Le Chardonnay a tout pour plaire

Le Chardonnay a «tout pour plaire: sa culture est facile et possible en tous... (Photomontage La Presse)

Agrandir

Photomontage La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jacques Benoit
La Presse

Le Chardonnay a «tout pour plaire: sa culture est facile et possible en tous lieux, son rendement est confortable et son vin toujours fin. De plus, il se marie parfaitement avec le bois et sa longévité est grande», écrit Michel Dovaz dans le Dictionnaire Hachette du vin.

Il poursuit: «Il n'a certes pas usurpé le titre de "roi des cépages blancs".»

Originaire de Bourgogne, le Chardonnay, comme beaucoup d'autres cépages, est né du croisement de deux autres variétés.

À savoir le Pinot noir et le Gouais blanc, obscur cépage blanc qui était cultivé au Moyen Âge dans le nord-est de la France, signalent dans le Guide des cépages (Gallimard) Oz Clarke et Margaret Rand.

Cépage vigoureux, résistant bien au froid, il a une seule faiblesse: l'éclosion de ses bourgeons (le débourrement, dit-on) est hâtive, de sorte qu'il redoute les gelées printanières.

Et... si gel il y a, les bourgeons risquent de noircir et, donc, de mourir.

Dans les vignobles où les gelées de printemps sont fréquentes, notamment à Chablis, toutes sortes de moyens sont donc mis en oeuvre pour protéger la vigne au besoin: chaufferettes au milieu des vignes, «brassage de l'air par des hélices fixées sur des pylônes (l'air le plus froid se trouvant près du sol)», etc., écrit Dovaz.

Cépage mondialement connu, le Chardonnay est cultivé dans de nombreux pays et vignobles... même en Alsace où il entre dans l'élaboration de mousseux, ou crémants.

Son terroir de prédilection reste la Bourgogne, d'où proviennent les plus grands vins de Chardonnay sur terre, notamment ceux des villages de Puligny et Chassagne-Montrachet, dont le Montrachet.

Autre particularité de la Bourgogne, comme le soulignent si bien Oz Clarke et Margaret Rand: seul ce vignoble dispose du terroir capable de produire ce vin, délicat et unique, qu'est le chablis, à «la minéralité métallique».

Miracle des chablis de haut niveau: même sans l'apport du bois, ils sont en mesure de bien vieillir et d'atteindre, après quelques années, le niveau de complexité qui rend irrésistibles les meilleurs vins de Chardonnay.

Chablis 2012 Champs Royaux William Fèvre, 23,60$ (276436)

La couleur, peu soutenue, un peu verdâtre, est typique du chablis, le bouquet est franc, sans apport boisé perceptible, mais avec tout le fruit qu'on attend de ce beau millésime et la note minérale caractéristique. En bouche, des saveurs relevées, nettes, que rehausse un peu de gaz carbonique, le vin s'affichant avec une très longue persistance. On en redemande! Vinification en cuves et élevage en cuves et en fûts pour 10% de la cuvée, quoique le bois soit à mon sens indétectable, sinon par une texture un peu grasse. 12,5% (1612 caisses). Garde: 2014-2016.

16,8

Chablis 2011 Vieilles vignes Jean-Marc Brocard, 24,95$ (11589658)

Chablis d'un style particulier, de raisins issus de l'agriculture biologique, d'une couleur tendant vers la nuance paille, assez foncé donc, au bouquet large, expressif, minéral, avec des arômes rappelant quelque chose comme la camomille. La bouche est dense, charnue, avec des saveurs très affirmées. Bref, il se présente avec plus de puissance que de finesse, ce qui ne l'empêche pas d'être très bon dans son genre. Il en reste peu, toutefois. Élevage en cuves inox. 12,5% (40 caisses). Garde: 2014-2017?

16,5

Chablis 1er cru 2012 Vau De Vey Domaine des Malandes, 29,80$ (960310)

Une partie de ce vin (30%) est vinifiée en pièces bourguignonnes (228 L), ce qu'on détecte au nez. Le bouquet est néanmoins délicat, gracieux, avec une petite note évoquant le beurre frais due, manifestement, à son boisé. Tout au plus moyennement corsé comme chablis, distingué, charmeur, il offre en fin de bouche un après-goût qui se prolonge un long moment. Pour amateurs de vins genre Puligny-Montrachet, mais... à un prix bien moindre. 13% (109 caisses). Garde: 2014-2017.

17

Saint-Chinian 2010 Domaine La Madura, 19,70$ (10682615)

Bien coloré, mais sans rien d'opaque, ce vin rouge du Languedoc, au bouquet de fruits noirs, donne l'impression, de prime abord... d'être italien, après quoi on se retrouve là où on doit être, dans le Languedoc, la Syrah pointant son nez, si l'on peut dire. Plus que moyennement corsé, d'une bonne concentration, équilibré, on retrouve les fruits noirs en bouche, sur des tannins bien enrobés. 39% Carignan, 30% Grenache, 30% Mourvèdre et 16% Syrah, ces deux cépages étant élevés en fûts, les deux autres en cuves. Très bon. 14% (280 caisses). Garde: 2013-2015.

16

Crozes-Hermitage 2010 Les Jalets Paul Jaboulet, 24,35$ (383588)

Très beau vin rouge de la vallée du Rhône, de Syrah, au bouquet d'une bonne ampleur, de petits fruits noirs, mais assez peu expressif et plutôt unidimensionnel pour l'instant. Nettement plus que moyennement corsé, charnu, équilibré, il a de l'éclat et ses tannins sont ronds, aimables, on peut même dire qu'ils sont tendres. Élevage en cuves tronconiques de chêne (plus ou moins en forme... d'abat-jour, si je puis dire) d'environ9000 L pendant 12 mois. Savoureux. Le charme... 13% (94 caisses). Garde: 2014-2019.

17




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer