Source ID:; App Source:

La parentalité en dehors des liens du sang

Au moment où les manifestations contre le mariage gai battaient leur plein en France, la journaliste et auteure franco-suisse Jennifer Schwarz s'est penchée sur sa propre famille. Sur son père, mort alors qu'elle était encore enfant. Mais surtout sur celle qu'elle forme aujourd'hui avec son amie, Lucie, et leurs deux fils. Entre l'essai et l'autobiographie, entre l'intime et le politique, Une histoire de famille raconte surtout des histoires d'amour.

D'emblée, Jennifer Schwarz fait une mise en garde: en dépit du climat dans lequel il paraît en France, ce livre n'est ni un manifeste ni un acte militant.«J'ai seulement eu envie d'explorer ce qu'était la filiation pour moi, et ce que j'avais à en dire», explique l'ancienne journaliste, qui s'est notamment illustrée au Monde des religions.

Les crispations d'une certaine France, religieuse, inquiète de l'avenir, Jennifer Schwarz les connaît. Mais elles ne sont pas nouvelles: les luttes passées et à venir pour l'égalité des droits des homosexuels sont, selon elle, la continuité des luttes féministes du XXe siècle.

«Chaque nouvelle lutte fait renaître la même inquiétude, observe-t-elle. Toutes les catégories anthropologiques sont juridiques. Et on se rend compte qu'on touche à quelque chose de fondamental. À mon avis, il y a une peur de la dissolution de l'identité [avec le mariage et l'adoption d'enfants par les couples homosexuels].»

Amorcé comme un exercice de réflexion, Une histoire de famille remonte le fil des origines de Jennifer Schwarz. Née en Suisse, marquée par la maladie et la disparition de son père, la jeune femme, devenue journaliste, se promène entre ses origines et celles de ses deux tout jeunes fils, Jean et Nathan.

«Ce livre, je l'ai écrit pour mes enfants. C'est un peu une déclaration d'amour. Si je suis séparée d'eux, si je meurs, ils sauront que je l'ai écrit, que je n'ai pas honte de ce qu'on est. J'avais envie que mon fils que je n'ai pas porté sache pourquoi il est mon fils. Que la parentalité, ce n'est pas que les liens du sang. J'ai vécu ça comme une chose magnifique.»

De quelle histoire est-on porteur? Que transmet-on? C'est à ces questions que Jennifer Schwarz essaie de répondre, avec justesse, à mi-chemin entre le personnel et l'universel. Peu importe le parent que l'on a eu ou celui que l'on est, on se sent interpellé par la formidable déclaration d'amour derrière Une histoire de famille. Entre l'essai et le roman, ce livre de Jennifer Schwartz est un outil de réflexion qui ne manque ni de coeur ni de générosité.

Une histoire de famille, Jennifer Schwarz, Robert Laffont

En librairie le 20 mars




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer