Source ID:fb0f9228-bd8e-43b0-9763-720532b1cc17; App Source:alfamedia

Au bar avec bébé

Concilier famille et bar ? Au DSK bar... (Photo tirée de la page Facebook du bar DSK)

Agrandir

Concilier famille et bar ? Au DSK bar de Brooklyn, on nous montre que c'est possible.

Photo tirée de la page Facebook du bar DSK

De l'extérieur, le bar DSK a l'air de n'importe quelle buvette de quartier. Spécialisé dans les bières importées d'Allemagne, l'estaminet est un quartier général pour les amateurs de blonde de Brooklyn, arrondissement new-yorkais célèbre pour son ambiance cool et avant-gardiste. C'est aussi un aimant pour une clientèle impensable au Québec : les familles.

À l'intérieur, des enfants s'amusent à un jeu de soccer sur table. Quelques bébés babillent calmement dans leur poussette. Une étagère regorge de cahiers à colorier, de jeux de société et de livres. Un tapis de mousse et un coffre à jouets sont aussi à la disposition des clients. Les toilettes -celles des hommes et des femmes - sont équipées de tables à langer.

« Au départ, il y a des assureurs qui voulaient me vendre des polices d'assurance pour garderie ! », lance la propriétaire de l'endroit, Randi Lockemann.

À New York, le prix de l'immobilier est exorbitant et les appartements sont souvent exigus. Alors qu'elles s'exilaient auparavant vers la banlieue, les familles sont de plus en plus nombreuses à rester en ville et à vouloir profiter de ses avantages.

« Lorsque ma fille a eu 1 an, c'était un hiver très rude et il n'y avait nulle part où aller. Nous avons donc décidé d'acheter des cases de mousse, de tasser les meubles et de créer une zone de jeux pour les enfants. J'ai commencé à ouvrir plus tôt pour que les autres parents puissent venir en profiter avec leurs bambins. Ils ont adoré ça », explique Randi Lockemann.

Même si tous les bars de New York n'offrent pas nécessairement autant de divertissement pour les tout-petits, le week-end, leur présence est la norme plutôt que l'exception. Les médias locaux ont même récemment consacré de nombreux reportages à une pratique qui gagne en popularité : celle d'organiser le premier anniversaire de son enfant dans un bar ou une microbrasserie.

BRICOLAGE ET MOJITO

À quelques pas seulement du DSK, le Habana Outpost trône en tête du palmarès des bars les plus « kid-friendly » de New York établi par le magazine Time Out. Tous les samedis après-midi, un atelier de bricolage sur le thème de l'environnement est organisé pour les enfants. Les murs sont colorés et une voiturette rétro de Batman fait le bonheur des enfants.

« J'adore le fait que je peux être assise ici avec mon enfant qui fait un bricolage éducatif alors que je sirote tranquillement mon mojito », explique Melissa DeMayo, une maman qui avoue souvent fréquenter les 5 à 7 avec ses trois enfants. « Je ne me suis jamais sentie jugée, dit-elle. Cela dit, je travaille en éducation spécialisée et je vois tous les jours les ravages du syndrome de l'alcoolisme foetal. Pour moi, c'est primordial d'adopter des comportements responsables. »

« Nous cherchons ce genre d'endroits, ceux qui reconnaissent que les enfants existent », ajoute un autre papa rencontré au Habana Outpost, Ryan Kovalak. « Personnellement, je crois qu'il n'y a aucun problème à consommer de l'alcool devant ses enfants, tout dépend de l'environnement dans lequel c'est fait. »

La présence d'enfants ne fait pas nécessairement le bonheur de tous. Dans un article récent publié dans le New York Post qui posait la question : « Les parents hipsters devraient-ils traîner leurs enfants dans les bars ? », plusieurs clients se plaignaient du brouhaha et des cris stridents.

Pour trouver un équilibre, la plupart des établissements ont établi un couvre-feu qui se situe généralement entre 19 h et 21 h. Face à la grogne, une poignée d'établissements ont même banni les poussettes, ce qui a cependant provoqué de vifs débats sur les forums de parents. Plusieurs bars ont dû faire volte-face.

RÈGLES ASSOUPLIES AU QUÉBEC

Selon la loi de l'État de New York, les enfants de moins de 16 ans sont permis dans les bars à condition d'être accompagnés par un adulte. L'âge légal pour consommer de l'alcool est cependant plus strict aux États-Unis. Il faut attendre ses 21 ans.

Au Québec, les moins de 18 ans ne sont pas autorisés à fréquenter les débits de boisson, à l'exception des établissements qui détiennent un permis de fabricant artisanal.

Depuis environ un mois, l'adoption du projet de loi 170 permet la présence de mineurs sur les terrasses des établissements qui détiennent un permis de bar jusqu'à 22 h, à condition qu'ils soient accompagnés de leur père ou de leur mère. Auparavant, les familles devaient plier bagage à 20 h.

Pas question, pour l'instant, de permettre la présence des enfants à l'intérieur, dit Joyce Tremblay, porte-parole à la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec.

« Le but premier de cette restriction au Québec est tout simplement de protéger les personnes d'âge mineur. »

- Joyce Tremblay

Melissa Elders, une maman qui a fondé l'entreprise Nibble and Squeak, spécialisée dans l'organisation de repas pour bambins dans les grands restaurants (pensez trois étoiles Michelin), croit que le Québec peut s'inspirer de New York.

« Avoir un enfant n'a pas besoin d'être la fin abrupte de la vie sociale d'un parent. Ça fait du bien de sortir prendre un verre et de rencontrer les amis, surtout après neuf mois de grossesse ! Peut-être pas aussi tard qu'avant, mais pour moi, c'est important. Par ailleurs, les enfants sont un excellent moyen d'entrer en contact avec les autres clients. Ils sont parfaits pour casser la glace. »




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer