Source ID:; App Source:

«Ma fille est toujours en conflit avec une copine de classe»

Dre Nadia Gagnier... (Photo fournie par Canal Vie)

Agrandir

Dre Nadia Gagnier

Photo fournie par Canal Vie

Dre Nadia Gagnier
Le Soleil

Question: J'ai une fille de six ans qui a commencé la maternelle en septembre. Elle s'est liée d'amitié avec une fillette qui, tout comme elle, a beaucoup de caractère. Elles se chicanent fréquemment pour le même jouet, le premier tour ou la première place. Le professeur a appliqué des méthodes de résolution des conflits et a demandé qu'elles jouent séparément, mais il semble que les choses ne changent pas. Les deux fillettes finissent toujours par se regrouper dans les activités libres, et les chicanes perdurent. Je sens que ma fille en souffre. Elle m'en parle difficilement et voit mes interventions comme de l'ingérence. Il lui arrive d'être punie parce qu'elle est au coeur du litige. Il lui arrive aussi de pleurer, à la maison comme à l'école, à cause de ces conflits. Elle s'indigne du fait que je sois au courant et que je cherche à l'aider. Elle a l'impression qu'elle n'est pas bonne. J'aimerais avoir des conseils pour régler cette situation.

Réponse: Je pense qu'il faut voir les conflits avec son amie comme des occasions d'apprentissage de techniques de résolution de problème. Son professeur semble avoir une bonne approche en leur apprenant la résolution de conflit et en limitant leurs contacts. De votre côté, je pense que vous pourriez assumer une partie de cet enseignement en invitant cette amie ou d'autres amies à la maison. Si un conflit éclate entre elles, votre rôle sera ni de résoudre le conflit à leur place, ni de les séparer... vous serez plutôt une médiatrice qui les guidera dans une recherche de solutions qu'elles devront trouver elles-mêmes.

Aussi, quand votre fille se confie sur ses conflits, n'agissez pas comme le parent moralisateur qui a des solutions pour tout... cela la fait se sentir comme si elle était incapable de trouver une solution. Validez d'abord ses émotions (tristesse, colère) afin qu'elle se sente normale de les vivre. Puis, orientez là vers la recherche de solutions, qu'elle devra trouver elle-même.

Aidez-la à peser le pour et le contre de chacune des solutions. Ainsi, elle sera guidée, tout en ayant la fierté de résoudre ses problèmes... c'est de cette façon que vous préserverez sa confiance en elle et son sentiment de compétence personnelle. Bonne chance!




Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer