Question: Je suis une maman qui a élevé ses deux enfants en acceptant de les laisser dormir dans notre lit et qui ne s'en porte pas mal aujourd'hui, ni notre couple. Je ne comprends pas cette obsession de dire aux parents de refuser systématiquement que leur enfant puisse venir dormir dans leur lit quand ils ont peur. Selon mon expérience, je peux vous dire avoir tout essayé pour que ma fille, surtout, retourne coucher dans son lit lors de ses réveils nocturnes. Ce qui faisait que nous étions trois, mon conjoint, ma fille et moi, à passer une partie de la nuit à nous promener de sa chambre à la nôtre et à ne pas dormir. Pour notre santé et notre confort, nous avons à un moment donné cessé de suivre ce que dictent les psychologues dans les livres et de faire comme on le sentait, pour que tout le monde dorme. Nous avons laissé venir notre fille dans notre lit, et tout le monde a réussi à dormir... Aujourd'hui, elle a 17 ans et se porte très bien et, quand on en parle, elle est bien contente que l'on ait accepté qu'elle dorme dans notre lit. Elle avait peur, et ses peurs ont fini par s'en aller d'elles-mêmes... Alors?

Dre Nadia Gagnier, collaboration spéciale LA PRESSE

Réponse: Chère dame... je ne pense pas faire une obsession en disant aux parents de refuser à leurs enfants de dormir avec eux. Quand un parent m'expose le problème de sommeil de son enfant, je tente de penser aux solutions qui peuvent être efficaces à long terme, au lieu de suggérer la solution la plus facile. Habituellement, lorsqu'un enfant veut rejoindre ses parents dans le lit conjugal, c'est souvent parce qu'il a peur, tout comme votre fille. Il s'agit souvent de peurs irrationnelles. Je tente toujours de suggérer aux parents de réconforter et de rassurer leur enfant sans l'amener dans leur lit.

Pourquoi? Parce qu'en permettant à l'enfant de dormir avec eux, l'enfant risque de comprendre que ses peurs sont fondées, qu'il est beaucoup plus sécuritaire de dormir avec papa et maman et que dormir seul est dangereux. Donc, en dormant avec ses parents, il n'est plus anxieux, mais l'anxiété liée au fait de dormir seul se maintient, ou même s'amplifie. Dans votre cas, votre fille ne semble pas avoir développé cette conception, et les peurs sont parties d'elles-mêmes... Eh bien, tant mieux pour vous!

Vous avez pu connaître le bonheur de sentir votre enfant s'endormir près de vous, et retrouver votre intimité de couple par la suite semble ne pas avoir été difficile pour vous. Mais, dans plusieurs autres familles, le cododo aurait maintenu l'anxiété de l'enfant par rapport au fait de dormir seul. Cela fait en sorte que, lorsque les parents veulent retrouver leur intimité, l'enfant ne se sent pas prêt à regagner son lit et il en résulte les mêmes crises que lorsque le problème a commencé. C'est ce problème que les psychologues veulent éviter lorsqu'ils suggèrent d'autres méthodes que le cododo pour résoudre un problème d'anxiété nocturne. Maintenant, ce ne sont que des suggestions, et ceux qui prennent la décision finale, ce sont les parents... et c'est très bien comme ça!