Source ID:; App Source:

Bon été, bons rosés!

Dès que le soleil brille, que le temps s'adoucit, les rosés gagnent en... (Photo La Presse)

Agrandir

Photo La Presse

Jacques Benoit
La Presse

Dès que le soleil brille, que le temps s'adoucit, les rosés gagnent en popularité. Ainsi, 70% des ventes de rosés se font d'avril à septembre, et donc essentiellement pendant les beaux jours...

Que demande-t-on à un rosé?

Du fruit, du fruit, du fruit et... du plaisir, pourrait-on répondre à cette question.

Car, sauf exception - l'une de ces exceptions concernant les Bandols rosés, de Provence -, ce sont des vins à boire dans l'année qui suit leur élaboration.

Et, pour la grande majorité, ils sont peu complexes, l'une des premières qualités qu'on leur demande étant d'être francs, au nez et en bouche.

On les sert bien rafraîchis, soit pour eux-mêmes (ne parle-t-on pas de rosés de piscine?), soit pour accompagner de nombreux mets. Poissons et fruits de mer, viandes blanches, mais aussi les sandwichs, la charcuterie, etc.

Cependant, on voit mal un joli rosé de Provence, léger, aérien, tenir tête à une viande rouge!

Comme tous les ans, la SAQ a fait goûter à la presse spécialisée, au cours de deux dégustations, en prévision de l'été, une large gamme de rosés. Soit 51 en tout, dont 25 rosés courants, c'est-à-dire vendus toute l'année et dans de nombreuses succursales.

Comme à l'habitude, j'ai dégusté tous ces vins à l'aveugle.

Sur ce nombre, j'ai retenu 10 vins, sans égard aux prix, à savoir ceux qui m'ont paru être les meilleurs, dont voici des descriptions en allant des mieux notés aux moins bien notés.

Tous ces vins étant destinés à être bus dans les jours ou les semaines qui viennent, je n'ai pas tenté d'en évaluer le potentiel de garde, lequel n'est donc pas indiqué.

À noter enfin que trois de ces vins (les plus chers!) sont des 2012.

Patrimonio 2012  Domaine d'E Croce 24,80$ (11900821)

Rosé de Corse, élaboré avec uniquement du Niellucio, un cépage indigène qu'on croit très proche du Sangiovese, ou même identique à ce dernier. D'une couleur orangée peu soutenue, son beau bouquet est franc, nuancé, chose peu fréquente dans les rosés. La bouche suit, gracieuse, équilibrée, avec de l'éclat et une bonne persistance. «Bandol?», me suis-je demandé. Bref, un rosé d'une rare qualité et d'un producteur considéré comme l'un des meilleurs de Corse. 12,5% (174 caisses).

16

Les Baux de Provence 2012 Château Romanin 27,30$ (11542041)

D'un rose délicat tirant sur le beige, son bouquet, peu complexe pour l'instant, mais dense, prometteur, me fit croire de nouveau qu'il s'agissait d'un Bandol. Vin équilibré, distingué, harmonieux, il m'est apparu comme l'un des deux plus réussis de ces dégustations. Quatre cépages entrent dans son élaboration, dont surtout du Grenache (47%) et de la Syrah (29%), avec de la Counoise et du Mourvèdre. 13,5% (171 caisses).

16

Côtes de Provence 2013 Pétale de Rose 19,95$ (425496)

Goûté à l'aveugle, puis à bouteille découverte, ce vin, d'un rose pâle à reflets un peu orangés, et un peu plus coloré que dans de précédents millésimes, m'a semblé meilleur que jamais en 2013. Le bouquet est net, charmeur, passablement nuancé, et la bouche suit. Rosé de corps moyen, équilibré, fin, ses saveurs sont franches, et il a de l'éclat. Pas moins de huit cépages entrent dans son élaboration, dont 37% de Grenache, 30% de Cinsault et 16% de Syrah. Savoureux. 13,5% (4111 caisses).

15,8

Bandol 2012 Domaine de Souviou 24,50$ (12200798)

Également d'un rose délicat tirant sur le beige, il se présente avec un bouquet... délicat, net, fin. Tout au plus moyennement corsé comme rosé, équilibré, c'est un vin qui ne manque pas de distinction et doté d'une bonne persistance. Trois cépages, plus ou moins à parts égales, entrent dans son élaboration, soit le Mourvèdre, le Cinsault et le Grenache. 13,5% (208 caisses).

15,8

Vin de Pays des Cévennes 2013 Domaine de Gournier 12,45$ (464602)

Véritable aubaine que ce vin, à mon avis... D'un rose-orangé, son bouquet, net, d'ampleur moyenne, ne manque pas de charme, ni de nuances. De corps moyen, ses saveurs sont rehaussées par un peu de gaz carbonique, et il a du caractère et une bonne persistance. Mourvèdre, Grenache, Syrah et Cabernet Sauvignon y sont associés. Impeccable, surtout à ce prix. 12% (797 caisses).

15,5




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Bon été, bons rosés: la suite

    Jacques Benoit

    Bon été, bons rosés: la suite

    Dès que le soleil brille, que le temps s'adoucit, les rosés gagnent en popularité. Ainsi, 70% des ventes de rosés se font d'avril à septembre, et... »

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer