents se sentent obligés d'en donner. « On fait tout pour que l'anniversaire de nos enfants soit une réussite, on organise des jeux, il y a de l'animation, un clown, un magicien, etc. Est-ce qu'il faut repartir avec une surprise ? Non ! », tranchent nos deux spécialistes. « L'enfant n'est-il pas capable de donner sans recevoir en retour ? Il faut développer chez les enfants le simple plaisir de donner », soutient la psychoéducatrice Solène Bourque. Elle suggère que les enfants repartent avec un bricolage qu'ils auront fabriqué pendant la fête ou avec un élément qui fait partie de la fête, mais pas de bébelles qui vont finir à la poubelle.

AVEC OU SANS REPAS ?

« La formule la plus populaire est celle du goûter qui a lieu entre 14 h et 17 h », indique Karen Magazzinich. De cette façon, on prévoit un gâteau, quelques crudités ou brochettes de fruits et on ne sert pas de repas. « À moins que vous soyez à l'aise à l'idée de préparer et de gérer un repas », poursuit-elle. « Les enfants sont tellement excités qu'ils ne mangent presque pas lors des anniversaires, c'est fou tout ce qu'il reste après », observe Solène Bourque.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer