Source ID:; App Source:

Gérer les crises au centre commercial

Geneviève commence son magasinage de Noël. Comme chaque année, elle trouve... (Photo fournie par Canal Vie)

Agrandir

Photo fournie par Canal Vie

Dre Nadia Gagnier
Le Soleil

Geneviève commence son magasinage de Noël. Comme chaque année, elle trouve qu'elle commence trop tard et elle se demande si elle arrivera à Noël en même temps que tout le monde. Elle se rend donc au centre commercial avec son fils âgé de deux ans et demi, Samuel.

En se dirigeant vers la boutique de son choix, elle passe devant un kiosque de friandises. Samuel lui demande d'aller voir les bonbons, elle refuse prétextant que le temps lui manque... Et voilà que fiston choisit ce moment pour faire sa première crise de colère en public! Surprise, Geneviève se dit que les achats de Noël sont déjà suffisamment stressants... Samuel aurait pu choisir un autre moment pour faire sa première crise. Pendant qu'il fait sa «danse du bacon» sur le sol et qu'elle tente de le raisonner, elle sent les regards des autres clients qui se tournent vers elle et elle entend même quelques commentaires du genre : «Franchement, il est mal élevé cet enfant-là». Elle se sent jugée et obligée d'interrompre sa séance de magasinage. Elle quitte donc le centre commercial en se demandant s'il ne serait pas préférable de faire tous ses achats de Noël sur Internet!Que ce soit à l'approche des Fêtes ou à tout autre moment de l'année, plusieurs parents sont stressés lorsqu'ils font des courses... particulièrement lorsque leur enfant en bas âge les accompagne. Parce qu'ils sont souvent dans une course contre la montre, ils sont concentrés sur l'obligation d'obtenir ce qui est inscrit sur la liste, plutôt que d'être concentrés sur l'éducation de leur enfant et lui montrer comment se comporter dans les endroits publics. Ils sont orientés vers le «devoir», tandis que la plupart des enfants en bas âge sont orientés vers le plaisir et l'exploration; ils découvrent la vie!

Parlant de découvrir la vie, il ne faut pas oublier que les centres commerciaux sont souvent des endroits hyper stimulants pour les enfants. Tout est fait pour attirer notre attention. Il y a plein d'objets, de décorations, de couleurs, d'artifices... Les enfants y sont surstimulés, et savoir qu'il ne faut pas toucher à tout n'est pas inné! Ce qui est plutôt naturel pour eux, c'est de vouloir explorer ce nouvel environnement en marchant, en courant, en touchant, en goûtant... ce que les parents ne veulent surtout pas!

L'hiver, les parents et les enfants sont encore moins patients dans cet environnement, puisqu'ils ont leur manteau sur le dos et que la température est ajustée pour les employés qui n'en ont pas... Maman est pressée, fiston est frustré (parce qu'il n'a pas eu ses friandises), et tous les deux ont chaud... toutes les conditions sont réunies pour qu'éclate un conflit familial en public!

Quand l'enfant fait une crise de colère, les parents sont souvent paralysés et n'osent pas intervenir par peur d'être jugés par les passants. La solution pour plusieurs sera de ne plus emmener les enfants au centre commercial ou dans les endroits publics. Mais alors, comment l'enfant apprendra-t-il à bien se comporter dans ces endroits s'il n'y va plus?

Est-ce qu'il y a une solution miraculeuse? Par vraiment, mais disons qu'il existe des facteurs facilitants. Premièrement, il est important que les attentes du parent soient claires aux yeux de l'enfant, avant même d'entrer dans le centre commercial (ex. : Tu me tiens la main, tu ne cours pas, tu écoutes mes consignes...). Le parent peut aussi utiliser un renforcement positif à la fin des courses pour motiver l'enfant à respecter ses consignes (ex. : Si tu fais bien ça, nous pourrons faire une activité agréable après). Évidemment, l'encadrement n'est pas nécessairement suffisant, s'orienter vers le plaisir et penser à amuser l'enfant ou le divertir est également important... en faire un jeu, quoi! Par exemple, jouer aux devinettes, nommer les objets (pour le langage), nommer tout ce qui est rouge... Emmener l'enfant régulièrement lorsque nous n'avons pas de course urgente à faire peut également être une bonne façon de se concentrer sur son éducation, afin qu'il apprenne qu'elles sont nos attentes envers lui dans ce contexte.

Enfin, si crise il y a... que crise se fasse et se passe! Il ne faut surtout pas acheter la paix, car les crises seront renforcées et se répéteront. Pour laisser passer la crise plus confortablement, on peut se retirer avec l'enfant dans un endroit plus calme et moins achalandé du centre commercial (ex. : les toilettes), ou encore aller à la voiture, le temps que l'enfant se calme.

 




Les plus populaires : Société

Tous les plus populaires de la section Société
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer