Avec la neige qui s'accumule, les résolutions qui ne tiennent plus et les factures de Noël qui restent à payer, le troisième lundi du mois de janvier est qualifié par certains de journée la plus déprimante de l'année. On surnomme d'ailleurs ce jour le «Blue Monday». Voici cinq bons vins à moins de 20 $ pour chasser la déprime à prix doux.

Publié le 22 janv. 2019
KARYNE DUPLESSIS PICHÉ LA PRESSE

Mijoté

On n'associe pas d'emblée le cabernet-sauvignon et l'Argentine.

Pourtant, ce cépage donne d'excellents résultats dans ce pays d'Amérique du Sud, comme le prouve cette cuvée du domaine La Mascota, situé dans la région de Mendoza.

Sa robe d'une couleur rubis profond dévoile des arômes de fruits noirs, d'épices et de fines herbes.

L'élevage de 15 mois en fûts de chêne français et américain se fond dans une bouche aux tannins joufflus et aux notes fruitées abondantes. Inutile de chercher plus loin pour accompagner une lasagne à la viande braisée.

C'est bon et ce n'est pas cher.

La Mascota Cabernet Sauvignon 2017, 15,95 $

Soleil de Grèce

Depuis quelques années, les vignerons grecs ont montré leur savoir-faire et nous ont fait découvrir plusieurs cépages autochtones.

Depuis, on ne se lasse pas d'en boire. C'est le cas de ce blanc à base de la variété savatiano du domaine Papagiannakos.

Élaboré à moins d'une heure de route d'Athènes, il s'ouvre sur des notes de fruits exotiques comme la mangue. On perçoit aussi quelques effluves de poivre blanc.

Sur les papilles, son attaque tonique est remplie de fruits mûrs et sa finale saline est longue pour un vin de ce prix.

Si vous avez le courage de sortir la friteuse pour préparer des calmars, la combinaison rappellera le doux souvenir des vacances. Sinon, ce sera aussi délicieux avec un pad thaï.

Domaine Papagiannakos Savatiano 2017, 16,55 $

Rosé d'hiver

Photo fournie par la SAQ 

Domaine Papagiannakos Savatiano 2017

On connaît surtout le pinot gris pour ses vins blancs. Or, à l'instar du gewurztraminer et du sauvignon gris, la peau de ce raisin a une teinte gris-rose.

Il se vinifie donc également en rosé. C'est ce que propose la maison italienne Attems, propriété de la famille Frescobaldi.

Située dans le Frioul, une région du Nord-Est à la frontière avec la Slovénie, elle produit un rosé charnu aux arômes de fruits rouges.

Sa bouche plaît avec son attaque fraîche et fruitée. Avec des charcuteries, une coquille Saint-Jacques ou une chaudrée de palourdes, fini le blues, c'est promis.

Attems Ramato Pinot Grigio 2017, 19,50 $

Touche «soave»

Photo fournie par la SAQ 

Attems Ramato Pinot Grigio 2017

Dans le numéro de février, le chroniqueur pour la Revue du vin de France Jean-Emmanuel Simond déclare que les vins blancs semblent «dénaturés».

Il observe que les blancs avec du caractère, de la couleur et même avec quelques grammes de sucre résiduel ont moins la cote.

«Nous assistons à l'avènement de blancs anorexiques, squelettiques à force d'être dépouillés, neutres et variétaux à force d'être récoltés en sous-maturité», écrit-il dans son billet.

Si cette tendance s'observe dans les cuvées vendues au Québec, ce n'est pas le cas de ce soave produit par la famille Prà.

Ce blanc est à la fois aromatique et texturé. Sous la barre des 20 $, il en donne beaucoup pour le prix.

Dans le verre, le vin s'ouvre sur des notes florales discrètes. Son attaque croquante fait place à une bouche onctueuse, ronde et aux notes de fruits mûrs. Il se marie à merveille avec un saumon mariné aux agrumes.

Prà Otto Soave Classico 2017, 19,80 $

Beaujolais du Sud

Photo fournie par la SAQ 

Prà Otto Soave Classico 2017

Le vigneron Marc Valette compare sa cuvée Antonyme à un gamay du Beaujolais. C'est aussi vrai qu'étonnant.

L'assemblage de mourvèdre et de cinsault, créé à Saint-Chinian, dans le Languedoc, pourrait être lourd et très mûr.

Pourtant, dans cette région du Sud, où le soleil aime bien se montrer et où le mercure se hisse souvent au-delà des 35 °C, le producteur réussit à capter le côté croquant et énergique des cépages.

Le résultat se boit sans soif. Les arômes de framboise et de cerise se perçoivent aussi bien au nez qu'en bouche.

Sur les papilles, la fraîcheur apporte de la gourmandise. Le tout dans une finale minérale et épicée. Idéal avec un couscous royal.

Canet Valette Saint-Chinian Antonyme 2017, 19,90 $

Photo fournie par la SAQ 

Canet Valette Saint-Chinian Antonyme 2017